CAJT-Collectif des Amis de James Taylor
CAJT-Collectif des Amis de James Taylor

Ce forum s'est donné pour mission de mettre en contact les milliers de fans de cette légende de la musique encore trop peu connue du public francophone. le site officiel du CAJT - http://www.james-taylor.asso.fr


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

James Taylor live in New York City 2001

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 James Taylor live in New York City 2001 le Ven 23 Avr 2010, 10:23 pm

Admin

avatar
Admin
Alain a écrit:Deux vidéos plutôt sympa de notre ami "Live" en 2001 durant le concert de New York en hommage à la tragédie du World Trade Center.

James présenté par "son ami" Bill Clinton! chante "Fire and Rain"




[b]Et Upon The Roof





Dernière édition par Admin le Sam 24 Avr 2010, 11:10 am, édité 1 fois


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

2 Re: James Taylor live in New York City 2001 le Ven 23 Avr 2010, 10:42 pm

Admin

avatar
Admin
Le récit du passage de JT, juste derrière celui des Who - dont la réunion avait surchauffé le public- lors du Concert for New York City (qui eut lieu juste après les attaques du World Trade Center) est absolument extraordinaire... avec un bel hommage de Pete Townsed lui-même!

extrait de l'article " LE SECOND AVÈNEMENT DE JAMES TAYLOR " par Bill Flanagan ("WORD" Magazine - JUIN 2003) - Traduction: Samuel Légitimus (l'intégral à lire dans la section article de notre site)

Un peu plus d'un mois après les attaques du 11 Septembre aux USA, quelques unes des plus grandes stars du rock - dont un nombre disproportionné d'Anglais - se rassemblaient au Madison Square Garden pour un Concert for New York City de cinq heures, offert à un public composé de sapeurs-pompiers, de policiers et de sauveteurs, ainsi que des veuves et des orphelins des victimes du World Trade Center.

Paul McCartney, Eric Clapton, David Bowie, Elton John et Jagger & Richards étaient parmi les vedettes qui défilèrent. Woody Allen, Spike Lee, Martin Scorsese et d'autres réalisateurs de New York réalisèrent des courts-métrages pour couvrir les changements de groupes. Robert DeNiro, Leonardo DiCaprio, Bill Clinton et les Yankees de New York furent parmi les douzaines d'intervenants.

Ce fut une soirée intensément émotionnelle, suivie par des millions de téléspectateurs à travers les USA et dans le monde entier. Malgré qu'il y ait eu énormément de moments émouvants, ce fut toutefois l'entrée, à mi-soirée, des Who qui fit exploser l'assistance. Les Who partagent une longue et intense relation avec New York en général et avec le Madison Square Garden en particulier. Il était clair, d'après le brouhaha qui salua leur entrée, que beaucoup de flics et de pompiers de New York City avaient grandi la tête entre des haut-parleurs qui soufflait
Who's Next.

La rumeur de la foule noya l'introduction de John Cusack, et pendant la demi-heure qui suivit, les Who offrirent une des performances les plus sauvages de leurs carrière à un public de gens debout sur leurs chaises, levant les poings en l'air et chantant tout au long de "Won't Get Fooled Again" et "Behind Blue Eyes" comme si ces chansons avaient spécialement été écrites pour l'occasion.

A la fin du set, le public était sur les genoux. Dans les coulisses, musiciens et célébrités se ruèrent sur les Who pour les féliciter. Aucune des vedettes présentes ne désirait prendre leur suite. Il semblait impossible que quiconque puisse enchaîner après ça.

Quand James Taylor déboula de son pas nonchalant sur la scène, sa guitare acoustique à la main, il y eut une lueur d'inquiétude chez les producteurs du concert. Ils se demandaient s'ils n'avaient pas fait une terrible erreur de calcul en programmant un musicien aussi calme et intérieur à cette heure tardive de la soirée - et sitôt après le set de rock le plus explosif auquel la majeure partie de l'assistance ait jamais assisté!

Le par-terre était bruyant à présent, plein d'acclamations hurlées et de "hourras" imbibés de bière.

Il semblait que Taylor allait droit au casse-pipe.

Et il paru également tout faire de travers. Il s'assit et commença à jouer "Fire and Rain" d'une façon encore plus lente que d'habitude. Depuis la table de mixage, la chose paraissait suicidaire.

Mais cela s'avéra être au contraire l'enchaînement idéal.

Taylor était en train d'achever ce que les Who avait commencé.

Tandis qu'il entonnait sa ballade familière sur la perte et la persévérance, les mêmes hommes durs, qui avaient levé leurs poings vers le ciel pendant la performance des Who, commencaient à entonner les paroles de la chanson et à pleurer. Les pompiers imbibés de bière se mirent à se cramponner à leurs épouses. Les parents et les enfants endeuillés brandirent les photographies de leurs chers disparus. Les ouvriers qui avaient momentanément arrêté de creuser dans les décombres à la recherche des corps ensevelis brandirent des bougies et chantèrent du bout des lèvres de vieilles paroles soudainement investies d'une nouvelle signification.


"The plans they made put an end to you"; "My body's aching and my time is at hand"; "Sweet dreams and flying machines in pieces on the ground". ( "les projets qu'ils avaient prennent fin avec toi", "Mon corps me fait mal et mon temps est compté " " Les doux rêves et les machines volantes en débris sur le sol ")

Pete Townshend debout dans les coulisses, était en train d'observer la scène. Les VIPs poussaient jusqu'à l'extrême leurs compliments sur la performance des Who, allant jusqu'à affirmer que ça avait été le plus grand set de rock auquel ils avaient jamais assisté, que son groupe et lui avaient volé le show. Townshend se débarrassa de tout ce monde en une phrase. Il leur lança: "Non, James Taylor a volé le show !".

Townshend avoue qu'au début de la carrière de Taylor, lorsque celui-ci commença à devenir une énorme vedette, il avait pensé que le "nouveau gosse" allait s'avérer trop sensible pour supporter les abus que le monde du rock faisait subir à ses héros. Il s'imaginait que Taylor allait se faire une montagne de fric et puis prendre sa retraite loin de tout ça; qu'il s'achèterait une ferme et qu'il se ferait oublier.

"Mais, regardez ce qui s'est produit. Il s'est transformé en un véritable guerrier des tournées!" Townshend salua Taylor pour s'être montré insensible aux modes et aux tendances musicales et pour être resté violemment fidèle à sa propre vision. Et Townsend d'ajouter " Il me rappelle les Who!"



Dernière édition par Admin le Sam 24 Avr 2010, 11:07 am, édité 2 fois


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

3 Re: James Taylor live in New York City 2001 le Sam 24 Avr 2010, 9:37 am

Invité


Invité
Je confirme: Cet article est sensationnel!

Encore bravo pour toutes ces "trouvailles" Sam cheers

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum