CAJT-Collectif des Amis de James Taylor
CAJT-Collectif des Amis de James Taylor

Ce forum s'est donné pour mission de mettre en contact les milliers de fans de cette légende de la musique encore trop peu connue du public francophone. le site officiel du CAJT - http://www.james-taylor.asso.fr


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

R.I.P. TRUDY TAYLOR (7 novembre 1922 - 10 octobre 2015)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Admin

avatar
Admin

Triste nouvelle pour le clan Taylor: hier Trudy Taylor, mère d'Alex, James, Kate, Livingston et Hugh, plusieurs fois grand-mère et arrière-grand-mère s'est éteinte paisiblement chez elle à un mois de son 93 anniversaire. Depuis plusieurs années, Trudy s'adonnait à la peinture et résidait dans la maison familiale d'origine sur Martha Vineyard, acquise en 1963.

Sad news for the Taylor family: yesterday Trudy Taylor, mother of Alex, James, Kate, Livingston and Hugh and grandmother and great-grandmother to many, passed peacefully at home. She was a month shy of her 93 birthday. She was a painter and still lives in their first family home on the island, bought in 1963.



Dernière édition par Admin le Lun 12 Oct 2015, 7:13 pm, édité 4 fois


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
CONVERSATION WITH TRUDY TAYLOR

Présenté par l’École de Médecine de Caroline du nord  La vice doyenne Etta Pisano conduit l'interview de Trudy Taylor, ancienne première dame de l’École de Médecine. L'entretien couvre des sujets comme le souvenirs de madame Taylor, ses impressions du temps passé à Chapel Hill, sa famille et ses expériences à l’École de Médecine.

Presented by the UNC School of Medicine and the Center for the Study of the American South. Vice Dean Etta Pisano conducted the interview of Ms. Trudy Taylor, former first lady of the School of Medicine. The interview covered topics including Ms. Taylors memories and impressions of her time in Chapel Hill, her family, and her experiences in the School of Medicine.





_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

3 MESSAGE DE JT le Lun 12 Oct 2015, 4:47 pm

Admin

avatar
Admin
MESSAGE DE JT



Je suis profondément reconnaissant pour tous les aimables paroles de sympathie et de condoléances qui m'ont été envoyé  ces deux derniers jours.

Merci.

Gertrude Woodard Taylor (1921-2015) était la fille d'un pêcheur du Massachusetts et l'épouse d'un médecin en Caroline du Nord. Elle a consacré sa vie à son mariage et à ses cinq enfants, quatre garçons (Alex, James, Livingston et Hugh) et une fille (Kate), tous nés en l'espace de six ans entre 1947 et 1953.

Elle nous a élevé dans la maison qu'elle a fait bâtir à Chapel Hill, en Caroline du Nord, et depuis elle n'a jamais perdu ses racines maritime de Nouvelle-Angleterre, en nous faisant faire une migration annuelle d'été sur l'île de Martha Vineyard.

Ses deux maisons, à Chapel Hill et à Chilmark, étaient des œuvres d'art dans lesquelles elle canalisait sa créativité constante. Mais elle était aussi un peintre accompli, une tisserande (filant sa propre laine), une photographe, une horticultrice distinguée et une cuisinière hors-pair, dont les talents culinaires ont été célébrés par toute personne ayant l'opportunité de siéger à sa table. Cela comprenait l'illustre James Beard, qui a introduit au monde sa «Chilmark Bouillabaisse." Tout ce sur quoi elle posait sa main devenait une œuvre d'art.

En tant qu'épouse du doyen de l'Université de Médecine de Caroline du Nord, elle a assumé la charge de l'hôtesse officielle avec une chaleur et une sophistication qui furent un atout inestimable pour mon père, tandis qu'il a construit une école de médecine de renommée mondiale et mettait en place sa faculté .

Elle a fini ses jours dans son chalet simple et élégant avec vue sur son Stonewall Pond bien-aimé, entouré de ses chers amis et quatre générations de la famille.

Comme elle aimait à dire: «La vie est finie, mais l'amour dure éternellement ..."

~ James

--------------------


"I'm deeply grateful for all the kind words of sympathy and condolence that people have been sending in these past two days.
Thank you.

Gertrude Woodard Taylor (1921-2015) was the daughter of a Massachusetts fisherman and the wife of a North Carolina doctor. She devoted her life to her marriage and her five children, four boys and a girl, all born in the span of six years between 1947 and 1953.

She raised us in the home she built in Chapel Hill, NC and, since she never lost her Maritime New England roots, made an annual summer migration to Martha's Vineyard Island.

Her two homes, in Chapel Hill and Chilmark, were works of art into which she channeled her constant creativity. But she was also an accomplished painter, a weaver (spinning her own yarn), a photographer, a distinguished horticulturist and a killer cook, whose talents in the kitchen were celebrated by anyone fortunate enough to sit at her table. This included the illustrious James Beard who introduced the world to her "Chilmark Bouillabaisse." Everything she put her hand to became a work of art.

As the wife of the Dean of Medicine at the Universary of North Carolina, she shouldered the burden of official hostess with a warmth and sophistication that was an invaluable asset to my father, as he built a world-renowned School of Medicine and assembled its faculty.

She ended her days in her simple, elegant cottage overlooking her beloved Stonewall Pond, surrounded by dear friends and four generations of family.

As she liked to say: "Life is finite, but love lasts forever...""

~ James


(Photo by Jeannie Whitehead, Aboard the Queen Mary 2, 2009)


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin

MESSAGE DE LIVINGSTON





salutations ,

Notre mère Trudy Taylor s'est éteinte à 15h06 samedi, à quelques jours de sa 93e année , entouré d'amis et de la famille (mon neveu Isaac lui chantait une chanson d'au revoir) .

Fille d'un pêcheur de la rive nord du Massachusetts , elle était attentive , consciente et opiniâtre . Elle présentait toujours un visage inattendu rempli d'eau fraîche , elle n'évitait aucun sujet. Dans l'erreur ... occasionnellement. Dans le doute ... jamais . Une force exigeante et forte qui a laissé une impression durable ... Nous sommes si reconnaissants d'avoir reçu sa lumière . Vos condoléances sont des des étreintes chaleureuses pour  nos âmes endolories... Ma famille et moi-même vous remercions de tout cœur .... Liv

-----------

Greetings,

Our mother Trudy Taylor passed at 3:06 pm on Saturday just shy of her 93rd year, surrounded by friends and family (my nephew Isaac singing her a goodbye song). Daughter of a fisherman from the north shore of Massachusetts, she was observant, mindful, and opinionated. Always an unexpected face full of cool water, she shied away from nothing. Mistaken...occasionally. In doubt...never. A strong demanding force who left a permanent impression...so grateful to have had her light. Your condolences are warming embraces for aching souls...my family and I thank you with all our hearts....liv


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
Voici la traduction française de cet article récent du Boston Globe

GERTRUDE TAYLOR, 92 ANS, MÈRE DU CLAN TAYLOR




Par Bryan Marquard Globe 13 octobre 2015


Traduction Samuel Légitimus

Article original à lire http://www.bostonglobe.com/metro/obituaries/2015/10/12/gertrude-taylor-mother-taylor-singing-clan-dies/rjUgas9znOCOJxf64iZ6sN/story.html?s_campaign=bostonglobe%3Asocialflow%3Afacebook

Pour Trudy Taylor, aucune aspiration n’était hors de portée, et elle a fait en sorte que ses enfants partagent sa vision des larges possibilités de la vie.

"La chose qui se démarque le plus pour moi à propos de Trudy Taylor était qu'elle prenait toute vision que vous aviez sur vous-même complètement au sérieux" déclare son fils Livingston par téléphone. «Je me souviens à l'âge de 6 ans lui disant que je voulais creuser une piscine dans la cour avant. Et j’ai étudié son visage comme seul un enfant peut étudier le visage d’une mère, à la recherche de signes d'incrédulité. Je n’en ai pas vu la moindre trace alors ou jamais. Elle soutenait sans réserve les visions de ses enfants. C’était un trait remarquable. "

Comme quatre de ses cinq enfants - Alex, James, Livingston, et Kate - se sont tournés vers la musique, atteignant la renommée et la gloire, Trudy Taylor a tracé son propre chemin artistique en tant que peintre et tisserande, photographe et jardinière. Une voyageuse du monde, elle a fait de la randonnée dans l'Himalaya et a visité la Chine à plusieurs reprises, à photographiant et cataloguant ponctuellement l'architecture et les cuisines des foyers ruraux. Fille d'un pêcheur, "elle a navigué à deux reprises à travers l'Atlantique, navigué dans les Caraïbes, à Terre-Neuve et dans la banquise" déclare son fils James dans une interview. «C’était également dans son sang. C’était un marin."

Gertrude est décédée samedi à son foyer de Martha’s Vineyard qui donnait sur Stonewall Pond à Chilmark. Elle était âgée de 92 ans.

«C’était vraiment une personne artistique", déclare son fils Hugh. "Elle fut une photographe passionnée pendant une période de sa vie, puis est passée à autre chose une fois qu'elle a maîtrisé cela. C’était une partie assez courante de sa pratique: Elle devenait bonne à quelque chose et passait alors à autre chose, mais pas à la légère."

Parmi les talents de Gertrude Taylor, il y avait le filage de la laine avec des amis, en utilisant du matériel de l’île et d’ailleurs. Les dessins sur les vêtements qu'elle créait étaient souvent inspirés par les «paysages qu'elle pouvait voir de ses fenêtres, les différentes couleurs des différentes saisons», déclare Hugh.

"Il n'y avait rien qu'elle essayait qu'elle n’arrivait pas à maîtriser" déclare Kate sa fille, dans un hommage. "Son flair artistique était manifeste dans sa maison - les meubles, la table qu’elle ordonnait, la nourriture qu’elle servait, l'art dont elle s’entourait."

A ses enfants, Trudy Taylor a transmis son sens que toutes choses étaient possibles. "Elle fait en sorte de nous exposer à toutes sortes de choses," déclare James. "Elle nous inscrivait constamment pour un voyage à l'étranger, ou un camp de l'environnement, ou un cours d'immersion en français, ou une étude que proposait l'université."

Au milieu des années 50, alors que les enfants étaient jeunes, son mari, le Dr Isaac M. Taylor, est partir servir deux ans en tant que médecin-chef à la station McMurdo dans l’Antarctique. Quand il revint, Trudy Taylor emmena ses cinq enfants en Europe. "Elle était tout simplement ferme dans son désir de donner à ses enfants une expérience du monde aussi vaste que possible"déclare James. "Elle a vraiment pris cela à cœur."

Né Gertrude Woodard, elle était la deuxième de cinq enfants, et était adolescente lorsque sa sœur aînée, Ruth, est morte.

Trudy Taylor a grandi à Newburyport, où son père "était un pêcheur, un constructeur de bateaux et le maire officieux de l'île de Ring" écrit Kate. "Sa mère était une chanteuse au sifflement doux qui a créé une belle maison pour sa famille, avec des tapis tressés fabriqués à partir de leurs vieux vêtements en laine et des tapis crochetés colorés et joyeux pour chaque surface de leurs sols."

Elle fréquente l'école secondaire à Newburyport et étudie le chant au Conservatoire de la Nouvelle-Angleterre. Elle rencontre Ike Taylor à Boston. Ils se marient et ont "quatre garçons et une fille, tous nés en l'espace de six ans entre 1947 et 1953," note James sur son site web.

La famille déménage alors à Chapel Hill, Caroline du Nord, où le Dr Taylor est nommé doyen de l'Université de l’École de Médecine de Caroline du nord. Dans une interview, James rappelle que sa mère «a marché dans des manifestations en «protestation contre la ségrégation dans le Sud.

"Elle était politiquement astucieuse" écrit Kate. "Elle avait un sens aigu de la nécessité de l'équité et de la justice."

Dans les années 70, Mme Taylor et son mari divorceront. Le Dr Taylor s’éteindra en 1996.

«J’ai toujours eu le sentiment que, si elle était née 20 ans plus tard, elle aurait été une femme pleinement émancipée" dit James, et au lieu de cela, elle a vécu à une époque où les femmes étaient censées jouer un rôle secondaire dans les mariages.

"Elle en savait trop pour être à l'aise avec cela, mais elle n'était pas née assez tard pour avoir le soutien de la culture de faire différemment", ajoute-t-il dans l'interview. "C’était comme si ma mère était prise entre deux mondes. Honnêtement, je pense que si elle était née plus tard, elle aurait été indépendante de toute sa vie. "

Néanmoins, Trudy Taylor a conçu une vie d'aventures stables, créativement et géographiquement, une fois qu’elle a déménagé à plein temps sur l’île de Martha’s Vineyard, où ses jardins ont toujours apporté «beaucoup de trafic dans l’endroit», déclare Hugh. "C’était également une très grande cuisinière."

Ses talents de cuisine "ont été célébrés par tous ceux qui ont eu la chance de siéger à sa table," écrit James sur son site web. "Cela comprenait l'illustre James Beard, qui a présenté au monde sa «Chilmark Bouillabaisse».

Kate a ajouté dans son hommage: "Dommage pour la pauvre âme qui a essayé de lui préparer une chaudrée de palourdes! Elle savait cuisiner! "

Un service sera annoncé pour Trudy Taylor, qui, en plus de ses enfants James, Livingston, Hugh, et Kate laisse son frère, Henry Woodard; deux sœurs, May Atkinson et Jean Woodard; neuf petits-enfants; et neuf arrière petits-enfants.

En 1993, Alex, le fils aîné de Gertrude Taylor, est décédé d'une crise cardiaque à l’âge de 47 ans. "Au décès de notre merveilleux frère Alex je l’ai vu se pencher sous le poids du chagrin, et j’étais très inquiet qu'elle ne se brise", déclare Livingston. "Mais elle n'a pas rompu. Elle s’est penchée, puis s’est accommodée avec la douleur et a poursuivi sa vie d'aventure et de découverte. "

En fait, être en présence de Trudy Taylor à tout moment de sa vie "nécessitait toujours que vos pensées soient en hyperpropulsion" ajoute Livingston "parce qu'aucune partie de votre vision n’allait se voir indiscutée."


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum