CAJT-Collectif des Amis de James Taylor
CAJT-Collectif des Amis de James Taylor

Ce forum s'est donné pour mission de mettre en contact les milliers de fans de cette légende de la musique encore trop peu connue du public francophone. le site officiel du CAJT - http://www.james-taylor.asso.fr


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

TROUBADOUR REUNION TOUR- compte-rendus videos photos

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 5]

Admin

avatar
Admin





LA TOURNEE AUSTRALIENNE


  • 26 mars - MELBOURNE, AUSTRALIE
    Rod Laver Arena

  • 27 mars - MELBOURNE, AUSTRALIE
    Rod Laver Arena

  • 29 mars - ADELAIDE, AUSTRALIE
    Entertainment Centre

  • 31 mars - BRISBANE, AUSTRALIE
    Entertainment Centre

  • 01 avril - BRISBANE, AUSTRALIE
    Entertainment Centre

  • 03 avril - HUNTER VALLEY, AUSTRALIE
    Hope Estate

  • 05 avril. - SYDNEY, AUSTRALIE
    Entertainment Centre

  • 06 avril. - SYDNEY, AUSTRALIE
    Entertainment Centre

  • 08 avril. - CHRISTCHURCH, NOUVELLE ZELANDE
    Westpac Arena

  • 10 avril. - AUCKLAND, NOUVELLE ZELANDE
    Vector Arena

---




"C'est un oiseau? Un avion?...


"Nan!...Simplement un des stupides boomerang de Sadir!" (Arnold)



Dernière édition par Admin le Jeu 08 Juil 2010, 6:21 pm, édité 5 fois


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
You've still got a friend

PHILIPPA HAWKER for Sydney Morning Herald


March 26, 2010 - 1:36PM




"I remember my grandfather would put a symphony on the record player and sit in a chair and listen to it. But people don't listen to music like that these days. Now, you have your iPod or your stereo on in the background while you are doing two or three other things.


'WE ARE playing for each other," James Taylor says; a sentiment Carole King echoes more than once. It's something they want to emphasise — the straightforward, unalloyed pleasure of sharing a stage together, as they will for the next few months, taking their music on a world tour that begins tonight in Melbourne at Rod Laver Arena.

They have called their show the Troubador Reunion Tour, the acknowledgment of a connection that goes back decades. They first played the Troubador, a legendary West Hollywood venue, in 1969 and 1970, when Taylor was in the early stages of his career and King was starting out as a solo artist after writing a string of hits for other people.

They struck up a friendship and musical partnership and worked on each other's second albums. By the time they next appeared at the Troubador, they were both household names. By 1971, Taylor had a No.1 hit with a King song, You've Got a Friend, and their albums had set the mark for what it was to be a singer-songwriter in the 1970s.

Taylor's Sweet Baby James was a runaway hit that landed him on the cover of Time; King's Tapestry was a fixture in the charts for more than six years.

They might have become instant classics, staples of every share household in the '70s, but they had their dissenters; most famously, the late critic Lester Bangs, who fantasised about heading off to Carolina with a broken Ripple beer bottle and "twisting it into James Taylor's guts until he expires in a spasm of adenoidal poetry".

When the Troubador celebrated its 50th anniversary in 2007, Taylor and King again played there together. And now they are setting off on a reunion juggernaut that will cross Australia and go to New Zealand and Japan before travelling across the US and perhaps coming to a halt in the middle of the year.

The scale of this enterprise, King admits, can be difficult to manage. "What it means," she says, "is that we have to work a little harder to protect what we have, what's great for us and what I think people are coming to see — the intimacy and the joy we feel playing together."

The reunion aspect goes deeper still. They are joined by musicians who played with them in those early days, among them a combo known as the Section: guitarist Danny Kortchmar (a childhood friend of Taylor, whom King also worked with separately), drummer Russ Kunkel and bassist Leland Sklar.

It's a combination that I can remember first-hand; I saw them all in 1971, in England, when they played the Festival Hall in Croydon. I remember a pin-drop intensity in the audience that night and the intersection of Taylor's laconic, wry confidence and King's fierce, joyous attack.

I mention that I saw them all those years ago and their response is quick and enthusiastic — it's almost as though I were a member of the reunion tour, too.

King's touring life began in earnest in those days, she recalls. She suffered from stage fright to begin with but says it swiftly disappeared. "I was so loved and supported by James and the band — and by the audience, too."

A tour, Taylor says, can be a regimented business but that's an element of its appeal; its enforced discipline simplifies things. Everyone is part of the same process.

"The baffling confusion of civilian life," he adds, "can make you long for the road."

His wife Kim Smedvig and their nine-year-old twins will accompany him on tour, at least to begin with.

King, whose four children are well and truly grown, says she will very likely have something else with which to occupy herself, if she doesn't get distracted — her autobiography, the first draft of which is close to completion.

And maybe there will be other things to work on. Taylor says it has occurred to both of them that they could write songs together. But it's not as though they are short of material; deciding what to play from decades of familiar songs and audience favourites is a pressure they are well aware of. After all, Taylor is quick to say: "Carole could play three separate shows with her material alone."

Every time you look back at the songs King wrote, the list seems to get longer. She began in the late 1950s with a Brooklyn high-school band called the Co-Sines. When she joined forces with lyricist Gerry Goffin in her teens, it was to help him write a musical about the Beat era in Greenwich Village but the partnership soon shifted to pop.

She and Goffin married in 1960; by the age of 18, she had a husband, a daughter and a songwriting career. Their first No.1 song was Will You Love Me Tomorrow, for the Shirelles, an evocation of female yearning and desire with an almost confronting directness. The songs kept coming, ranging from the upbeat (One Fine Day ) to the melancholy (Up on the Roof); from a novelty hit (The Loco-Motion) to a song used on the soundtrack of Easy Rider (Wasn't Born to Follow); from a number for the Monkees (Pleasant Valley Sunday) to a hit for Herman's Hermits (I'm into Something Good).

They divorced in 1968. With Tapestry, King entered a new era, reclaiming songs she had composed for others (Will You Love Me Tomorrow and Natural Woman) and creating new ones (It's Too Late and I Feel the Earth Move). Nothing has quite matched the impact of that album but she has continued to perform and write and has written hits for, among others, Celine Dion and Mariah Carey. She has also thrown her energies into politics and environmental activism (spurred by her move to the Idaho mountains in the late 1970s).

She entered the consciousness of a new generation of young fans via the much-loved TV show Gilmore Girls; she and her eldest daughter, Louise Goffin, sing the title song and she has made several guest appearances.

Taylor, meanwhile, has continued to play, compose and record, finding inspiration in an increasingly wide variety of sources. Years ago, he expressed ambivalence, to say the least, about the pressure to perform his greatest hits but now he seems utterly at ease with it. And in any case, songs have a knack of making their own way in the world: Fire and Rain, for example, has, over time, accumulated new meanings — a personal account of loss has become a kind of communal elegy.

He has wrestled with personal traumas, with the pressure of celebrity, with addiction — a drug habit he acquired at 18 was finally shaken in 1983 — and has emerged as a kind of elder statesman of popular music, without ever losing his dry wit or lightness of touch.

To perform live, Taylor says, "is about as real as it gets for us", and "there's nothing abstract about the immediate feedback.

"I remember my grandfather would put a symphony on the record player and sit in a chair and listen to it. But people don't listen to music like that these days. Now, you have your iPodor your stereo on in the background while you are doing two or three other things."

So a concert, "a two or three-hour period of time when everyone is there dedicated to making or listening to the music, sharing and communicating ... that's a vital thing and something to hold on to".

The Troubador Reunion Tour is at Rod Laver Arena tonight and tomorrow.



Dernière édition par Admin le Jeu 08 Juil 2010, 11:34 pm, édité 2 fois


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
MELBOURNE 26/03/10


YOU'VE GOT A FRIEND




FIRE AND RAIN







_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
Toujours Melbourne le 26 MARS

I FEEL THE EARTH MOVE




_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
MELBOURNE 26 MARS - EXTRA!!!!



MACHINE GUN KELLY




IT'S TOO LATE



YOU MAKE ME FEEL LIKE A NATURAL WOMAN



WILL YOU STILL ME TOMORROW?



COPPERLINE



CRYING IN THE RAIN



UPON THE ROOF



DO THE LOCOMOTION



BLOSSOM



YOUR SMILING FACE






_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
YOU CAN CLOSE YOUR EYES




_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
SECOND CONCERT MELBOURNE DU 27 MARS


LOCOMOTION (en duo avec JT)



CAROLINA IN MY MIND



SHOWER THE PEOPLE (court extrait)



_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
Carole King and James Taylor At Rod Laver Arena Melbourne

by Haylee Cashmere - March 29 2010






Carole King et James Taylor ensemble, cela s’est produit souvent sur disque mais rarement sur scène. Rien que pour cela, leur Troubadour Reunion Tour` est spécial.

Voir Carole King interpréter elle-même ses chansons, est en elle-même, une expérience incroyable. Vous avez entendu l’expression "la voix d’une génération"avant, j’en suis sûr. Carole King est la voix d’une génération. Sa musique est intemporelle. Goffin-King ent ant que compositeurs sont les égaux de Lennon-McCartney et de Jagger-Richards. Ce sont des chansons qui auront encore une résonance avec nos enfants, les enfants de nos enfants et leurs enfants.



Les chansons de Carole King seront chéris par des générations et quel honneur de l’entendre les interpréter en concert.
Voir James Taylor chanter ses chansons et également époustouflant. Taylor parle à ses fans à travers sa musique. 'Fire and Rain'est une des chansons les plus émotionnelles de tous les temps. 'You've Got A Friend' fut la réponse musicale à quiconque a éprouvé un doute dans sa relation dans les quarante dernières années. Ce sont leurs chansons. Ce sont celles-ci qu’ils nous ont chanté durant le concert de ce soir.



J’ai été assez chanceux pour faire partie du public, d’observer ces deux incroyables singer/songwriters talentueux jouer ensemble les tubes d’une vie. Merci à vous deux James et Carole pour la chance d’entendre ces chansons en live. C’est réellement un des plus grands événements live de tous les temps.
La ville de Melbourne en Australie a accueilli le premier concert de la tournée mondiale “Carole King and James Taylor: The Troubadour Reunion Tour 2010». En 2007, Taylor et King jouaient un série de concerts pour marquer le cinquantenaire du club The Troubadour de Los Angeles et ils décidèrent alors d’emmener le concert en tournée.



Dès le moment où ils ont mis ensemble le pied sur la scène et ont regardé le public en souriant, nous remerciant de les avoir rejoint pour une soirée de chansons, il sont donné le ton de la soirée. Et ils n’ont pas déçu
Il sont joué pendant trois bonnes heure avec un entr’acte de vingt minutes. Des chansons comme «So Far Away”, “Smackwater Jack”, “Your Smiling Face”, “Steamroller Blues”, “Fire and Rain”, “I Feel the Earth Move”, “You’ve Got A Friend” (ils se sont alternés sur les couplets, se dédiant la chanson l’un à l’autre) et “Locomotion” ont aidé à créer un sentiment extraordinaire de respect pour la quantité combiné de pur talent.



Jouant une chanson après l’autre – un tube après l’autre on aurait dit que l’audience entière ne chantait pas seulement les refrains mais chaque mot de chaque chanson. Il était plus qu’évident que ces deux-là étaient de bons amis, très à l’aise l’un avec l’autre, riant, blaguant, et incluant le public comme s’il s’agissait d’une réunion intime d’amis.
Pour ceux d’entre vous qui auront la chance d’assister à un des concerts de la tournée, vous ne serez pas déçus.





SETLIST:

1. Blossom
2. So Far Away
3. Machine Gun Kelly
4. Carolina In My Mind
5. Sunshine Sunshine
6. Smackwater Jack
7. Country Road
8. Where You Lead
9. Your Smiling Face
10. Song Of Long Ago
11. Long Ago And Far Away
12. Beautiful
13. Shower The People
14. Way Over Yonder

Interval

15. Copperline
16. Crying In The Rain
17. Mexico
18. Sweet Baby James
19. Jazzman
20. Will You Love Me Tomorrow
21. Steamroller Blues
22. It's Too Late
23. Fire And Rain
24. I Feel The Earth Move
25. You’ve Got A Friend

Encore

1. Up On The Roof
2. How Sweet It Is (To Be Loved By You)
3. You Can Close Your Eyes
4. Locomotion


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
YOU'VE GOT A FRIEND - 27 MARS



_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
COMPTE RENDU DU CONCERT D'ADELAIDE DU 29 MARS



par Indigo Woman


Je rentre tout juste du concert. Par où dois-je commencer. . . Pour cette première nuit de pleine lune de début d'automne, Carole King et James Taylor sont venus à Adelaïde et ils ont vaincu.

Je vous dirais en prémice qu'il n'y a pas assez de superlatifs pour décrire cette soirée vraiment magnifique, magique et inoubliable. Le public était avec eux dès le départ. Carole a demandé: «Êtes-vous prêts a rocker?" et l'endroit a explosé. James a poursuivi par un «Eh bien gardez cela dans un coin de votre tête!», puisqu'il ont lancé le concert avec le tendre Blossom.

Vous savez, j'ai visionné un couple de vidéo sur YouTube aujourd'hui, et je trouve que cela ne leur rend pas justice. C'est comme entendre, voir, sentir quelque chose avec un seul canal audio. Elles n'arrivent pas à transmettre la richesse de leur présence. L'essence même de leur voix. La magie que leur musique tisse duo après duo. Les couches de paix et de joie qui s'amassent les unes sur les autres, chanson après chanson.



C'était si bon de voir tous ces gars de nouveau ensemble, tout fonctionne très bien. Je entrerai pas dans les détails sur les guitares, amplis, micros, ou même le type de piano sur lequel Carole joué. Je sais qu'il est essentiel de disposer des bons équipements dans le domaine technique, ce qui permet un superbe concert. Aucun problème à ce niveau. Mais sans l'artiste, c'est juste vis et des boulons. Leurs voix étaient assurée et sincère. Ils ont tous deux été formidables. Il n'y a pas eu d'anicroche et le son a été excellent, étant donné que le lieu est essentiellement une boîte en béton.

Je me demande ce que l'on ressent d'être en mesure d'apporter tant de joie à tant de gens. JT est toujours aussi humble et gracieux ce qui acentue le fait qu'il soit un être humain très particulier. Que Dieu soit béni pou la présence de James (et de Carole) dans notre monde. Qu'il leur soit premis de tourner saison après saison, de parcourir le monde, de souffrir encore du décalage horaire pour nous offrir leur fantastique spectacle commun.

La liste présentée était simplement parfaite. Nous avons eu droit à "Shower the People" et "Copperline". Nous avons également eu droit à "Hi Di Ho". James a expliqué que, parce qu'ils avaient tellement de matériel en commun, il leur avait été vraiment difficile de choisir les chansons, donc la 3ème chanson du 2d set sera l'endroit où ils tenteraient des choses en chantant une chanson différente.

J'espère que mon message aura de la cohérence demain matin. Je tenais juste à le rédiger maintenant. Il n'y a qu'une chose à dire. Peu importe la façon dont vous obtiendre un billet, faites en sorte d'en obtenir un. Ce serait un crime contre vous-même de manquer la tournée. J'aimerais ne plus jamais redescendre de mon nuage.

INdigoWoman



Dernière édition par Admin le Ven 02 Avr 2010, 6:15 pm, édité 1 fois


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin



une galerie photo du premier concert de la tournée à Melbourne (Australie) est proposée ICI


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin



James Taylor se penche sur sa carrière
Australian Broadcasting Corporation
Broadcast: 31/03/2010
Reporter: Kerry O'Brien (traduction Samuel Légitimus)

Le légendaire singer songwriter James Taylor s’entretient avec Kerry
O'Brien sur sa vie et sa carrière. Taylor est actuellement en tournée en
Australie avec Carole King.





Video

Windows Media
Broadband Dial-up
Interview étendue with James Taylor


Windows Media
Broadband Dial-up


Transcription



KERRY O'BRIEN, Présentateur: James Taylor a connu une ascension dans le monde de la musique à la fin des années 60 après avoir été lancé par les Beatles, créant un lien puissant avec un gros morceau de la génération du baby-boom. Il a récolté cinq Grammy Awards et 40 disques d’or, de platine et multi-platine. En 2000, il a été intronisé au Rock 'n' Roll Hall of Fame, à la fois en tant que chanteur et compositeur. Des chansons comme «Fire and Rain», «Sweet Baby James» et «Carolina in my Mind» résonnent encore aujourd'hui, et tout au long des années 70, lui son épouse et collègue la chanteuse Carly Simon furent les enfants chéris de la scène musicale américaine.

Mais alors même que cette époque représentait un moment extrêmement productive musicalement pour Taylor, il était également bien sur le chemin de la toxicomanie grave et de l'auto-destruction. Il a tourné le dos à cette vie il ya 27 ans, vit un nouveau mariage heureux avec deux jeunes enfants et, à 62 ans, il tourne actuellement en Australie avec une autre ancienne collaboratrice, Carole King, - (rappelez-vous le glorieux album «Tapestry»). J’ai eu l’opportunité de parler avec lui à Brisbane aujourd'hui .

James Taylor, Quel effet cela fait d’être un des chanteurs – des artistes - les plus durables de votre génération, en particulier en tant que singer-songwriter?

JAMES TAYLOR, singer-songwriter: Vous savez, c'est une sorte de surprise. Je pense que beaucoup de gens sont étonnés que je sois toujours là, vous savez, cependant - que je ne bouffe pas les pissenlits par la racine, comme on dit. Parce que je n'ai jamais pensé atteindre l’âge de 62 ans et être toujours sur la route. Mais j'aime ça. Alors - et puisque le temps passe je me sens de plus en plus une sorte de bienheureux, reconnaissant d'être encore capable de le faire 'car c’est un genre merveilleux de condition en fin de parcours. C'est génial.

KERRY O'BRIEN: Vous avez chanté aux Oscars cette année dans la section « hommage à ceux qui dans l’industrie du cinéma sont décédé l'année dernière ». Vous avez eepris «In My Life » des Beatles. C'est une chanson très évocatrice. "Il y a des endroits dont je me souviendrai toute ma vie, certains pour toujours, pas pour le mieux, certains ont disparu et certains restent." Cela doit avoir un écho aussi bien pour vous que pour d'autres.

James Taylor: Oui. Je veux dire, au fil du temps, vous savez, vous commencez à perdre des gens. Même pour moi à 62 ans, il y a beaucoup de gens qui ont disparu et il y avait beaucoup de genres de pratiques à haut risque qui font de ce show business et du rock 'n' roll quand j'étais plus jeune et qui ont pris un beaucoup de gens. Alors oui, elle est évocatrice, cette chanson, et il est drôle d’imaginer les Beatles en train d’écrire cette chanson alors qu’il entraient dans le vingtaine.

KERRY O'BRIEN: Bien sûr, votre carrière discographique a été lancée, en 1968, sur le label Apple des Beatles. Vous avez déclaré depuis : «C'était comme si quelqu'un avait ouvert une porte et le reste de ma vie était de l'autre côté." Quelles ont été vos souvenirs durables de l'époque, de cette année-là?

James Taylor: Eh bien, ce fut incroyable, vraiment. Je veux dire, c'est en quelque sorte la mère de toutes les opportunités, pour un - je veux dire, les Beatles en 68 étaient pratiquement au sommet de leurs compétences. Sergent Peppers était sorti un an et demi avant, ils étaient en train d’enregistrer l'Album Blanc et j'utilisai le même studio qu’eux, je profitai du temps où il s ne l’utilisaient pas, c’est à dire, les pauses entre les sessions d'enregistrements. Je venais donc écouter ce qu'ils venaient d’enregistrer – « Hey Jude » ou « Rocky Raccoon »… et puis de temps en temps, Paul et George restaient et jouaient sur un morceau de mes morceaux...

KERRY O'BRIEN: Alors, quel impact cela a t-il eu sur vous, d’après vous?

James Taylor: Ce fut une validation.

KERRY O'BRIEN: Puis vint « Fire and Rain » avec ces mots d'ouverture, "Juste hier matin ils m'ont appris que tu étais partie." Ces paroles deviennent d'autant plus obsédantes lorsque vous découvrez l'histoire derrière celles-ci, et je sais que vous avez parlé de cela avant, mais pouvez-vous décrire brièvement les circonstances qui ont conduit à composer « Fire and Rain »?

James Taylor: Eh bien, quand j'étais à New York au sein du groupe « Flying Machine », j'ai eu une petite amie. J'étais un garçon de la campagne venus en ville et, vous savez, il s’est trouvé - Susie et moi étions très proches. Et puis, je suis allé en Angleterre. Elle s'est suicidée après - elle avait des problèmes terribles avec sa famille. On l'avait en fait interné afin de garder le contrôle sur elle. Sincèrement, cela n’était pas nécessaire. Mais ils l'ont fait interner dans un asile de l'État et elle a fini par se tuer, alors ...

KERRY O'BRIEN: Mais pendant plusieurs mois vous n’avez rien su à ce sujet….

James Taylor: Oui. Mes amis – j’étais en train d’enregistrer cet album avec les Beatles et ils ne voulaient pas faire éclater ma bulle. "Attendons jusqu'à ce que la chose soit dans la boîte, puis nous pourrons lui apprendre la nouvelle." Et c'est de cette manière que le premier verset est survenu.

Le second couplet a été écrit dans un lieu de récupération, une sorte de centre de réhabilitation pour les - un lieu de désintoxication dans l'ouest du Massachusetts, tout près de là où je vis aujourd’hui, et c'était en quelque sorte au sujet de ce chapitre. Et puis, vous savez, le troisième couplet était sur un genre de regard sombre pour tenter de me reprendre et de repartir.

KERRY O'BRIEN: Croyez-vous que votre attirance pour la drogue, à cette époque était liée de quelque façon, à vos luttes antérieures contre la dépression?

James Taylor: Oui, je crois que je cherchais toujours à pratiquer une automédication, vous savez, en essayant de me réparer par moi-même. Et ...

KERRY O'BRIEN: Mais vous guérir de la dépression ou de quelque chose de plus profond que cela?

James Taylor: Eh bien, je pense que la dépression est aussi un symptôme.

KERRY O'BRIEN: C'est un symptôme, en effet.

James Taylor: La dépression est une réaction à quelque chose qui - c'est, au fond, une panne, vous tombez en panne.

KERRY O'BRIEN: Vous avez dit à propos de votre dépendance, "La chose au sujet des drogues avec moi, c'est que celles-ci sont en fin de compte ennuyeuses et quand elles ne sont pas ennuyeuses, il s’agit un accident humiliant ou stupide. A la fin, c’était tout simplement trop étroit. Je me sentais comme si je vivais sur un timbre-poste. " Si la drogue n'est qu’abrutissante, pourquoi a-t-elle une telle emprise sur des personnes, pendant si longtemps, voire jusqu'à ce qu'ils meurent?

James Taylor: La clé pour un toxicomane est de savoir quel niveau de soulagement il estime avoir atteinte lors de sa première découverte de la drogue de son choix. Lorsque cela fonctionne vraiment pour lui, il doit faire attention au point de non retour parce que vous allez tenir le coup jusqu'à la… vous serez le dernier à reconnaître qu’il faut vous en débarrasser.

KERRY O'BRIEN: Mais vous avez rompu avec cela.

James Taylor: Oui, je l’ai fait. J'ai trouvé une autre façon et il m’a fallu… ça a été…- vous savez, ces choses ont tendance à fonctionner dans les familles. Si c’est inné ou acquis, on l’ignore encore, mais à mon avis ce doit être un peu des deux. Mais c'est une impasse. On vit le même jour encore et encore et celui-ci est de plus en plus douloureux. J’ai vu l’alcool emporter mon frère et j’ai été témoin de ce que l’alcool restreignait le potentiel de mon père et sa prise avec la réalité - et ma drogue de choix était si illégale et si dangereuse que - et aussi tellement abrutissante, tellement puissante, que j'ai vraiment - j'avais juste besoin de passer à un autre chapitre dans ma vie. À l'âge de 35 ans que je n'étais pas prêt à en supporter davantage.

KERRY O'BRIEN: Vous êtes réticent à parler de votre première femme, Carly Simon, ce que je respecte, mais pouvons-nous parler un peu de votre musique ensemble?

James Taylor: Bien sûr.

KERRY O'BRIEN: Parce que pendant un temps vous étiez le couple de singers-songwriters préféré de l'Amérique, pour ne pas dire du monde.

James Taylor: Je suis heureux de parler de Carly.

KERRY O'BRIEN: Alors, quelle importance à représenté cette partie de votre vie? Cela a dû très dévorant.

James Taylor: Oui, en effet, et - mais c'était un mariage très publique et très - vous savez, pour moi c'était juste prématurée. Ce n’avais aucun droit de faire ça - cela m'étonne vraiment que les gens se marient dans leur vingtaines. Je veux dire, que savez-vous?

KERRY O'BRIEN: Très peu.

James Taylor: Non, c'était juste une sorte de – c’est condamné en quelque sorte Je veux dire, vraiment, c'était juste - j'étais inapte à être un mari et un père et nous ...

KERRY O'BRIEN: Cela doit doit être une chose très difficile à dire et à reconnaître.

James Taylor: Oui et non. Il n'est pas difficile de le dire. C'est juste manifestement vrai.

KERRY O'BRIEN: Il y a une autre chanson de route sur l’album « October Road » intitulée Traveling Star » vous avez écrit sans doute sur la vie en tournée, où vous dites que revenir la maison était comme aller en prison, « les draps, les couvertures, les bébés et tout ça. Ce sentiment ne vous a pas empêche de vous remarier à nouveau, - les draps, les couvertures, les bébés et tout ça, avec bonheur.

James Taylor: Eh bien, non, je pense que quand un homme se lie avec une femme, le beau sexe, si elle veut se marier, eh bien, vous ne faites pas le poids.

KERRY O'BRIEN: Et maintenant vous êtes de retour sur la route avec Carole King. Elle parle très tendrement de la manière dont vous l’avez convaincu, elle compositrice timide dans les coulisse, a venir vous rejoindre sur la scène du Troubadour de Los Angeles, en 1971 et cela a changé sa vie. De quelle manière vous en souvenez-vous?

James Taylor: Carole était en stand by. Cette mode des singers songwriters avait en quelque sorte passé avec Dylan, Woody Guthrie, de mon point de vue. Mais il était temps pour Carole de faire sa marque et de se faire connaitre.

KERRY O'BRIEN: Mais cette fameuse soirée, at-il été difficile de la convaincre de jouer? Cela a-t-il été un processus graduel ou vous êtes-vous contenté de la pousser doucement dans le dos?

James Taylor: Il est vrai que le Troubadour a été l'une des premières fois où elle était effectivement programmé en tant que première partie, mais la toute première fois où elle est montée sur scène dans le cadre de mon set et a chanté Upon The Roof ce fut à Queens College. Et, elle était… elle était très timide et - mais, vous savez, la musique prend le dessus et les chansons qu'elle écrit sont ses véhicules, vous ne pouvez pas perdre. Une fois que vous grimpez dedans c'est une sorte de « On est parti ! ».

KERRY O'BRIEN: Alors, qu’est-ce que ça fait de voyager avec elle aujourd’hui, après toutes ces années?

James Taylor: C'est comme revenir en arrière. Chaque fois que Carole et moi nous rencontrions, nous disions: «Il nous faut le faire à nouveau. On doit y aller Il nous faut réitérer l’expérience" Et puis enfin, elle est venu à moi un jour et m’a lancé: «Eh bien, si nous voulons le faire, nous ferions mieux de le faire maintenant."

KERRY O'BRIEN Vous devez avoir chanté « You've Got a Friend » des centaines de fois, mais autant en duo avec Carole King.

James Taylor: C'est exact. Comme je l'ai souvent dit, j'ai voyagé à travers le monde grâce à cette chanson. Je l'ai chanté, soir après soir. Alors, il est bon de la chanter à nouveau avec Carole.

KERRY O'BRIEN: Les salutations continuent de tomber. Il n’y a pas si longtemps depuis votre dernier Grammy et votre intronisation au Hall of Fame à la fois en tant que chanteur et en tant que compositeur, Alors si vous avez vraiment eu une vie heureuse.

James Taylor: Sentir la gratitude et la chance incroyable d’être toujours là et d’être en mesure de tourner et de jouer cette musique tous les soirs, non, j’ai vraiment une vie heureuse - la reconnaissance est la bonne attitude et je vais probablement conclure avec cette platitude.

O'BRIEN KERRY: (Rires). James Taylor, Merci beaucoup de vous être entretenu avec nous. Merci.

James Taylor: Merci, Kerry.

KERRY O'BRIEN: Il y a quatre autres concerts de James Taylor-Carol King à Brisbane, a Hunter Valley et à Sydney.


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
COMPTE RENDU PAR TEE du concert de Brisbane (Australie) - 31 mars





Amis de « G'Day » (comme on prononces dans ces contrées) – fans de JT du monde entier,

Le Brisbane Entertainment Center est situé assez loin du centre-ville. Le trafic d’après travail était très lent. Pour aggraver les choses tandis que nous approchions de notre sortie, un camion à grand conteneur réfrigéré a explosé en flammes. Comme par hasard, nous étions juste devant, et notre voiture s’est faite bloquer par la police. Nous sommes restés là, à regarder la fumée noire et les flammes s'échapper du camion. Sympa d’être aux premières loges! Mais j'ai continué à faire tourner le moteur anxieuse de ne pas arriver en retard pour ma rangée centrale à l’avant scène du concert – ce concert de JT & CK allait peut être partir dans les flammes, comme ce qui se passait en face de nous! Inquiétude inutile, puisque nous sommes parvenus au centre avec quarante-cinq bonnes minutes d’avance pour récupérer mes billets au guichet des préventes.

L'arène était énorme et pleine à craquer et le public (en majorité des cinquantenaires) brûlait d'excitation. Brisbane, d’après ses résidents est souvent mise de côté lors des planifications des tournées de concerts, une grosse erreur de la part des agents de réservations, puisque la ville a la plus forte croissance démographique d’Australie - les chiffres que j'ai entendus parlaient de 1000 nouveaux résidents par jour sans aucun signe de ralentissement.

Les lumières se sont tamisées et, des coulisses on surgi Carole et JT sous une explosion d’acclamation reconnaissante du public de Brisbane. JT, grand et élégant dans un costume gris foncé avec une chemise à col ouvert, Carole toute menue dans un petit costume noir, avec une chevelure d'argent qui étincelait glorieusement sous les projecteurs. Plus tard, pour la seconde moitié du concert, ils arboreront des tenues plus décontractées – JT dans son pantalon jean gris et son polo bleu habituels.

A la place d’un Blossom, nous avons eu droit à Secret Of Life en début de concert. Je crois que ce fut le seul changement de la setlist.

Les temps forts, pour moi du la soirée:
« Long ago and far away », ce n'est que la 2e fois que j'entends ce morceau joué sur scène par James, et, à chaque fois, cela provoque en moi un impact émotionnel qui me frappe comme un tsunami ... qui assaille mes sens avec mes souvenirs d'un temps d’avant dans ma jeunesse, un sentiment de nostalgie - oh être innocente à nouveau!
« Country Road » et « Shower ThePeople » Arnold a fait un tabac comme d'habitude. La foule de Brisbane a vraiment adoré « Steamroller »!
Incroyable performance de Carole sur « Way Over Yonder ». Elle s’est donnée entièrement à la chanson, a atteint et tenu toutes les notes hautes et longues, et a maintenu le public dans une extase tendue. Et les chœurs assurés par Kate Markowitz et JT vous provoquaient un frémissement de plaisir. On pourrait en dire de même des chœurs sur "Will you love me tomorrow". « Jack Smackwater » était amusant, de même que « Locomotion ».

Arnold, Kate et Andrea ont sonné divinement - et j'ai vraiment apprécié leur exquise contribution. Tous les trois en pleine forme et visiblement ravis d’être là.

La guitare de Danny Kortchmar étiait tout en «gémissements» pour ainsi dire. C’est un immense talent et il n'a pas non plus perdu de sa bonne mine! J'ai remarqué qu'il avait un rack de guitares qu'il changeait de temps en temps, et parfois, il jouait de sa guitare acoustique.

Oh, Mon Dieu le bassiste - Je suis à court de mots. Il s’agit en effet du grand Leland Sklar que tout le mon connait. Monstrueux, avec des sons terriblement profonds en mouvement sous les doigts de cet homme!
Sa barbe et ses cheveux légendaire sont toujours là mais maintenant, ils sont gris – Quel son et quelle image !

Russ Kunkel était assis très haut à sa batterie, à l'arrière-plan, Kootch et Sklar ont opérés en parfait contrôle dans les temps rapides et lents.

Le décor était beau en arrière plan, avec un éclairage toujours changeant en teintes de bleu, rouge et vert parsemé de photos des artistes dans leurs grand époque sur des écrans carrés et rectangulaires, des rideaux pendaient qui donnaient une profondeur tridimensionnelle. C’était simple mais élégant et très agréable.

Le son était excellent depuis mon siège en avant-scène - un endroit habituellement moins apprécié pour sa qualité sonore, que pour sa qualité visuelle ! Dave Morgan est de retour à la console de son pour cette tournée - si vous avez la chance de la saluer, n’hésitez pas.



Et oui, quand Arnold m'a repéré dans le public, il s’est s'éclipsé à l’entracte pour le donner mon passe afin que je passe lui rendre visite après le spectacle.

J'ai pu rencontrer Carole King pour la première fois et je n’aurais pas pu être plus abondante de gratitude! C’est vraiment une belle personne une grande compistrice avec un vrai talent d’artiste interprète et de performeuse.

Et oui, notre héros James Taylor - il est plus séduisant que jamais. Je vous jure qu'il est plus beau et plus jeune au fur et à mesure que les années passent et, bien sûr, il sonne et chante avec la même magie

Lyle Lovett était dans les coulisses. Il doit se produire ici à mon avis?

Eh bien, c'est ma première aventure JT, en Australie. Il ya un autre spectacle de ce soir et à moins que quelque chose de majeur ne change dans le spectacle je ne me connecterai pas.(Ma connexion ordinateur pendant le voyage étant limitée), mais je me ferai un plaisir de partager mes impressions chaque fois que je le peux.
D’après les comptes-rendus et les liens youtube qu’Erik a publié il semblerait que vous ayez l'expérience du concert au complet à votre disposition. Avez-vous besoin de plus? Wink
Que je suis cruelle.... Je sais bien que, si vous êtes comme moi, cela ne fait que vous mettre encore plus en appétit, hein?!


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
ajout par TEE après le second concert du 1er avril

Salut la bande - je reviens juste du second concert...et bien sûr - naturellement! ils ont été encore meilleurs ce soir. James était plus bavard et plus drôle ce soir. La foule était également plus bruyante pour montrer leur appréciation du concert.
Mes excuses, j'ai oublié de mentionner Robbie Kondor - il joue ce que Larry Golding joue - piano, orgue,synthétiseurs, accordéon, harmonica...
OK fini la voyage au pays des rêves, un superbe endroit pavé par des grands artistes musicaux! Votre tour pour bientôt...


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
Adelaïde - 29 mars



_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin



Dans cette vidéo JT et Carole King expliquent:

1- Comment, avec la collaboration du designer Roy Bennett - décorateur du concert du Beacon Theatre de 98 - ils ont élaborés le décor de scène pour les grandes arènes de la tournée actuelle (alors que leurs shows communs initiaux avaient lieu dans le cadre intime du club Troubadour)

2- Comment, pour ressentir plus d'intimité dans ces grandes arènes, ils avaient décidé de créer un "mini club Troubadour" à l'intérieur de chacune de celles-ci, constitué des meilleurs places et de réserver la recette de ces mini Troubadour à des oeuvres caritatives -deux associations de protection de la nature auxquelles ils sont tous deux affiliés depuis très longtemps, mais également à des oeuvres caritatives locales.

Voici un rendu en 3D illustrant le cadre intime de ce club dans l'arène et de l'incroyable expérience de concert que ces sièges "privilégiés" offrent aux fans







JT: C'est comme si ces mini clubs étaient remplis de nos meilleurs amis et que nous jouions pour eux. Nous ressentirions plus facilement leur vibration et leur réaction.

Carole: En fait toute l'assistance est composé de nos meilleurs amis, et nous aurions aimé les avoir tous près de nous dans cette espace intime. Mais comme c'était impossible, vu la taille des salles et le prix des tickets des meilleurs places, nous avons décidé de faire don du prix de ceux-ci aux organismes caritatifs. Mais grâce au design de Roy Bennett ( écrans vidéos et scène rotative placée au centre de l'arène) chacun aura l'impression de faire partie de l'expérience du Troubadour".



Dernière édition par Admin le Mer 07 Avr 2010, 9:19 pm, édité 4 fois


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
Petit souvenir de nos deux amis datant de... 1970

Carole King & JT - So Far Away (Charles Larkey à la basse)



Carole King - (You Make Me Feel Like) A Natural Woman



JT & Carole King (au piano) - You've Got A Friend



Carole King & Ralph Schukett (Charles Larkey à la basse) - Smackwater Jack




Dernière édition par Admin le Mer 07 Avr 2010, 9:27 pm, édité 1 fois


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
CONCERT de SYDNEY -6 avril

YOU'VE GOT A FRIEND




COUNTRY ROAD



_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
Concert Sydney - 6 Avril Entertainment Center







Carole King and James Taylor - life’s rich Tapestry


Steve Moffatt - Village Voice -Drummoyne (traduction Samuel Légitimus)

Si vous avez quitté la maison des parents dans le début des années 1970 pour emménager dans votre propre appartement, il ya des chances que quelques uns d’entre vous aient possédé un exemplaire du Seigneur des anneaux sur leur étagère et de Tapestry et Sweet Baby James dans leur collection LP.
Après la violence et les troubles qui achevèrent les années 1960 - Altamont, le Vietnam, les émeutes de Chicago - les jeunes se tournèrent vers les chansons positives et sensibles de Carole King et James Taylor pleine de consolation et d'espoir. Celles-ci sont devenues des hymnes - hymnes pour les agnostiques, comme les appelle Taylor - pour toute une génération.
Ces chansons sont toujours d'actualité pour beaucoup de monde 40 ans après, même si pour la plupart de l'auditoire du Entertainment Center, leur préoccupation d'aujourd'hui serait la réduction des effectifs.
Ce concert de retrouvailles, qui célébre une collaboration créative qui a prospéré dans le club Troubadour de Los Angeles, fut une soirée spéciale pour plusieurs raisons. Non seulement elle célébrait les meilleurs chansons de deux singers-songwriters, mais elle mettait aussi en scène le groupe original qui a fait l'histoire musicale à de nombreuses reprises avec les enregistrements pour des artistes comme Bob Dylan, Neil Young, Crosby, Stills and Nash et une foultitude d'autres.
Taylor et le guitariste Danny "Kooch" Kortchmar, ont commencé à jouer ensemble dans des clubs de folk sur Marthas Vineyard dans leur adolescence. Plus tard vint le bassiste Leland Sklar et le batteur Russ Kunkel.
Ils étaient là dès les premiers albums, y compris Tapestry de King qui se vendit à 22 millions d'exemplaires, et ils sont sur scène pour cette tournée, soutenue par le claviériste prodige Robbie Kondor et trois superbes choristes.
Les deux sets généreux ont couverts à peu près tous les grands classiques - You've Got A Friend, Natural Woman, I Feel The earth Move de King et Fire and rain, Shower the People et Carolina In My Mind de Taylor - ainsi qu’une plongée dans les premiers tubes de King co-écrit avec Gerry Goffin et Toni Stern.
Taylor, vêtu d'un costume gris et ressemblant à un avocat d'entreprise lors de sa pause déjeuner, s’est lancé dans Blossom pour ouvrir le premier set, et il fut tout de suite évident que son phrasé impeccable, sa voix et son jeu de guitare acoustique unique (et beaucoup copié) étaient parfaitement intacts.
En revanche King montra quelques difficultés avec certaines des notes élevées dans son ouverture plutôt plate, de So far Away, mais son dynamisme et son énergie se révélèrent communicatifs. Natural Woman eut droit à la plus grande ovation de la soirée, suivie de près par I Feel The Earth Moves et Chains, son tube pour les Beatles.
Taylor a captivé l’audience avec son autodérision et ses commentaires entre les morceaux ainsi que son bégaiement enjoué sur Steamroller Blues, sur lesquel il fait un bataille de guitare électrique avec Kortchmar.
Changement d'humeur et de vêtements, pour le second det - Taylor maintenant en polo et en jeans – avec le morceau de King Beautiful suivit par Shower The People, avec un solo ébouriffant de la part d’Arnold McCuller.
Kortchmar, ressemblant étrangement à l’Al Pacino d’aujourd’hui, montra pourquoi il est un musicien de studio de choix pour un si grand nombre d’artistes, avec un solo à tomber par terre sur le morceau de King's Smackwater Jack et Kondor troqua les claviers pour l’accordéon et, plus tard, pour l'harmonica -lors d’un duel ave celui de Taylor - sur Chains .
Le meilleur fut réservé pour la fin avec le duo magnifique des deux vieux amis sur Close Your Eyes, et la réunion ne pouvait pas être complète sans You've Got A Friend, que Taylor entendit King jouer pour la première fois lors d’un soundcheck qui devint son plus grand succès unique.
Le couple quitta enfin la scène – mais il aura fallu trois rappels - avec des promesses qu'ils reviendrait à Sydney dans l’avenir proche
Aucune problème avec l'audience à ce sujet.



Dernière édition par Admin le Jeu 08 Avr 2010, 9:52 pm, édité 1 fois


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
Précisions par Ellyn, la collaboratrice de JT, sur les ventes des sièges de l'espace scène aux œuvres caritatives:

"Salut à tous:

Je voudrais juste anticiper tout questionnement éventuel sur ce que l'existence de ces sièges de scène, comme le révèlent les plans en 3D, signifieraient pour les autres "bonnes places" acheté en prévente. Ces places déjà achetées avec les billetteries habituelles sont EXCELLENTES! Les sièges de scène vendus en faveur œuvres caritatives charité se trouvent dans une fosse "en dessous de la ligne de vision des autres spectateurs". Carole et James ont simplement décidé que, pour remplir ces sièges qui font partie intégrale de la conception scénique, les recettes de leurs ventes devaient impérativement s revenir à des œuvres caritatives."

Ellyn


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
Concert Sydney -5 avril Entertainment Center


Will You Still Love Me Tomorrow




LE 6 AVRIL, JT & CAROLE KING REÇOIVENT DANS LES COULISSES LA VISITE INATTENDUE DE... LADY GAGA!



Lady Gaga en tournée actuelle à Sydney vient assister au concert de Sydney du 6 avril; Elle en profite pour visiter JT et Carole King dont elle est fan....



Dernière édition par Admin le Dim 11 Avr 2010, 8:43 pm, édité 1 fois


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
Carole King and James Taylor, the Troubadour Reunion Tour, at Westpac Arena, Christchurch, New Zelande




Lundi 8 avril. Compte rendu de Vicki Anderson. The Press (traduction Samuel Légitimus)





La terre n’a pas juste bougé, elle a secoué des hanches.
Carole King et James Taylor a montré en termes non équivoques aux fans de Christchurch regroupés dans l'arène Westpac la nuit dernière qu’on pouvait envier une amitié comme la leur.

Dès le début, ils ont donné le ton – en pénétrant ensemble sur scène, en agitant les bras vers nous avec de grands sourires radieux avant que Taylor ne se lance dans son « entreprise de déménagement », en déplaçant son fausse chaise suédoise et ne démarrant la soirée avec Blossom. Il était intéressant de voir des artistes parvenir à créer une atmosphère intime dans un grange aussi vaste que Westpac Arena. Tout au long du concert, nous avons eu cette sensation d’intimité et Taylor s’est montré bavard. Ces deux-là sont d’énormes stars, mais il n'y avait pas d’ego, ici.

Leur set fut vaste - ils ont joué pendant environ trois heures avec juste une pause de 20 minutes, jouant ensemble et séparément. La foule ne pouvait s’empêcher d’unir sa voix - un homme assis derrière moi a chanté les paroles de Natural Woman presque aussi fort que King.
Autres temps forts: So Far Away, Your Smiling Face, Steamroller Blues, Mexico, It's Too Late, How Sweet It Is (To Be Loved By You), Fire and Rain, Copperline, Machine Gun Kelly ,I Feel The Eart Move, Jazzman et You've Got A Friend sur laquelle les deux mais ont échanger les couplets et se sont embrassés à la fin. Très émouvant.


Si vous pouviez mettre la formule de compostion de Goffin / King en bouteille, vous et vos enfants de vos enfants seriez préparés pour la vie.
A 68 ans, King est une femme incroyablement dynamique, sautant sur la scène et mettant chaque once d'elle-même dans son chant, les boucles blondes projetées en arrière.
Taylor, grand et mince, avec une voix douce et le sourire chaleureux a entraîné la foule dans un voyage à travers ses chansons et sa vie, intercalant de façon spirituelle les chansons avec des histoires.
Sa fameuse berceuse Sweet Baby James, par exemple, a été écrite pour son neveu.
En observant ces deux singers/songwriters de classe mondiale accompagnés de leur groupe originale, The Section - guitariste Danny `` Kooch''Kortchmar, le batteur Russ Kunkel et le bassiste Leland Sklar (caché sous une in croyable barbe à la Bin-Laden) – on se rend compte, en fait, combien le musiciens des années 60 et 70 devaient être bon dans leur pratique au lieu de simplement corriger tout, plus tard, en studio, comme le font de nombreux artistes aujourd'hui.
Après un rappel composé de quatre chansons, ils ont terminé la soirée avec Locomotion, Qui a seulement servi à nous rappeler de nouveau l’étendue de leur répertoire.
J'ai eu la chance de rencontrer Taylor (une embrassade) et King (une poignée de main ferme) en coulisses après le concert. Taylor a déclaré que lui, sa femme et ses deux garçons de 9 ans, avaient passé une merveilleuse journée ici à faire du vélo dans un parc et tout ce qu'ils souhaitaient c’est pouvoir rester plus longtemps. Pour sa part King souffrait de l’absence son chien. Taylor a dit que c’était le premier concert depuis le début de la tournée où les fans avaient martelé le sol pour exiger un rappel. Ils avaient été impressionnés.
Eh bien, troubadours errants, vous avez plusieurs milliers de fans ici qui hurlent votre nom pour plus. Alors, vous savez où nous sommes!


COPPERLINE



MEXICO





******


Review: Carole King, James Taylor - Vector Arena - Auckland




Carole King et James Taylor ont joué au Vector Arena de Auckland au cours de leur première série de concerts mondiaux et au bout de près de 40 ans.

Le critique William Mace était là pour le site Stuff.nz.co

Carole King et James Taylor
Où: Vector Arena, Auckland
Quand: samedi 11 avril
Traduction: Samuel Légitimus

Etant un enfant des années 80, il était un peu surprenant pour moi d’entendre l’interprétation vibrante de The Locomotion terminer la soirée avec deux des plus grands auteurs-compositeurs de l'histoire musicale.
Bizarre, au début, seulement. Mais en considérant le trajet de deux heures de musique auquel que je venais d’assister je ne fus pas surpris de découvrir que Carole King était l’auteur d'un hit pop que j'avais toujours associé à Kylie Minogue.
King a arpenté la scène et rejeté en arrière les boucles blondes de sa chevelure blonde en revendiquant la chanson devant la salle comble et entièrement satisfaite du Vector Arena.
King et son mari de l’époque Gerry Goffin ont écrit l'original en 1962 et pour une grande partie de l'auditoire ce fait était bien connu, la plupart venu afin de renouer avec les chansons mythiques de leur jeunesse des années 60 et 70 - et c’est exactement ce qu’ils ont fait.
James Taylor a, quant à lui, qu'il avait le souvenir «un peu trouble» des années 60. Mais avec son costume et sa chemise habituelle, une casquette sur la tête, l'amnésie de Taylor dément sa capacité à prendre le public exactement où il était quand il a écrit des chansons comme Carolina In My Mind, Country Road et Copperline.
Finalement, il a retroussé ses manches et s’est décoiffé pour montrer un artiste extrêmement à son aise sous les projecteurs.
Le couple, voyageant ensemble pour une tournée à l'échelle mondiale de leur Troubadour Réunion Tour 40 ans après avoir joué pour la première fois au club Troubadour de Los Angeles, se sont épaulés l’un l'autre toute la soirée.
Ils ont alterné entre Taylor les ballades folk dépouillées de Taylor et les tubes joyeux et engageants de King accompagnés par le groupe original des concerts du Troubadour de 1970 - The Section, le guitariste Danny "Kooch" Kortchmar, le bassiste hirsute Leland Sklar et le batteur Russel Kunkel.
En général, cependant, les moments forts ont eu lieu avec King et Taylor mêlant leurs harmonies vocales contrastées en mélodies chaleureuses éprouvée par le temps.
Une grande partie de mon expérience de King a été avec les tubes de son album de 1970 Tapestry joué fort - et chanté encore plus fort - par ma mère, mes sœurs et mes cousines pendant toute mon enfance.
En dépit d'être le plus jeune parmi les 10.000 fans là-bas, écouter la voix râpeuse distinctive de King chanter It's Too Late, Way Over Yonder et I Feel The Earth Move en concert eut le même effet nostalgique pour moi que pour les personnes plus âgées. Il a pu être surprenant pour certains que la voix de King puisse encore assurer une performance de plus-de deux heures.
Même si elle a été aidée par Taylor et quelques choristes très talentueux, King n'a pas perdu ses déclarations vocales caractéristiques, en particulier dans les chansons qu'elle a écrit seule. Natural Woman fut bien sûr un favori du public, même si je trouve un tantinet ironique le fait que beaucoup de ces femmes "naturelles" dans le public ont été contraintes de s'esquiver avant la fin de la chanson pour éviter la file d'attente des toilettes à l’entracte.
L'entracte lui-même semble, pour James Taylor, une source d’humiliation. Il nous a déclaré que lui et King n'en avait pas besoin et resterait dans les coulisses à contempler l'horloge pendant 20 minutes.
Lorsque le duo est remonté sur scène, King a penché sa tête sur l'épaule de Taylor pour le duo Crying In The Rain - Une chanson de King que Taylor avait autrefois repris avec Art Garfunkel.
Après un Hi-De-Ho de King et une berceuse cow-boy – Sweet Baby James - de Taylor, vint un autre temps fort: Un autre duo captivant la reprise du tout premier hit radio de King, exécutés à l'origine en 1960 par les Shirelles, Will You Love Me Tomorrow.

King s’est remémorée l’avoir entendue pour la première fois à l’époque sur la stéréo de sa voiture - une Mercury 56 mais le tempo lent de cette redux collait parfaitement à la mélancolie de la chanson, et les harmonies chaudes de Taylor tirèrent sur les cordes du cœur comme lui seul peut le faire.
Le couple a pris un long moment à la fin de la chanson pour s'imprégner de l'admiration de la foule, avant que Taylor et le guitariste "Kooch" Kortchmar ne se lancent dans Steamroller Blues.
Cela a amené Taylor à jouer le rôle d'un vieux bluesman hagard en dépit du fait qu’il ait admis être "un petit morveux boutonneux" quand il a écrit la chanson. Une restitution magique de Fire & Rain et You've Got A Friend, ainsi qu’un rappel de quatre morceaux allègre, y compris How Sweet It Is, mis l’assistance de l’arène sur ses pieds et leur a fait battre le temps avec les mains.

Bien que la terre n’ait pas tremblé, comme il y a 40 ans, les amateurs de musique folk d’Auckland chériront ce concert encore demain - et pour les années à venir.



Dernière édition par Admin le Lun 12 Avr 2010, 11:22 am, édité 4 fois


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
Dernière date australienne de TEE - Auckland, New Zelande - 10 avril



Mon dernier concert chez les gens qui vivent la tête en bas s’est déroulé ici à Auckland. Le meilleur concert de loin et un public fantastique...JT m’a dit dans les coulisses que cette audience pleine de vie ici fait ressembler celle de Sydney à des statues de bois !
J’ai serré notre héros dans mes bras et lui ai dit au revoir en lui promettant que je n’assisterai pas au shows japonais" Smile Quant à Carol King, j’ai tenu à la serré avec beaucoup d’affection dans mes bras et la remercier de son incroyable performance qui m’a tellement touché! Elle m’a répondu : "Tee, maintenant que tu es sur le point d’arrêter de me suivre, comment supposes-tu pouvoir te diviser entre James et moi?! Non attends, tu n’auras pas à le faire, car nous nous retrouverons dans très peu de temps!" Smile Soupir, quel super instants j’ai vécu!





avec JT et Jennifer Coates















Dernière édition par Admin le Dim 25 Avr 2010, 7:58 pm, édité 1 fois


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
CAROLE KING & JAMES TAYLOR AT VECTOR ARENA - 10 AVRIL



Par Peter Calder (Traduction Samuel Légitimus)






Il s’agissait, disons-le, de retrouvailles.

King et Taylor ont baptisé la tournée de quatre mois qui les a amenés à Auckland samedi soir la Réunion du Troubadour, en référence à leur premier concert commun en 1970, au légendaire club de West Hollywood.

Mais la réunion n’était pas seulement celles des deux têtes d’affiche. Le groupe qui les accompagnait il y a 40 ans était, lui aussi, de la partie – le groupe de choix du mouvement entier des singers-songwriters dont King et Taylor furent les fers de lance : le bassiste soyeux Leland Sklar, ressemblant toujours à u prophète sorti due l’Ancien Testament ; Russ Kunkel, dont la batterie fut tellement efficace qu’il fut pratiquement le directeur musical de la soirée et le guitariste Danny « Kootch » Kortchmar.
Avec un pianiste supplémentaire et des choristes, nous avons eu droit à un package impressionnant.

Une bonne partie du charme de la musique de ces légendes réside dans sa simplicité astringente et les aficionados auraient préféré moins d’arrangements se perdant dans le stade de rock et plus de moments dans lesquels un projecteurs isole deux tabourets et une guitare. Lorsque cela se produisit – lors d’un magnifique duo sur You Can Close Your Eyes pendant les rappels – ce fut de la pure magie.
Au cours de la dernière date de la tournée australienne, Taylor eu droit à une immense acclamation lorsqu’il compara le public du soir au « statues de bois » pour lesquels ils avaient joué à Sydney et se réjouit de cet accueil extrêmement enthousiaste.
Les compositions de chacun des artistes s’alternèrent dans une setlist de trentaines de titres qui toucha toutes les bases depuis Will You Love Me Tomorrow? (que, fait incroyable, King co-écrit avec Gerry Goffin, à l’âge de 18 ans) jusqu’au trépidant Locomotion, s’arrêtant à toutes les stations de leurs brillantes carrières.

S’il y eut un défaut dans le concert, ce fut la prédictibilité que je crois, la plupart des spectateurs, avides de tubes, auraient apprécié. Quelle valeur, la version d’un tube qu’ils n’ont jamais joué en public (One Fine Day de King ou la reprise d’un classique d’un autre artiste), pour simplement donner plus de jus à l’événement?

Mais personne dans l’endroit affichant complet n’a semblé attristé avec ce qui fut délivré. Pour une femme allant sur ses 70 ans, King était radieuse et sa voix possédait plus de densité et richesse que ses collègues plus jeunes.
Taylor, quant à lui, faisant l’imbécile sur Steamroller Blues, nous offrit encore beaucoup de sa voix – du miel sur une fleur de magnolia - sur Carolina in my Mind et Fire and Rain.

Une soirée à chérir comme un trésor. Ces deux troubadours ne se réuniront probablement plus jamais de cette façon.

Ce fut un show fantastique. L’âge n’est pas une barrière lorsque la qualité se montre à la hauteur de la performance. Il ne s’agissait pas d’une séance studio adaptée pour la scène. Non, c’était de la pure magie, comme on dit



Dernière édition par Admin le Lun 12 Avr 2010, 11:18 am, édité 3 fois


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 5]

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum