CAJT-Collectif des Amis de James Taylor
CAJT-Collectif des Amis de James Taylor

Ce forum s'est donné pour mission de mettre en contact les milliers de fans de cette légende de la musique encore trop peu connue du public francophone. le site officiel du CAJT - http://www.james-taylor.asso.fr


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

RANDY NEWMAN - Une nouvelle charge héroïque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 RANDY NEWMAN - Une nouvelle charge héroïque le Mar 20 Fév 2007, 1:06 am

Admin

avatar
Admin



Randy Newman, le singer-songwriter et compositeur, a interprété cette chanson à charge anti-patriotique à Carnegie Hall en janvier 2006. Le texte a fait ses début dans les pages poésie du New York Times à la fin du même mois....

Ce nouveau single devrait bientôt être distribué sur le net. En attendant, youtube nous en présente une vidéo



Le passage en rouge dans le texte ci-dessous a été "expurgé" de la version du New York Times (mais pas de la vidéo Youtube)

Paroles anglaise et traduction

A Few Words in Defense of Our Country

By Randy Newman

I’d like to say a few words
In defense of our country
Whose people aren’t bad nor are they mean
Now the leaders we have
While they’re the worst that we’ve had
Are hardly the worst this poor world has seen

Let’s turn history’s pages, shall we?
Take the Caesars for example
Why within the first few of them
They had split Gaul into three parts
Fed the Christians to the lions
And burned down the City

And one of ’em
Appointed his own horse Consul of the Empire
That’s like vice president or something
That’s not a very good example, is it?

But wait, here’s one, the Spanish Inquisition
They put people in a terrible position
I don’t even like to think about it
Well, sometimes I like to think about it

Just a few words in defense of our country
Whose time at the top
Could be coming to an end
Now we don’t want their love
And respect at this point is pretty much out of the question
But in times like these
We sure could use a friend

Hitler. Stalin.
Men who need no introduction
King Leopold of Belgium. That’s right.
Everyone thinks he’s so great
Well he owned The Congo
He tore it up too
He took the diamonds, he took the gold
He took the silver
Know what he left them with?
Malaria

A president once said,
“The only thing we have to fear is fear itself”
Now it seems like we’re supposed to be afraid
It’s patriotic in fact and color coded
And what are we supposed to be afraid of?
Why, of being afraid
That’s what terror means, doesn’t it?
That’s what it used to mean

You know it pisses me off a little
That this Supreme Court is gonna outlive me
A couple of young Italian fellas and a brother on the Court now too
But I defy you, anywhere in the world
To find me two Italians as tightass as the two Italians we got

And as for the brother
Well, Pluto's not a planet anymore either


The end of an empire is messy at best
And this empire is ending
Like all the rest
Like the Spanish Armada adrift on the sea
We’re adrift in the land of the brave
And the home of the free
Goodbye. Goodbye. Goodbye.

-----------------------------------

Quelques mots en faveur de notre pays

traduction Samuel Légitimus

J’aimerais dire quelques mots
En faveur de notre pays
Dont les habitants ne sont ni mauvais ni méchants
A présent, les leaders que nous possédons
Bien qu’il soient les pires que nous ayons connu
Sont loin d’être les pires que ce pauvre monde lui a connu

Effeuillons donc le livre d’histoire, voulez-vous ?

Prenez les Césars par exemple
Regardez, parmi les tout premiers d’entre eux
L'un a coupé la Gaule en trois parties
Donnés les chrétiens a manger aux lions
Et totalement brûlé la ville
Et l'un d’entre eux
A même désigné son propre cheval comme consul d’empire
- Consul d'empire, c'’est comme un vice-président ou quelque chose comme ça -
Ce n’est pas un bon exemple, n’est-ce pas ?
Mais attendez donc, voici venir l’inquisition espagnole
Qui a placé le peuple dans une terrible position

J’ai même du mal à penser à tout ceci
Sauf que, parfois, j’aime à penser à tour ceci

Juste quelques mots en défense de notre pays
Dont le temps au sommet
Pourrait bien toucher à sa fin
Nous ne désirons pas de leur amour
Et le respect à ce niveau est vraiment tout à fait hors de question
Mais dans des époques comme celle que nous vivons
Sûr que nous pourrions utiliser un ami.

Hitler, Staline
Des hommes qui n’ont besoin d’aucune introduction
Le Roi Léopold de Belgique, exactement
Tout le monde croit qu’il est si grand
Eh bien il possédait le Congo
Il l'a mis sans dessus dessous
Il s’est emparé des diamants, il s’est emparé de l’or
Il s’est emparé de l’argent
Vous savez ce qu’il leur a laissé ?
La malaria

Un président à dit un jour
« La seule chose que nous ayons à craindre c’est la craint eelle-même »
Eh bien il semble que nous sommes censés avoir peur
C’est patriotique en fait et codé en couleur
Et de quoi sommes-nous censés avoir peur
De quoi ? d’avoir peur?
C’est ce que la terreur veut dire, n’est-ce pas ?
C’est ce qu’elle est censé signifier

Vous savez ça me dégoûterait un peu
Que cette Cour Suprême me survive
Un couple de jeunes italiens et un "brother"(un noir) font également partie de cette Cour à présent
Mais je vous mets au défi, de me trouver, partout dans le monde,
Deux italiens au cul aussi serré que les deux italiens que nous avons à la Cour Suprême

Comme pour le "brother"
Eh bien, Pluton elle non plus n'est plus une planète


La fin d’un empire est, au mieux, bordélique
Et cet empire-ci s’achève
Comme tout le reste
Comme l’Armada espagnole à la dérive sue la mer
Nous sommes à la dérive sur la terre du brave
Et le foyer de la liberté
Au revoir, au revoir, au revoir



Dernière édition par le Lun 26 Fév 2007, 2:30 pm, édité 3 fois


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
Newman travaille actuellement à un nouvel album de chansons originales qu’il pense avoir fini cette année.

"Mais je pense que celui-ci ne sortira pas avant le début de l’année prochaine. Ainsi il restera hors de la "ruée" de Noël(…) J’ai déjà sept ou huit chansons de prêtes. » déclare Randy.

Parmi celles-ci, les morceaux "Losing You" et "Easy Street." Mais Newman n’est pas certain de vouloir inclure dans l'album le morceau hautement politique "A Few Words in Defense of Our Country" parce que, fait-il remarquer: "C’est une chanson qui ne sera plus d’actualité dans deux ans, lorsque l’administration Bush sera partie. »



Dernière édition par Admin le Jeu 28 Fév 2008, 2:58 pm, édité 1 fois


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr
Wow, la charge !! Je ne sais pas si elle est héroïque, mais, tout ce que je sais c’est qu’elle ne contribuera pas à améliorer l’image publique de Randy Newman. Bien qu’il fait partie de mes favoris, je reste circonspecte quant au timing de ce très présomptueux « A few words in defense of our country ». Est-ce que Randy s’est mis au coup médiatique pré-lancement d’un nouvel album ? J’éspère de tout cœur de me tromper.



Lilly.

Voir le profil de l'utilisateur

Admin

avatar
Admin
Sincérement, pour avoir suivi Randy depuis longtemps, je ne l'imagine pas du tout composer une chanson afin de se faire de la pub. (d'autant plus qu'il a en ce moment le vent en poupe avec ses musiques, ses chansons de films et son oscar de 2002 pour Bug's life)

Simplement tout au long de sa carrière, l'humour de certaines de ses compositions a été mal inteprétée (exemple: "Short People" dénoncée par la ligue américaine des nains, "Rednecks" dénoncée par les ligues anti-racistes ou "I Love L.A" qui, dans l'autre sens fut choisie comme hymne officeux de Los Angeles!!!)

L'homme est un génie de cynisme, d'humour noir et du procédé qu'il appelle le "narrateur non-fiable" - c'est à dire d'un narrateur que l'auditeur n'a aucune raison de croire ou d'apprécier (procédé qu'il a trouvé comme antidote au côté trop autobiographique et égocentrique de ses collègues singers-songwriters du début des années 70 tels que JT ou Joni)

Il explique du reste dans une interview que c'est en tournant l'année dernière en Europe, qu'il a croisé régulièrement des gens qui lui posaient des questions sur l'état désastreux de la politique américaine ce qui lui aurait donné l'idée de donner son opinion.

(je posterai bientôt la traduction de l'interview ce qui clarifiera pas mal les choses)


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr
Ah, je préfère !! C’est un artiste au talent si déprécié. J’aime la façon qu’il a de se définir : « I’m an inspirational liar ». Ca aurait été unr telle deception de le le voir se ranger. »



Lilly.

Voir le profil de l'utilisateur
Oh my ! I already didn’t like the guy but how in the world can he say things like that ? He’s got a CD on its way? Shame on him.

Voir le profil de l'utilisateur
Sam, thanks for posting this, haven't seen it yet. Looks like another "typical" Randy Newman!

Susan, are you familiar with Randy Newman's lyrics?

Voir le profil de l'utilisateur http://www.septembergrass.de/
Mr.CC, I don’t like the guy BECAUSE of his lyrics. So easy to use one’s image to SHOOT such nonsense. But I guess only Americans can understand that.

Lady Lilly. What a bitter disappointment it is to know you like this guy.

Susan!!

Voir le profil de l'utilisateur
I am a fan of Randy Newman and so is James Taylor. It looks like i am not really in a bad company.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.septembergrass.de/
Never thought I had to justify my preferences. I’m not gonna start now.

Voir le profil de l'utilisateur
Well, « this guy » has a name : RANDY NEWMAN. He’s one of my faves. He made a name for himself with his intelligent music. For sure not everybody seizes this fact.

Voir le profil de l'utilisateur

12 Interview en français et anglais le Dim 25 Fév 2007, 1:49 am

Admin

avatar
Admin

note: English version after this one

Pendant presque 30 ans, Randy Newman a, bien sûr, compose de la musique de films, plus notablement pour Disney— qui n’est pas vraiment un sanctuaire pour cyniques et sociopathes. Mais de temps en temps, une ancienne muse ramène Newman dans un studio pour expulser sa propre fureur. Gavé déclare-t-il de l’administration courante, de la guerre d’Irak et de la triste réponse faite à l’ouragan Katrina, Newman a composé “Few Words” presque en dépit de lui-même. L’artiste s’entretient avec le journaliste Brian Braiker pour NEWSWEEK. Extraits:



NEWSWEEK - Désolé de vous arracher de votre piano.

Randy Newman: Pouah. Je suis heureux d’être arraché.

NEWSWEEK-Je lisais le journal l’autre jour dans le métro et je tombe sur les paroles de votre nouvelle chanson dans un article. Une surprise complète.

Randy Newman:Ouais, une version légèrement expurgée.

NEWSWEEK- Le vers sur la Cour Suprême a été effectivement supprimé. Ont-ils dit pourquoi?


Randy Newman: J’arrive à en comprendre la raison. C’est un genre de jargon habituel. Et le vers à propos de César [a été supprimé], le fait qu’il couchait avec sa soeur. J’ignore ce qu’ils craignaient à propos de Caligula et Tiberius.

NEWSWEEK- Epoque litigieuse que celle dans laquelle nous vivons.

Randy Newman: On ne sait jamais: la famille du vieux Tiberius pourrait les attaquer.

NEWSWEEK - Apparemment, c’est une satire et vous êtes connu comme satiriste. Mais quelquefois les gens ne comprennent pas— l'Etat du Maryland, à une époque, a introduit une legislation pour interdire “Short People” de diffusion radio.

Randy Newman: Et sitôt qu’il sont pu arrêter de diffuser le morceau ils l’ont fait. C'était un énorme succès. Mais sitôt que la radio a reçu une plainte à Boston, le morceau a disparu. Il a purement et simplement disparu.

NEWSWEEK - Pour l’histoire je mesure 6 pieds 3 pouces.

Randy Newman: Oh mon Dieu, que risquons-nous alors? Cela me surprend encore aujourd’hui. La plupart des gens ont compris que personne n’était aussi fou.

NEWSWEEK- Est-ce que parfois vous vous dites en remuant la tête: “Pourquoi me faire de la bile?”

Randy Newman: Non, jamais car j’ai choisi ce style. Parfois cela me place un peu dans une boîte parce que j’écris de cette manière de façon naturelle. Je suis heureux d’avoir les films pour pouvoir écrire une chanson d’amour directe ou une quelconque affirmation émotionelle directe. Il est difficile pour moi d’écrire cela car si j’écris : “You’ve Got a Friend” je sonne comme un vendeur de voitures d’occasion. Je suis ravi d’avoir Disney pour me permettre d’écrire de façon normale.

NEWSWEEK- Quelques uns de vos meilleurs narrateurs sont complètement taré. Est-ce une bonne thérapie?

Randy Newman: Non, ça m’intéresse vraiment. La plupart des narrateurs de mes chansons en savent moins sur eux-mêmes que nous pouvons le découvrir. J’aime simplement ce genre d’ambiguité.

NEWSWEEK - Il est intéressant que vous mentionniez votre collaboration avec Disney— cela semble presque dingue. J’ai lu une description de vous débarquant sur la scène pop à la fin des années 60 où l’on vous comparait à un clown psychotique débarquant dans un goûter d’anniversaire d’enfant.

Randy Newman: Ouais, mais musicalement, je n’ai jamais vraiment été Captain Beefheart. Comment faire pour être satyrique avec la musique? Weill l’a fait. Je l’ai fait ici ou là. Fondamentalement, je peux écrire de la musique émotionnelle pour moi-même. Et je le fais.

NEWSWEEK - Vous écrivez de la musique de films depuis presque 30 ans maintenant. Vous n’avez jamais eu a freiner vos intincts?

Randy Newman: Si vous composez pour une scène où le héros roule sur l’autoroute et tamponnent d’autre véhicules et voient des choses qui l’effraient, j’écris de la musique qui donne des frissons. Je fais tout ce qu’il faut pour servir l’image. Je ne suis pas intéressé pour écrire la 10ème symphonie de Bruckner, même si je le pouvais. Je suis interessé pour écrire ce qui est le mieux pour le film. Cela peut sembler un peu trop noble, mais c’est exactement la manière dont je vois le boulot.

NEWSWEEK - Alors qu’est-ce qui, à cette heure, vous a poussé à écrire cette chanson?

Randy Newman: C’est la genre d’administration la plus tapageuse et le genre d’incompétence le plus tapageur dont j’ai pu être témoin dans mon existence. Au moins, Nixon connaissait les règles et ensuite il les a enfreint. Mais jeter des gens en prison et ne pas les laisser vois des avocats ou les informer sur les charges retenues contre eux? Peut-être ont-ils toujours esquivé avec les règles et ce depuis Kennedy. Mais ils l’ont admis la plupart du temps. Ici, c'est vraiment bizarre, la certitude, la manière dont Cheney, Bush et Rumsfeld ont agi, nous n’avons jamais vu une chose comme ça. C’est presque en dépit de moi-même que j’ai écrit quelque chose. C’est une telle aberration. Il vont quitter leur poste et je ne pense pas que nous revivrons une chose aussi moche que celle-là.

NEWSWEEK- Vous ne nommez personne dans la chanson?

Randy Newman: D’une certaine façon, celle-ci est différente de beaucoup de mes chansons dans le sens où la vérité est que, d'après les sondages effectués, les gens détestent l’Amérique aujourd’hui dans le plupart des pays du monde, excepté dans les Philippines. Les gens ne sont pas mauvais ni méchants. C’est un truisme mais il est Presque nécessaire de le dire. J’ai vu “Borat” et c’est un film très drôle. Mais en sortant de là je me suis dit combien les américains étaient gentils et combien il aurait été difficile de faire ce genre partout ailleurs dans les pays que j’avais visité. Et j’en ai visité beaucoup. Dans quell autre pays auriez-vous pu faire le genre de choses qu’il a faites? Le film a peut-être faire mourir de rire en Angleterre, mais le réalisateur n’aurait jamais pu le tourner là-bas.

NEWSWEEK - Vous semblez plus en colère que jamais.

Randy Newman:Je le suis vraiment. A cause de Katrina, de toute l’affaire. Aujourd’hui, il parle d’être “le décideur”. Je me suis presque fait une règle de ne jamais écouter les acteurs ou les artistes lorqu’ils s’étendent en parlottes, mais ici cela te bouscule encore un peu plus. Soit je me fais vieux ou soit on vit une situation vraiment étrange.

NEWSWEEK - Est-ce que certaines personnes vous ont dit que vous n’aviez pas le droit d’écrire cette chanson ou vous ont conseillé de ne pas le faire?

Randy Newman: Personne ne m’a jamais dit cela. Les réalisateurs de films vous disent des trucs comme ça, mais c’est leur film, c’est leur choix.

NEWSWEEK- Eh bien, les Dixie Chicks sont connues pour avoir subi tout un tas de problèmes à cause de leur opinion et c’était pourtant il y a deux ans.

Randy Newman: C’est plus dur pour elles. Elles ont beaucoup de gros succès et ce sont des artistes country. C’est une affaire différente. Il leur faut plus de courage pour faire une chose pareille. Moi, je peux faire ce que je veux. Je n’aurais certes pas pu écrire une chanson juste après l’attentat du 11 septembre qui demanderait: “Pourquoi ont-ils fait ça ?” Au début, vous étiez peiné de combien c’était terrible. Après ça, il y eut un léger abrègement de la liberté de paroles. Autrement, dans ce pays, nous avons led roit de tout dire.

NEWSWEEK - Vous avez mentionné Katrina. “Louisiana 1927” a eu droit à une nouvelle vie à cause de sa pertinence renouvelée.

Randy Newman: Ouais, malheureusement. C’était un genre different de déluge, mais le même genre de désastre. Un des grands évenements de l’histoire américaine— des millions de gens ont migrés du Mississippi, les champs de coton ont été inondés et l’industrie s’est écroulée. Je savais qu’ils ne viendraient pas tout de suite pour réparer la neuvième circonscription et que tout serait lent. D’abord, la ville elle-même n'a jamais rien su réparer — ce n’est pas leur fort. Ma famille là-bas, si elle veut réparer sa voiture, il lui faut aller dans le Mississippi pour le faire. Et les pots de vin, ça a toujours amusé les gens. Sauf, qu'aujourd’hui ça fait mal.

© 2007 Newsweek, Inc. |


-------------------------------------------------------

english version


For nearly 30 years, of course, Newman has been scoring films, most notably for Disney—hardly a sanctuary for cynics and sociopaths. But every once in a while an ancient muse prods Newman back into the studio for himself: fury. Fed up, he says, with the current administration, the war in Iraq and the sad response to Hurricane Katrina, Newman wrote “Few Words” almost in spite of himself. On Tuesday the song hit iTunes, followed Wednesday by the arrival of a typically low-key video on YouTube. On Thursday he spoke with NEWSWEEK’s Brian Braiker. Excerpts:

NEWSWEEK: Sorry to tear you away from your piano.


Randy Newman: Ugh. I’m happy to be torn away.

I was reading the paper on the subway the other day and there were the lyrics to your new song as an op-ed piece. A complete surprise.

Yeah, a slightly expurgated version.

The Supreme Court verse came out. Did they say why?


I can understand it. It’s a pretty casual kind of jargon. And the line about the Caesars [came out], about sleeping with his sister. I don’t know why they’re worried about Caligula and Tiberius.

Very litigious times we live in.

You never know: the old Tiberius family might hit ‘em.

Obviously it’s satire and you’ve been known as a satirist. But sometimes people just don’t get it—Maryland at one point introduced legislation to ban “Short People” from the radio.

And as quickly as they could stop playing it they did. It was a big hit. But as quickly as radio got one complaint in Boston, it was gone. It just disappeared.

For the record, I’m 6 feet 3.

Oh good. What do we care, then? It’s still surprising to me. Most people understood that no one’s that insane.

Do you ever shake your head and ask, “Why do I even bother?”

No, I don’t because I chose that style. Sometimes it puts me in a bit of a box because I just write that way naturally. I’m glad I have the movies so I can do a direct love song or some kind of direct emotional statement. It’s hard for me to write it because if I wrote “You’ve Got a Friend,” I’d sound like a used-car salesman. I’m glad to have Disney to allow me to write straight.

Some of your best narrators are completely nuts. Is this good therapy?

No, it interests me. Most of the narrators of my songs know less about themselves than we can ascertain. I just like that kind of ambiguity.

Interesting you mention your pairing with Disney—it seems almost crazy. I’ve read a comparison of you showing up on the pop scene in the late ‘60s to a psychotic clown showing up at a child’s birthday party.

Yeah, but musically I’ve never been Captain Beefheart particularly. How are you going to be satirical with music? Kurt Weill did it. I’ve done it here and there. Basically I can write emotional music for myself, and do.

You’ve been scoring films for almost 30 years now. So you never find yourself having to curb your instincts?

If you’re scoring a scene where he’s riding down the highway and he’s crashing into things and he sees stuff that scares him, I write the spook music. I do whatever I can do to serve the picture. I’m not interested in writing Bruckner’s 10th symphony, even if I could. I’m interested in doing what’s best for the picture. It sounds a little too noble, but that’s exactly the way I look at the job.

So what prompted this song, then, at this time?

It’s the noisiest kind of administration and the noisiest kind of incompetence I’ve seen in my lifetime. At least Nixon knew the rules and then broke them. But putting someone in prison and not letting them see a lawyer or know what they’re charged with? Maybe they’ve snuck it all along, Kennedy on down. But they’ve actually admitted it, with [U.S. Attorney General Alberto] Gonzales up there saying this is higgledy-piggledy-ing about big giant American things that we are proud of. It’s really odd, the certitude, the way Cheney, Bush and Rumsfeld acted, we’ve never seen anything like this. Against my will almost I wrote something. This is an aberration. They’ll be gone and I don’t think we’ll have anything this bad again.

You don’t name any names in the song?


In a way it’s different from a lot of my songs in that the truth of it is that people do hate America now in most countries of the world, polls say, except in the Philippines. The people aren’t bad and they aren’t mean. It’s a truism but it almost needs saying. I saw “Borat” and it’s a funny picture. But what I came out thinking was how nice Americans are and how it would have been impossible to do that in any other country I’ve ever been in, and I’ve been in a lot of them. Where else could you have done some of the stuff he did? It would have killed in Britain but he never would have been able to do it there.

You sound angrier than you ever have.

I really am. Katrina, the whole thing. Now he’s talking about being “the decider.” I almost made it a policy of not listening to actors or performers when they go on at length, but this pushes you a little. Either I’m getting old or this is really an odd situation.

Do you have people telling you that you can’t write this song or you shouldn’t be doing this?

No one’s ever told me that. Movie directors tell you stuff like that, but it’s their movie, it’s their choice.

Well, the Dixie Chicks famously ran into a lot of trouble and that was a couple years ago even.

It’s harder for them. They had big hits and were country artists. It’s a different matter. It takes more courage for them to do something like that. I can do whatever I want. I couldn’t have written a song right after 9/11 that asked, “Why did they do it.” Mainly, you were sorrowing about how awful it was. After that there was a slight abridgment of freedom of speech. Otherwise in this country, we’ve got it.

You mentioned Katrina. “Louisiana 1927” has had a whole new life because of its renewed relevance.

Unfortunately, yeah. That was a different kind of flood, but the same kind of disaster. One of the big events of American history—millions of people migrated out of Mississippi, cottonfields got flooded and the industry fell out. I knew they wouldn’t go right in there and fix the Ninth Ward and everything would be slow. For one thing the town is not good at fixing things—it’s not what they do. My family down there, if they ever wanted to get their car fixed, they would have to go to Mississippi to do it. And the graft has always been amusing to people. But now it hurts.

© 2007 Newsweek, Inc. |



Dernière édition par Admin le Jeu 28 Fév 2008, 3:10 pm, édité 4 fois


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

13 Re: RANDY NEWMAN - Une nouvelle charge héroïque le Dim 25 Fév 2007, 11:02 am

Well, thanx Sam.
I must apologise to you all. I didn't mean to sound that arrogant. I just am sensitive to a few things. I still don't like R.Newman.
I am sorry lady Lilly for I was rude to you. You're a sensitive and highly intelligent person.

Susan!!

Voir le profil de l'utilisateur
Ah, ces Ricains.........

Voir le profil de l'utilisateur

15 rectification du lien youtube le Lun 26 Fév 2007, 1:08 am

Admin

avatar
Admin

J'ai rectifié le lien erroné pour la vidéo Youtube de "Few Words..."dans le premier message, qui est



De plus, voici un lien vers d'autre vidéo de chansons scandaleuses de Randy Newman:

"Short People"

http://www.youtube.com/watch?v=1NvgLkuEtkA&feature=related


"Rednecks"

http://www.youtube.com/watch?v=Q7I1wtPUOtM&feature=related

"Sail Away"

http://www.youtube.com/watch?v=xE5k2euahDI&feature=related


"God's Science" une de ses charges les plus "hilarantes" contre l'hégémonie américaine.

http://www.youtube.com/watch?v=8U2HZkHWTTg&mode=related&search=


Paroles et traductions


Political Science Science Politique

No one likes us-I don't know why
We may not be perfect, but heaven knows we try
But all around, even our old friends put us down
Let's drop the big one and see what happens
We give them money-but are they grateful?
No, they're spiteful and they're hateful
They don't respect us-so let's surprise them
We'll drop the big one and pulverize them

Asia's crowded and Europe's too old
Africa is far too hot And Canada's too cold
And South America stole our name
Let's drop the big one
There'll be no one left to blame us

We'll save Australia
Don't wanna hurt no kangaroo
We'll build an All American amusement park there
They got surfin', too

Boom goes London and boom Paree
More room for you and more room for me
And every city the whole world round
Will just be another American town
Oh, how peaceful it will be
We'll set everybody free
You'll wear a Japanese kimono
And there'll be Italian shoes for me
They all hate us anyhow
So let's drop the big one now
Let's drop the big one now

------------------------------------------

Personne ne nous aime, je ne sais pas pourquoi
On n'est peut-être pas parfaits mais Dieu sait qu'on essaye
Mais partout, même nos vieux amis nous trainent dans la boue
Balançons la bombe A et voyons ce qui se passe
Nous leur donnons de l'argent - mais sont-ils reconnaissants?
Non, ils sont méprisants et plein de ressentiment
Ils ne nous respectent pas - alors surprenons-les
Balançons-la et réduisons-les en poussière
L'Asie est surpeuplée et l'Europe trop vieille
L'Afrique est bien trop chaude Et le Canada est trop froid
Et l'Amérique du Sud nous a volé notre nom
Balançons-la Il n'y aura plus personne pour nous faire de reproches

Nous épargnerons l'Australie
Faudrait pas blesser les kangourous
Nous y mettrons un parc d'attraction cent pour cent américain
En plus, il y a du surf
Boom sur Londres, boom sur Paris
Plus de place pour toi et plus de place pour moi
Et toutes les villes autour du monde
Seront des villes bien américaines

Oh, ce qu'on aura la paix
Tout sera gratuit
Tu porteras un kimono japonais
Et j'aurai des chaussures italiennes

De toute façon ils nous détestent
Alors balançons la maintenant
Balançons la maintenant


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum