CAJT-Collectif des Amis de James Taylor
CAJT-Collectif des Amis de James Taylor

Ce forum s'est donné pour mission de mettre en contact les milliers de fans de cette légende de la musique encore trop peu connue du public francophone. le site officiel du CAJT - http://www.james-taylor.asso.fr


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

JT & CAROLE FONT LA COUV' DE BILLBOARD MAGAZINE+TRADUCTION

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Admin

avatar
Admin
Long article bourré d'informations intéressantes. 
Je vous en propose donc une traduction





l'article en anglais ICI
Commandez votre exemplaire  ICI





JAMES TAYLOR & CAROLE KING CONCOCTENT LA TOURNEE LA PLUS TRIOMPHALE DE L'ETE

Billboard Magazine du 27 juillet 2010

Par Ray Waddell - traduction Samuel Légitimus

NASHVILLE (Billboard) Quand la tournée commune James Taylor/Carole King baptisée "Troubadour Reunion Tour" fut annoncée l'hiver dernier, l'industrie du spectacle réagit avec la sorte de réserve relax digne des deux icônes soft-rock. Peu auraient pu prédire que des arènes pleines de baby-boomers, de leurs enfants et de leurs petits-enfants – souriant, dansant, pleurant parfois – feraient exploser le box-office durant un été qui a eu son lot de mauvaises nouvelles pour l'industrie des tournées.


Dans une ère de grandiloquence dans la production et de popularité passagère, un couple de singers-songwriters sexagénaires avec un répertoire de chansons classiques a concocté un spectacle intime et chaleureux et s'est révélé être le succès surprise des tournées de l'été. Les fans fidèles ont voulu faire partie de cet événement unique dans une vie, au diable la récession! Le Troubadour Reunion Tour a non seulement engrangé une recette remarquable de 58 millions de dollars (ndt: soit un million par concert!), mais les bonnes vibrations, pour utiliser le langage des années 70, créées par le jumelage des deux artistes, a fourni a Concord Records un projet à succès avec le CD/DVD King et Taylor "Live At The Troubadour(tiré des six performances sur la scène du club légendaire qui donnèrent finalement naissance à la tournée), dont certaines parties sont devenues populaires, grâce à leur insertion dans la programmation de la chaîne PBS.

Alex Hodges, chef de l'exploitation des concerts Nederlander et co-promoteur du concert final de la tournée, estime que celle-ci représente un must pour un certain nombre de raisons,dont l'œuvre collective des deux artistes n'est pas la moindre. "Ils pratiquent leur art depuis longtemps et, au cours des décennies, ils ont su s'attirer de nouveaux publics." dit-il. "Leur retour au Troubadour il y a deux ans a mis en place la tournée d'une manière sans équivalent. Ce fut un vrai coup de pouce pour l'événement public. Les entreprises de concert ont besoins de tels signaux lumineux."

Il est logique que les amateurs de musique plus âgés aient des revenus plus discrétionnaires, mais nous vivons des périodes de chômage à deux chiffres et de portefeuilles dévastés. Alors, quel prix donner, de nos jours, à un souvenir? "Dans cette période économique troublée, qui peut avoir de l'argent à dépenser pour venir assister à ce spectacle?" S'émerveille Carole King. "Cependant, les gens trouvent cet argent quelque part, et nous leur en sommes très reconnaissants. Je pense que nous représentons une sorte de calme dans la tempête."
 
Véritable "chien des routes" impénitent qui a, à ce stade de sa carrière, est devenue, pour beaucoup, une tradition de concerts d'été, Taylor sait ce qui attire les fans et il a tout de suite compris le potentiel d'une tournée avec King. «Une tournée, fonctionne essentiellement sur les tubes et sur la connexion émotionnelle des personnes avec le répertoire" confie-t-il. «C'est l'essence même de cette tournée, la façon dont les gens sont liés affectivement avec notre répertoire à Carole et moi, ce que ces chansons signifient dans leur vie personnelle."

Bien que le rassemblement de Taylor, 62 ans, et de King, 68 ans - dont les carrières ont été étroitement liées, mais qui n'avaient pas joué ensemble sur scène depuis le début des années 70 - ressemble à une super idée sur le papier, beaucoup de concepts de tournée le sont également.

"Sam Feldman (le co-directeur de Taylor) m'a appelé l'automne dernier et m'a dit:« Don, je pense réunir James Taylor et Carole King et les faire partir en tournée. Qu'en penses-tu?», se souvient le promoteur vétéran Don Fox, de Beaver Productions. "Je lui ai répondu:« Je pense que ça fonctionnera plutôt bien." Brusquement, nous sommes passés à la vente et ce fut: "Wahoo! Cette chose est phénoménale!""

PLUS QUE DE LA NOSTALGIE

Interrogé sur la raison pour laquelle cette tournée a surpassé ses attentes, Feldman, qui manage Taylor avec Michael Gorfaine, souligne l'importance de "deux des artistes les plus emblématiques du monde" unissant leurs forces. "Carole et James incarnent un moment de musique qui a eu un impact émotionnel massif sur le plus grand segment de la population» répond Feldman.

"C'est plus que la nostalgie pour un artiste particulier, ou pour un album ou deux" affirme Ann Powers, critique pop pour le Los Angeles Times. «C'est la nostalgie d'une époque où les gens se sentaient remplis d'espoir et où il y avait beaucoup de possibilités. Ce n'est pas comme aller à un concert des Rolling Stones, où vous vous dites: 'Wahoo, dans ma jeunesse, j'étais si sauvage, et regardez-moi maintenant, j'ai besoin d'une arthroplastie de la hanche. C'est un doux voyage dan le passé. Il s'agit d'une câlinerie, pas d'une fanfaronnade. "

ÇA SONNE COMME UN PLAN

Selon Billboard Boxscore, la tournée de Taylor/King fait partie de l'élite des tournées de cette année, parmi des actes rock pour stades comme AC/DC et Bon Jovi et classé au coude à coude dans les charts de Boxscore avec les Black Eyed Peas et Taylor Swift. Le total des ventes de billets dépasse les 700.000, et, selon le management de Taylor, la recette brut de la tournée devrait atteindre les 63 millions de dollars, au moment où les recettes des 58 concerts seront comptabilisés. La tournée a obtenu une moyenne de 95 % de sa fréquentation.

La genèse de la tournée remonte à plusieurs décennies, lorsque la paire d'artistes au début des années 70 sur la scène du fameux club Troubadour de Los Angeles, d'abord en Novembre 1970, puis, de manière plus notoire, pendant deux semaines en 1971. ( Le groupe qui les accompagnait à l'époque, et qui les accompagne aujourd'hui sur la tournée actuelle, comprend le légendaire assemblage de musiciens de studio de El Lay, connu sous le nom de The Section - le guitariste Danny Kortchmar, le bassiste Lee Sklar et le batteur Russ Kunkel .)

Taylor et King étaient déjà liés musicalement (mais jamais de façon romantique): En 1970, Taylor a sorti SWEET BABY JAMES (sur lequel King apparaît), qui fournit l'énorme succès "Fire and Rain" et plus tard son premier n°1 dans les charts avec la composition de King "You've Got a Friend". Pour sa part , King, déjà un super auteur de chansons pour le Brill Building, était en train de devenir une artiste de premier plan, juste après avoir sorti l'album monument TAPESTRY qui lança des tubes tels que "So Far Away","It's Too Late" et "I Feel the Earth Move".

Ces concerts Troubadour placèrent à bien des égards les deux artistes sur la route du succès qui leur acquis les cœurs et les esprits de leur génération. Taylor est resté un artiste tournant constamment. King beaucoup moins. Mais, aux yeux des fans, leurs carrières sont restées liées. Ces concerts des années 70 représentèrent également un tournant pour King et Taylor , et il semble que les deux artistes aient voulu capturer de nouveau cette magie.
 
"Au fil des ans, Carole et moi parlions souvent de nous associer de nouveau et de faire encore des concerts. Alors, quand nous avons entendu dire que le Troubadour allait fêter son 50e anniversaire en 2007, ce fut notre chance" nous confie Taylor. "Nous avons sauté sur l'occasion, et nous avons réuni Russ, Lee et Danny. Nous avons fait ces dates et cela nous a fourni la brèche pour aller de l'avant. "

«Nous avons été très soucieux des prix des billets et de comment et quand nous allions les mettre en vente », dit Feldman, qui, pour établir le circuit la tournée, a travaillé en étroite collaboration avec le Lorna Guess, le manager de King, ainsi que les agents Rob Light de Creative Artists Agency (CAA) (Taylor) et Dan Weiner de Paradigm (King). "Le fait de mettre en vente uniquement le concert pour le Hollywood Bowl afin de lancer le buzz s'est avéré être une décision judicieuse. Faire sortir le reste des dates de la tournée de la boîte à chapeau juste après le nouvel an a attisé la flamme."

UN MODELE DE PROMOTION OLD-SCHOOL

Alors que beaucoup parlent de nouveaux modèles et d'accords de tournées novateurs, la tournée Troubadour Reunion est décidément "old school", non pas à cause des chansons familières chantées au cours de celle-ci. Plutôt que d'opter pour un partenariat avec un promoteur, cette tournée traite individuellement, pour chaque marché, avec un large éventail de promoteurs, nombre d'entre eux indépendants.

"Nous avons délibérément choisi de ne pas utiliser un promoteur national, car j'ai toujours pensé qu'il y avait un meilleur promoteur pour le boulot dans chaque marché et, le plus souvent, le promoteur est le promoteur de disque" ajoute Feldman. «Je n'aime pas changer de cheval à moins qu'il n'y ait une sacrément bonne raison pour cela. Il se trouve qu'il n'y a eu aucune faiblesse dans la campagne. Il y avait Don Fox de Beaver Productions, Live Nation, AEG, Gregg Perloff de Another Planet, Jam Productions , Nederlander et Andy & Bill Concerts. Ils ont tous fait un super boulot."

Et Fox d'ajouter: « Cela a apparemment bien fonctionné."

Après les concerts de la fin de Mars en Australie et dans le Pacifique, la tournée a débuté en Amérique du Nord le 7 mai à Portland, dans l'Oregon, et se poursuit jusqu'à la fin de ce mois. En novembre dernier, un concert a été prévu pour le 14 mai à l'Hollywood Bowl. Celui-ci s'est transformée en trois dates et la tournée est soudain devenu un bien très convoité, avec de grandes arènes comme vitrine principale.

«Notre management a dit: « Mettons les ventes des billets pour le Hollywood Bowl en premier". Et comme cela relève du domaine du management, nous avons dit: «OK!» confie King. «Ce fut un bon instinct de leur part, car cela a donné un spectacle à guichet fermé, puis deux, puis trois. Ils ont dit que nous pourrions ajouter une quatrième date, mais nous avons estimé que nous devrions arrêter tant que nous avons le vent en poupe."
 
Taylor affirme qu'il y a eu une "certaine progression naturelle" dans la façon dont la tournée s'est déroulée. "Nous avons décidé d'aller en Australie parce que Carole et moi avons eu des offres avant de nous y rendre. Ce fut un avant-poste amicale pour parfaire le spectacle. » Les instincts s'arrêtèrent net, lorsque la tournée dans la Pacifique engrangea une recette brut de 15 millions de dollars et 80.000 billets vendus.» Puis, l'agent est revenu avec l'information que les arènes serait le meilleur endroit pour répondre à la demande de billets."

King a trouvé l'idée de jouer dans les grands arènes, comme le Madison Square Garden de New York (les trois à guichets fermés ) « plutôt terrifiante, parce que les chansons introspectives s'interprètent de façon intime", dit-elle. «Même avec le groupe du Troubadour, c'était effrayant de penser à ce que cela donnerait de jouer dans les arènes. Et James a eu l'excellente idée de faire le concert "en rond" ce qui a fait toute la différence. Cela signifie que personne, peu importe à quelle hauteur ou à quelle distance on se trouve, n'est à plus d'une demi- arène de la scène."

La tournée s'est jouée principalement à l'intérieur, mais elle s'est produite également en extérieur, faisant exploser le Hollywood Bowl et le Santa Barbara Bowl, en Californie, où Moss Jacobs, de Nederlander, a mis en place une date à guichet fermé. «Le public a compris la nature unique de ce concert qui représentait, peut-être, un événement unique dans une vie», dit Jacobs .

NOT SO FAR AWAY

En dépit des grandes jauges, la tournée capte l'intimité que recherchaient les co-vedettes. "Carole et moi avons le sentiment que nous jouons pour le public, mais nous jouons également l'un pour l'autre », dit Taylor . «Il s'est avéré que nous nous étions inquiétés pour rien sur la question "pour qui jouer?". Nous avons été comme submergé par la participation du public, le niveau d'énergie avec lequel ils sont arrivés. C'est comme si nous lancions la première mélodie et qu'après le public nous portait jusqu'à la fin du spectacle, comme une rivière. "

King affirme que ses inquiétudes ont vite disparu. «Je savais que les gens allaient venir nous voir à cause de notre histoire, et ils ont maintes fois confié que nous étions la B.O de la vie d'une certaine génération" dit-elle. "Mais je n'étais pas certaine que nous serions capables de la leur offrir. Je savais que nous saurions offrir l'essence de qui nous sommes , mais je n'étais pas certaine de pouvoir la traduire aussi largement l'ensemble des membres du public. Mais nous l'avons fait. Lorsque James dit que nous jouons l'un pour l'autre, c'est exact. Mais le public représente une grosse part de ce que nous faisons. Le large groupe de personnes devient un seul ami collective."

Durant la majeure partie du concert, King joue du piano tandis que Taylor joue de la guitare, soutenu non seulement par le groupe du Troubadour, mais aussi par les musiciens Robbie Kondor (claviers), Arnold McCuller (chant), Andrea Zonn (chant/violon) et Kate Markowitz (chant). Les têtes d'affiche chantent ensemble sur toutes les chansons, échangeant les tubes et interagissant l'un avec l'autre, avec le groupe et le public. La majeure partie de TAPESTRY est incluse dans la setlist, de même le GREATEST HITS de Taylor, ainsi que des chansons de King rendues célèbres par d'autres artistes comme "Up on the Roof "et "(You Make Me Feel Like)A Natural Woman ».
 
C'est King qui a proposé la configuration de l'arène, dans le style "club Troubadour", avec quelques «sièges de café installés sur la scène», nous révèle Taylor. "Cela signifiait un camion supplémentaire sur la route, mais c'était faisable. Sauf que le véritable casse-tête fut: «Comment allons-nous établir le prix de ces billets? Comment allons-nous les vendre? Qui allons-nous inviter pour les occuper?" se souvient Taylor.
 
«C'est là qu'est entré en compte l'accident heureux de ma relation avec Jord Poster [fondateur de Tickets For Charity]. Tickets For Charity nous a fourni une excellente façon de gérer le problème. Nous avons réalisé que nous aurions à établir le prix du billet à un tarif plus élevé que ce que les gens paient pour l'orchestre, mais nous ne voulions pas les mettre à un prix tellement élevé que ceux-ci sembleraient prohibitifs ou tellement bas que nous inciterions la revente à la sauvette. Nous avons finalement décidé de confier ces billets la charge à Tickets For Charity. C'est eux fixeraient le prix et qui proposeraient le produit au travers d'œuvres caritatives. "

Travailler avec Tickets For Charity sur les quelque 120 places par spectacle a un avantage supplémentaire, d'après Feldman : «Cela s'est révélé très efficace pour contrecarrer les revendeurs à la sauvette, dans le sens où nous avons structuré un marché de billets secondaires avec des fonds allant aux organismes de bienfaisance plutôt que dans la poche de quelqu'un."

"Tous les billets non-vendus des billets pour Charity - il y a en a eu quelques uns – sont allés aux fans authentiques occasionnels, qui normalement n'auraient pas été en mesure de s'offrir ces sièges, mais qui furent vraiment super contents de les occuper." dit Taylor. Les billets pour Tickets For Charity ont engrangé une recette de 1,5 millions de dollars.

Les tables autour de la scène pivotante offrent le spectacle d'un public de studio de télévision et les artistes ont ainsi, selon Taylor «des visages identifiables pour qui jouer". Deux cameramen sur scène transmettent l'action aux spectateurs mêmes les plus reculées sur huit écrans vidéo géants. Les caméras "ne portent jamais, jamais, atteinte à la jouissance du public. Ils ne font que procurer plus de plaisir à l'auditoire », affirme King. «Ainsi, quand James et moi chantons nos deux chansons assis sur un tabouret à l'avant-scène, les gens me disent: « J'ai vu des larmes vous remplir les yeux à la fin de "You Can Close Your Eyes." " Je réagis toujours par un: 'Oh, mon Dieu!" Mais cela montre bien le degré de proximité de l'expérience."

Bien qu'elle ne déploie ni pyrotechnie ni explosions, la production est plus élaborée que ce à quoi nos deux artistes son habitués. "Tout ce à quoi Carole et moi sommes habitués jusqu'à présent à emmener sur la route, ce sont peut-être quatre camions et cinq bus », dit Taylor. «Sur cette tournée, nous avons neuf bus et une douzaine de camions. C'est vraiment une grosse production. Peut-être pas dans les mêmes normes qu'une tournée des stades d'un Jimmy Buffett, ou d'un groupe comme U2 ou les Rolling Stones, mais du point de vue d'un couple de singers-songwriters comme Carole et moi."

CONSCIENTS DU PRIX DES BILLETS

Taylor, qui, depuis le début des années 70, est un artiste récurrent des tournées, a un fort sentiment quant l'état actuel de l' industrie du spectacle. Il trouve le prix élevé des billets particulièrement irritant.

"Carole et moi avons tenu à nous montrer très clairs sur les prix des billets. Rob Light, Sam Feldman et Lorna Guess sont tous d'accord qu'il nous faut être vraiment sains et attentifs sur nos prix de billets », dit Taylor. "Qu'est-ce qui empêche un rabais modeste sur le prix d'un billet que les gens peuvent se permettre? Je ne comprends pas pourquoi les gens ont besoin d'un million de dollars par soir pour sortir leur guitare de son étui."
 
Ce qui ne signifie nullement que la tournée Troubadour Reunion, au vu de sa nature unique, n'aurait pas pu charger beaucoup plus le prix des billets. «Quand Carole et moi partons dans une tournée comme celle-ci, c'est le genre d'événement unique dans une vie. Quand cette chose se terminera ce sera un souvenir, ce sera de l'histoire » dit Taylor. "Nous allons probablement sortir un genre de gravure en DVD, parce que nous avons travaillé sur cela, mais cette événement va disparaître. Donc, ce pourrait être le genre d'événement pour lequel nous pourrions très bien dire: 'OK , nous allons majorer le prix des billets et les augmenter jusqu'à 300 $ - 400 $ pour les meilleurs billets afin d'obtenir le maximum."

"Et les gens vont probablement débourser le prix" concède Taylor. "Mais lorsque vous faites cela, cela signifie qu'ils ne vont pas aller à deux autres concerts cette année. Cela sera suffisant pour leur été", dit-il. «C'est de l'avidité, c'est mal raisonner; ce n'est pas nécessaire. Les gens peuvent venir nous voir sans se mettre un second emprunt sur le dos. "

Ainsi, si l'industrie de concert bat de l'aile cet été, les responsables ne devraient pas attendre de sympathie de la part de JT . «Il est bon que les gens s'opposent au prix élevé des billets", déclare-t-il. «Certains prix ont été vraiment inconvenants. Je suis heureux de voir une certaine dose de réalité injectée dans le système. A présent, nous avons Live Nation, Ticketmaster et la fantastique écuries d'artistes d'Irving Azoff , tout cela en un seul conglomérat. Ça me met mal à l'aise.» ajoute-t-il. «J'espère que ce genre de centralisation, ce genre d'expansion d'entreprise, se traduira par un meilleur service pour les personnes , mais ce ne fut pas le cas dans le passé."

"Le fait que le management des tournées de concerts soient de plus en plus capté par de moins en moins d'entreprises, le fait que celles-ci s'achètent les unes les autres, a amené à ces tarifs de billets, à des frais supplémentaires et à des augmentations de frais de parking. A certains de ces concerts, même si vous faites de l'auto-stop pour vous y rendre, on vous fait quand même payer le stationnement. Vous n'êtes pas en mesure d'apporter votre propre couverture, vous allez devoir acheter la bière à 5 $ ou alors crever de soif. Ces choses-là sont une insulte. Cela a contribué à éloigner les gens des concerts, à rendre l'expérience tellement vénale."

"Assister à un concert ne devrait pas être "une question de vie ou mort», affirme Taylor. "Pendant de nombreuses années, c'est quelque chose que j'ai ressenti vraiment intensément. Le fait que l'on surcharge les gens, que les sociétés tirent tout l'argent des concert sans rien investir dans le service à la clientèle ou afin d'améliorer l'expérience. Carole et moi essayons de fournir autant que possible au public, et il existe des entités à 'extérieur qui voit cela comme une occasion de soutirer plus d'argent. Il est grand temps pour ces gars-là de se réveiller et de se rendre compte que la satisfaction du public est vraiment ce dont nous parlons».

Il n'est donc pas surprenant que la collaboration avec des promoteurs indépendants sur cette tournée soit une autre idée soutenue par Taylor. "La concurrence rend pour un marché sain" affirme-t-il . «S'il y a un seul jeu dans la ville, alors la qualité de l'expérience du point de vue de tout le monde va commencer à se désintégrer. Nous aimons vraiment soutenir les indépendants et dès que cela a été possible, nous l'avons fait."
 
PROJET TESTAMENT

Au-delà de la tournée, le projet enregistré des concerts qui l'ont inspiré a été un succès. Les performances de novembre 2007 au Troubadour - six spectacles en trois jours - ont été enregistrées par Peter Asher et réalisées et tournées par Martyn Atkins pour une sortie CD / DVD.

«Dès que tout le monde a entendu et vu le résultat, il y a eu un sentiment de fatalité pour une tournée parce que c'était vraiment un événement incroyable", assure Robert Smith, vice-président de A&R à Concord Music Group et producteur exécutif du CD/DVD "Live au le Troubadour".

Le combo CD / DVD est sorti le 5 mai, la semaine où a débuté la tournée américaine et la synergie a été capturé d'une manière à laquelle de nombreux projets "album/tournée" s'efforcent de parvenir sans grand succès.

«Nous nous sommes mis à discuter d'un CD / DVD avec les deux artistes et leur management respectif l'année dernière quand ils ont commencé à planifier la tournée, et dès que nous avons su que celle-ci allait traverser les États-Unis. En mai, nous avons mis les bouchées doubles pour nous assurer que nous pourrions réaliser le combo CD/DVD à temps afin que sa mise en vente coïncide avec la tournée", explique M. Smith. «On a toujours l'espoir que de telles locomotives surviennent sur le marché, pas seulement pour lancer un projet comme celui-ci, mais aussi pour le soutenir. Je n'ai pas souvenir d'avoir connue, comme ici, une sortie qui soit tombé à point nommé pour profiter d'une tournée et de l'intérêt général du public ».

De larges extrais de ce DVD ont été présentés dans le cadre d'un appel aux dons sur PBS au mois de Juin, et cela a « aiguisé l'appétit des fans" ajoute Smith. Il confie également que les promesses de dons pour PBS sont allés « bien au-delà de leurs attentes."

Jusqu'à présent, le projet s'est vendu à 309.000 unités, selon Nielsen SoundScan: 96.000 provenant de la vente au détail non traditionnelle (téléchargement numérique, Internet, vente par correspondance et sur les lieux du concert), 101.000 proviennent des chaînes, 14.000 des détaillants indépendants et 98.000 des grands magasins.

"Dans cette économie et ce climat de vente de disques, ce projet s'en sort extrêmement bien», assure Smith . « Et il continuera à le faire. Ce n'est pas quelque chose que nous mettons en vente dans l'espoir qu'il marche pendant deux mois et puis, après, nous passerons à autre chose. Il s'agit d'un projet testament qu'ils ont créé et qui continuera à se vendre. Il est trop important pour ne pas continuer à se vendre."

DERNIER BAL

Il est clair que les exécutifs qui travaillent sur cette tournée trouve ceel-ci gratifiante au-delà du succès au box -office. Rob Light agent pour CAA confie que ces concerts "nous rappellent à tous les raisons pour lesquelles nous sommes entrés dans ce métier en premier lieu »[i], et il crédite [i]"deux grands artistes qui ont eu une vision très claire, associée à un excellent management et un excellent co-agent, en la personne de Dan Weiner."

Weiner quant à lui, crédite les deux têtes d'affiche et les managers et dit:« Mes plus grandes joies sur cette tournée ont été les appels extatiques que j'ai reçu de la part gens après les concerts, et l'occasion qui m'a été donnée d'assister à un si grand nombre de concerts en tant que membre du public, de la première note à la dernière."

L'industrie de tournée est connue pour faire durer les réunions et les concepts à succès au point de diminuer leur attrait, mais King et Taylor semblent catégoriques: le concert du 20 juillet au Honda Center d'Anaheim, en Californie, sera le dernier concert du Troubadour Reunion.

"Il est peu probable qu'il y n'aura plus jamais d'autres "Troubadour Reunion Tour" confie Taylor, bien qu'il précise qu'une prestation ponctuelle ou une tournée européenne ne soit pas inconcevables. "La chose est tentante. Quand une chose fonctionne il y a une grande pression pour faire durer le bal. Mais pour la même raison qu'il nous a été difficile de nous réunir et de monter cette tournée - il a fallu un grand effort: l'événement initial au Troubadour suivie de ce plan massif – cela tend à s'opposer à ce qu'une telle tournée se reproduise un jour. Carole et moi en serions les premiers surpris."

"Le Troubadour Reunion Tour représente une confluence d'événements et de gens rassemblés au bon moment et au bon endroit, et tout s'est mis en place de façon très organique» ajoute King. «Ce n'est pas comme si nous nous étions dit: « Comment pouvons-nous faire plus d'argent?" Faire plus d'argent n'est certainement pas quelque chose à laquelle nous sommes opposés, mais cela devait venir de quelque chose qui nous tient vraiment à cœur. Nous savions que ça allait être amusant à faire."Amusant" est un euphémisme - c'est de la joie. Chaque minute sur cette scène est de la joie, pour chacun d'entre nous. Afin de protéger cela, une des choses qu'il vous faut faire, c'est de vous dire: «Ne nous attardons pas au bal trop longtemps!""


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum