CAJT-Collectif des Amis de James Taylor
CAJT-Collectif des Amis de James Taylor

Ce forum s'est donné pour mission de mettre en contact les milliers de fans de cette légende de la musique encore trop peu connue du public francophone. le site officiel du CAJT - http://www.james-taylor.asso.fr


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Neil Young - film de 39mn et écoute de son nouvel album

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Admin

avatar
Admin


EVENEMENT:

Visionnez le film (j'ai bien dit le film et non la vidéo - ça dure 39 minutes!)) - de l'explosivement intimiste nouvel album de Neil Young "Le Noise" produit par Daniel Lanois (
L’album en écoute intégrale ICI )





critique du site goodkarma.com





Neil Young — Le Noise

Publié le 27 septembre 2010 | Ecrit par Jean-Sébastien Zanchi | Catégories : Disques | 2 commentaires »

En s’associant à son compatriote Daniel Lanois, Neil Young signe l’un des plus beaux albums de cette rentrée. Après plus de quarante ans de carrière.

Le Noise

Ça vous tombe dessus un jour où vous n’avez rien demandé. Pourquoi avoir posé sur votre platine le vinyle de "Harvest" acheté d’occasion quelques mois plus tôt ? Plusieurs années auparavant, vous vous souveniez avoir refusé d’écouter Neil Young. Non pas par manque de curiosité, mais plutôt par souci d’affirmation. Quand tout un lycée se dévoue au grunge alors que c’est la musique électronique qui éveille vos sens, voilà un bon moyen de se démarquer. Nous étions en juin, le temps était chaud et pluvieux, le soleil était en train de se coucher, masqué par les épais nuages. Les premières notes de "Out on the Weekend" résonne et vous comprenez tout de suite que ce refus d’adolescent était l’une des pires erreurs musicales de votre vie.

Depuis ce jour, vous ne cessez de découvrir des albums incroyables de ce Canadien. Vous vous êtes mis en tête de consciencieusement écouter son oeuvre. Alors que vous en êtes à peine arrivé à 1975, vous êtes déjà abasourdi par la richesse de sa musique. De "Everybody Knows This is Nowhere" avec son groupe Crazy Horse au sublime "On the Beach", vous êtes ébahi par cette sensibilité qui touche toujours juste, par ce talent de composition à fleur de peau. Alors qu’il vous reste encore trente-cinq ans de carrière de l’artiste à découvrir, le hasard du calendrier fait que le désormais indispensable Neil Young sort son nouvel album, Le Noise.

À cette nouvelle, c’est d’abord la peur qui vous assaillit. Est-il vraiment utile de se gâcher la découverte d’une carrière exceptionnelle en écoutant peut-être l’album de trop? Vous hésitez longuement, puis vous apprenez que l’album est réalisé par Daniel Lanois, compatriote de choix du chanteur. Producteur émérite vu aux côtés de Bob Dylan, U2, Ron Sexsmith ou Nick Cave, l’homme a l’art de mettre en son les guitares comme personne. Neil Young ne s’y trompe pas, allant même jusqu’à déclarer que lors de l’enregistrement de Le Noise, sa guitare « sonnait comme Dieu ».

Vous vous rendez alors compte que ce sacré Neil n’a pas tort. Armé d’une simple guitare bourrée d’effets en tout genre, le bonhomme sait encore y faire tout seul derrière un micro. Il déroule pendant trente-huit minutes, huit titres d’une beauté insolente. Seulement huit titres oui, mais huit chansons qui vont à l’essentiel. La mise en son de Daniel Lanois, son travail sur les textures de guitare et sur la voix ajoute un supplément d’étrangeté, une ambiance en clair-obscur qui soutient l’inspiration encore intacte du compositeur. Une seule écoute du titre "Love and War", sa voix de tête intacte sur "Someone Gonna Rescue You" ou le parfait jeu de guitare tout en retenue sur "Peaceful Valley Boulevard" suffisent à s’en convaincre. Et à se réjouir d’avoir encore trente-cinq ans de sa musique à découvrir.


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
critique cyberpresse:

34e album studio de Neil Young, dont l’oeuvre monumentale en solo ne compte pas les participations aux groupes mythiques que furent CSN&Y et Buffalo Springfield à une multitude d’autres projets, était attendu. En tout cas, attendu sur ce blogue.

Le Noise a été créé de concert avec Daniel Lanois. Ce qui devait être un album acoustique au départ s’est transformé en une aventure électro-acoustique étoffée de brillantes lanoiseries, surimpressions, filtres, écho et autres judicieux traitements de nature texturale. La Gretsch stereo, un instrument que Neil Young possède depuis l’époque de Harvest, a été mise à contribution comme il le fait remarquer dans une interview accordée au Figaro. La guitare acoustique itou.

Les mots y sont simples, directs, consonnants. Ils prennent souvent l’allure de bilans, réflexions ponctuée d’inquiétudes, espoirs, réminiscence. L’amour, la guerre, les mutations violentes de l’Amérique, la colère ambiante, le sort des Amérindiens durant la conquête de l’Ouest, le viol de l’environnement, l’époque hippie de l’auteur où hasch rimait avec absence de cash… Les titres parlent d’eux-même: Love And War, Angry World, Walk With Me, Sign of Love, Peaceful Vally Boulevard, Hitchiker, Rumblin’, Someone’s Gonna Rescue You…

Mais c’est d’abord le son qui a retenu mon attention. Voilà un rendez-vous avec la mélodie, la voix singulière du soliste, et de riches filons de distorsion. On sait la propension de Neil Young au folk-rock de garage, aux accords abrasifs dans un contexe normalement plus paisible, mais là… ces flots de distorsion sont particulièrement remarquables. Voilà une autre pierre à cet édifice immense. L’édifice d’un homme qui n’a jamais ralenti la cadence, qui s’est certes planté en cours de route, qui a traversé de longs plateaux, et dont cet épisode sans band relance une fois de plus l’intérêt.


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr
Je vais aller m'acheter cet album.

Lanois était justement à Montréal la semaine dernière. Malgré qu'il ait grandi avec des parents francophones, le fait qu'il ait vécu en Ontario l'a anglicisé, c'est le lot de tous les francos du Canada qui vivent hors-Québec. Ils se font assimiler.

Le seul village "gaulois" qui résiste à l'envahisseur, c'est le Québec.

Mais son français est encore bon, malgré qu'il n'ait pas beaucoup l'occasion de le parler. Los Angeles n'est pas le meilleur endroit pour le "l'entretenir".

Il a raconté que son père était un violoneux (dans le sens de "fiddler") qui jouait des airs traditionnels québécois (influences marquées de la musique irlandaise et écossaise). Il aime beaucoup cette musique et espère un jour pouvoir en produire un au Québec.

Encore tout chaud, Lanois vient de sortir un album "BlackDub".
http://www.daniellanois.com/

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum