CAJT-Collectif des Amis de James Taylor
CAJT-Collectif des Amis de James Taylor

Ce forum s'est donné pour mission de mettre en contact les milliers de fans de cette légende de la musique encore trop peu connue du public francophone. le site officiel du CAJT - http://www.james-taylor.asso.fr


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

ILS REVIENNENT .... CS&N à l'Olympia en juillet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]




La formation légendaire de rock Crosby, Stills & Nash est de retour à Paris pour deux concerts prestigieux à l'Olympia, les 12 et 13 juillet 2010.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.festivaldesgranges.com
Ces deux dates avaient disparu de la page de GDP, mais elles sont revenues.

Voir le profil de l'utilisateur
Les places sont en vente dès aujourd'hui à l'Olympia pour les 12 et 13 juillet à 20h.

Voir le profil de l'utilisateur
Qui y va ???? les (bonnes) places vont partir vite !

Voir le profil de l'utilisateur http://www.festivaldesgranges.com
j'y vais le 12, 4ème rang....

Voir le profil de l'utilisateur
bon, on se tâte encore ! pas trop longtemps je sais, il faut réagir !

Voir le profil de l'utilisateur http://www.festivaldesgranges.com

Invité


Invité


Encore un super concert que je ne verrais pas!

On y va aussi bien sur !
Jean Pierre, on a ete un peu plus rapides, merci à ma belle soeur surtout.
Donc on est un peu plus devant
Suis deja impatient !

Voir le profil de l'utilisateur

Admin

avatar
Admin
Le trio mythique, emblème du folk rock militant sixties tourne tout l'été





Jean-Philippe Bernard - le 11 juin 2010 - Le Matin -journal Suisse


«Dis-leur qui on est...» lance Stephen Stills. A ses côtés, David Crosby sourit puis rétorque: «Ils le sauront si tu chantes.» A 3 heures du matin, au cœur d'une nuit froide et sombre, Stephen Stills entonne le premier couplet de «Suite: Judy Blue Eyes». Aussitôt, comme l'avait prévu Crosby, 500 000 personnes rassemblées au pied d'une imposante scène en bois rugissent de plaisir.

Tout le monde l'aura compris: nous sommes bien à Woodstock en août 1969. La séquence, inoubliable, est l'un des temps forts du reportage- fleuve de Michael Wadleigh consacré au mythique rassemblement hippie. Éblouissante sur le plan musical, elle permet aussi de comprendre que Crosby, Stills & Nash est bien le groupe qui, à l'époque, incarne le mieux la conscience d'une jeunesse américaine à la fois hédoniste et politisée. Woodstock, comme le rappelle Stills, n'est que le second concert de la formation.




Trois stars

Pourtant, les chansons du trio sont déjà connues de tous et son premier album éponyme paru en mai 1969 est solidement installé en tête des charts (deux millions d'exemplaires seront vendus en moins de six mois). David Crosby, Stephen Stills et Graham Nash, en dépit des apparences, n'ont rien de débutants candides. Le premier, auteur génial né en 1941, s'est illustré au sein des Byrds, un groupe de folk pop californien qui manqua de peu de détrôner les Beatles vers 1965. Le second, est un guitariste prodige né en 1945 qui vient de faire sa révolution sonique aux côtés de Neil Young dans le non moins mythique Buffalo Springfield. Le troisième enfin, est un chanteur anglais né en 1942 qui a passé la seconde moitié des sixties à voler de succès en succès avec les Hollies.

Chez Joni Mitchell

Les trois hommes se sont croisés en 1968 du côté de Laurel Canyon, un quartier à la végétation luxuriante de Los Angeles annexé par toutes les rock stars de l'époque. On raconte que c'est dans la maison de Joni Mitchell qu'ils ont découvert que leurs trois voix pouvaient se marier de manière miraculeuse. Pour résumer l'effet produit sur les premiers auditeurs, Paul Rothchild, le producteur des Doors, confiera plus tard à Dave Zimmer, biographe du groupe: «Tout le monde était sur le cul. On serait tous entrés en religion s'ils avaient ouvert une église.» Conscients du rôle majeur qu'ils peuvent tenir dans un registre folk pop, les trois nouveaux amis vont très vite se libérer de leurs obligations courantes afin de donner vie à l'un des premiers supergroupes de l'histoire. Bien aidé par Ahmet Ertegun, le patron visionnaire d'Atlantic Records, ils vont rapidement enregistrer le coup d'essai sublime qui va les propulser sur le chemin de Woodstock.

Les voix indispensables

Crosby, Stills & Nash viennent d'inventer le rock californien solaire. Mais en attendant que leur art soit recyclé avec plus ou moins de bonheur par une nuée de groupes tout au long des années 1970 (Fleetwood Mac et Les Eagles figurant parmi les plus talentueux), ils vont s'imposer comme les voix indispensables d'une époque. D'abord en enregistrant avec leur ami Neil Young Déjà vu, un disque électrique, onirique et militant qui consacre un temps la mue du trio en quatuor.

Dans une ambiance psychédélique poussée, fortement sexuée et hallucinogène, Crosby, Stills et Nash vont porter au plus haut l'art de l'harmonie à trois voix. Mais, en dépit de moments de répit qu'ils occupent en gravant des disques solos sublimes (mention spéciale à If I Could Only Remember My Name de David Crosby), la pression ajoutée à des problèmes de drogue et d'ego récurrents freineront leur marche en avant.

Sans surprise, absences et retours fulgurants donneront le tempo durant près de quatre décennies. Mais pas d'inquiétude: alors qu'on annonce pour bientôt un nouvel opus produit par Rick Rubin (Red Hot Chili Peppers, Johnny Cash), ils reviennent cet été avec toutes ces chansons que le temps ne réussira jamais à ternir.


A noter:



- 1/ La chanson du clip "Judy Blue Eyes" fut écrite à propos de la chanteuse Judy Collins, l'ex de Stephen Stills. Récemment Stephen Stills a participé au nouvel album de celle-ci intitulé Paradise. Ils interprètent tous deux en duo la chanson "Last Thing On My Mind".

Judy Collins sera à Paris au New Morning le 5 juillet prochain, soit une semaine avant Crosby, Stills & Nash (le 13 juillet à l'Olympia).


- 2/ La préparation en vue des fêtes - et avec les vieux associés Joel Bernstein et Stanley Johnson - d'un coffret de la tournée Crosby Stills, Nash & Young 1974 qui comprendra trois CD et un DVD. "Nous avons huit concerts complets dans nos archives, déclare Crosby. Nous devons sélectionner le meilleur de chaque performance." Les concerts de 74 furent épiques ( la plupart d'entre eux dépassant les trois heures) avec un set électrique suivi d'un entracte puis d'un set acoustique et enfin un final d'autre morceaux électrique avec le groupe au complet. David Crosby, qui ne se rappelle absolument rien de cette tournée, rajoute. "On m'a fait entendre les bande et je n'arrive pas à croire que ce soit aussi foutrement bon!"


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Qui vient ce soir? Pas mal de nouveautés d'après les set-lists, surtout en reprises( toujours ce fameux album en préparation):  Norvegian wood, Midnight rider, Delta, Bluebird...Behind blue eyes(des who!!!!!!).


 


JPA

Voir le profil de l'utilisateur
jean-pierre a écrit:

Qui vient ce soir? Pas mal de nouveautés d'après les set-lists, surtout en reprises( toujours ce fameux album en préparation):  Norvegian wood, Midnight rider, Delta, Bluebird...Behind blue eyes(des who!!!!!!).


 


JPA


et "What Are Their Names" a capella, en prime. Tous les trois en très grande forme. La "surprise", "Long May You Run" du 4e mousquetaire

Voir le profil de l'utilisateur



nombreuses photos chez Rockerman

Voir le profil de l'utilisateur
Je reviens sur le concert de Lundi pour vous donner mes impressions.

Excellent,beaucoup d'énergie(malgré les années qui s'ajoutent-Crosby bientôt 69 ans) et d'émotion;voilà un groupe qui ne doit plus rien prouver, qui se fait plaisir (cela se voit à chaque minute par les clins d'oeil,les sourires,l'enthousiasme)et qui nous fait plaisir.
Au 4 ème rang , juste devant Stephen Stills, j'ai été bluffé par la présence et la qualité de ces légendes.
Par rapport à l'an dernier , j'ai trouvé le groupe plus percutant, des arrangements mieux maitrisés(Bluebird, Rock'n'roll woman) et un Stills revenu à un superbe niveau de guitare.
Un défilé de guitares magnifiques(aaah...ces Martin D45 !,Stratos vintages de Stills, 12 cordes....),le retour de James Raymond (fils de Crosby) comme 2ème clavier(un apport de choix) ,un son bien équilibré et 2h20 de concert.
Bob Glaub(basse-trop,trop bon!) Joe Vitale (drums-nickel) et toy Caldwell(orgue) ont déroulé une rythmique solide dès le départ avec un tonitruant "Woodstock". Là tout de suite on sent que çà va être solide avec un Stills déterminé qui met la pression.Un démarrage très rock avec ensuite "Military Madness" et "Long time gone". Suit "Bluebird" avec un Stills déchainé et un arrangement original super bien travaillé.
"Marrakesh Express" déboule sur un rythme plutôt rock , suivi de "Southern Cross" convainquant sur lequel Stephen sort une Gretsch White Falcon(quel son quand même!).
Nash joue "in your name"(quelle belle mélodie!) et voilà une des surprises de ce tour: "Long may you run" de Neil Young très plaisant qui nous fait regretter que ce morceau n'ait jamais été enregistré par la bande des quatre.
"Déja Vu" avec l'occasion d'apprécier chaque musicien en solo(mention spéciale pour James Raymond et Bob Glaub) et un Crosby en forme olympique.
"Wooden ships" comme on l'aime avec un final instrumental intense où Stills et Caldwell se répondent avec furie tandis que Crosby cogne comme un malade en rythmique(faut le voir pour le croire).
Fin d'un premier set très rock qui met la salle dans la poche!
2ème partie : Helplessly hoping ,un peu faible car stills n'est plus trop à l'aise vocalement pour cette chanson;
Acoustique maintenant avec 4 reprises : Norvegian wood(très tres belles harmonies, nash fait des merveilles),Midnight rider rock- bluesy avec un jeu bien senti de Stills
Girl from the North Country et Ruby Tuesday déjà joués l'an dernier mais mieux cette fois surtout le dylan.
Puis c'est un "What are their names" a cappella par Nash et crosby (non prévu) qui précede un Guinnevere de toute beauté laissant la salle en extase! Une alchimie parfaite!
Crosby enchaîne avec un Delta venu d'ailleurs, aérien -frissons garantis surtout après son introduction remerciant Jackson Browne de l'avoir forcé à terminer ce chant alors qu'il était au fond du trou.
L'émotion est à son comble; James Raymond envoie un déluge d'orgue solennel qui annonce une version de haut vol de Cathedral. Succès enorme. Standing ovation!
Our house en karaoke .Rock and roll woman qui envoie "grave" avec un Bob Glaub royal et un Stephen Stills dans le rôle du guitar hero qui n'abdique jamais: un solo ravageur- quelle feeling et quelle puissance -çà fait plaisir de voir Stills aussi en forme. le morceau est dédié à ...Véronique, qui est 5 rangs derrière.
Enfin, "almost cut my hair" qui achève tout le monde avec un Crosby des grands soirs! yeaaahhh!!!

Rappels of course: tout le monde est debout bien sûr pour chanter "Love the one you're with" et "Teach your Children"
Les 3 heros sont aux anges, quelle belle soirée!

Les légendes ont la vie dure; merci pour des concerts de cette qualité!

JPA

Voir le profil de l'utilisateur
Globalement d'accord avec Jean-Pierre. J'ai trouvé Stills plus en verve vocalement sur les morceaux électriques qu'acoustiques, j'ai bien aimé sa grosse gratte orange (Gibson, je crois), sur Marrakesh Express, et la 12 cordes électrique de Crosby sur Woooden Ships. Même setlist le mardi, avec en rappel Chicago + Love the one you're with. Exit donc Teach Your Children.

Dans les surprises, tu as oublié Behind Blue Eyes des Who!

Le mardi, Crosby a eu droit à une longue standing ovation avant Guinnever, très émouvant.

Dernier point, la version de Long May You Run qui figure sur Decade est celle de CSNY. Les pistes de C&N ont été effacées sur la version du Stills Young Band.

Bonne fin de semaine à tous,

Hervé

Voir le profil de l'utilisateur
Un peu "shakey" au début :-)



Voir le profil de l'utilisateur

Voir le profil de l'utilisateur

Admin

avatar
Admin
Très cool, Parispal. Merci!

Je vais passer un excellent week end!


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum