CAJT-Collectif des Amis de James Taylor
CAJT-Collectif des Amis de James Taylor

Ce forum s'est donné pour mission de mettre en contact les milliers de fans de cette légende de la musique encore trop peu connue du public francophone. le site officiel du CAJT - http://www.james-taylor.asso.fr


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

JT INTERVIEW ROLLING STONE AVRIL 2016

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 JT INTERVIEW ROLLING STONE AVRIL 2016 le Mer 27 Avr 2016, 5:17 pm

Admin

avatar
Admin


Le singer-songwriter parle de voitures classiques, des regrets de contrats et de combien ses concerts ressemblent à ceux du Grateful Dead

Par David Browne 26 avril 2016

Original article here: http://www.rollingstone.com/music/features/james-taylor-on-the-beatles-sci-fi-what-hes-learned-about-marriage-20160426#ixzz471ZSQjNn

L’été dernier, James Taylor a sorti son premier album de chansons originales en 13 ans, et le légendaire chanteur-compositeur se prépare à amener sa musique nouvelle et ancienne sur les routes d’Amérique du Nord. Nous avons pris  le temps de discuter avec Taylor de ses héros

----------------

Vous avez passé une partie de votre enfance en Caroline du Nord. Quelle est la chose la plus sudiste chez vous?


Je me souviens de moi attendant le bus scolaire et observant la chaîne de forçats à travers la vitre. Il y avait une douzaine de prisonniers noirs enchainés ensemble au niveau des chevilles et des gardes avec des fusils de chasse de calibre 12. C'était effrayant. Je ne sais pas quand je me suis mis à penser à  la ségrégation, mais nous avons grandi en sachant ce qui était juste et ce qui était mal.

Qui sont vos héros?

Musicalement, Ray Charles. La première fois que j'ai entendu Yes Indeed!, cela m’a vraiment estomaqué. J'ai une anecdote étrange, en fait: Quand j’étais adolescent, je me suis fait interner dans un hôpital [psychiatrique] appelé McLean, et pendant mon séjour, Ray y a été incarcéré pendant quatre ou cinq jours. Il devait faire partie d’une condamnation pour possession de drogue ou d’une libération conditionnelle. Il était dans la salle au-dessus de la mienne et je l’ai vu pendant les repas pendant un ou deux jours. Il ne parlait pas beaucoup. Il n’était pas heureux d'être là – personne ne l’était. Je lui disais juste bonjour à l'heure du dîner. Je ne pouvais pas croire qu'il était là.

Que fais-tu pour te détendre?

A part dormir, je dois faire quelque chose. J'aime lire. Actuellement ,  je lis The Denial of Death d’Errnest Becker. Dans le film Annie Hall, quand Woody Allen l'emmène dans une librairie et dit: «Je pense que vous devriez lire ceci" -.c’est un des livres qu'il lui donne. Il a frappé une corde en moi.

Quel était votre livre préféré lorsque vous étiez gamin?

J'aime la science - fiction, donc je dirais que la trilogie Fondation, d'Isaac Asimov. C’était une série de livres sur un empire galactique et sur l'avenir. L'empire se disloque, et un statisticien brillant prédit ce qui va se passer. J'aimé la façon dont  le livre propose une nouvelle sorte de monde alternatif. J'étais et je reste un dingue de science.

Vous avez été marié trois fois. Qu'avez-vous appris à élever une famille?


Je ne pense pas que vous devriez vous marier et avoir des enfants avant que vous êtes prêt à vous installer. Je pense qu’il serait préférable que les gens se marient dans la vingtaine, gèlent leurs embryons et ensuite, si elles se sentent prêts à fonder une famille à 40, ils se lancent. Je n’étais pas un partenaire adapté pour quiconque jusqu'à ce que je sois sobre à 35 ans - et probablement pas pendant les cinq ou six années qui ont suivi.

Vos fils jumeaux ont maintenant 15 ans. Vous introduisent-ils à la nouvelle musique?

J’ignore le nom de l’artite qui chante "Epouse cette fille / Epouse-la de toute façon" [« Rude » de Magic! S ']. Ils adorent cette chanson, et je l'aime bien aussi. Je ne pense pas que les gens s’amourachent d’artistes et les écoutent de façon exhaustive  comme nous le faisions autrefois.

Quelle est l' achat le plus complaisant que vous ayez fait?

Je possède quelques voitures classiques. J'ai une Morris Minor de 1965. Une Ford fourgon 1950, la voiture que je conduisais à travers le pays en 1965. Je l’ai convoit » depuis l’instant où je l’ai vu. Je n'ai jamais eu de Porsche ou de Ferrari. Nous avons un minibus pour les enfants.

Quelle est la meilleure part de la réussite?

Être simplement  capable de faire de la musique pour vivre. J'ai un public qui me soutient moi et mon groupe, et ils aiment être en compagnie l’un de l'autre. C’est la totalité de l'expérience. Cela est comparable a l’expérience de Grateful Dead.

C’est bien la première fois que j’entends quelqu'un vous connecter avec le Dead.

C’est juste un exemple de la tribu qui se coalise autour de ces événements.

Et quelle est la pire part de la réussite?

J’exprime des choses dans mes paroles qui proviennent d'un espace privé. Et quand vous l’exprimez en public, cela peut être un choc. Les gens sont tués par le succès, comme Janis Joplin et Jimi Hendrix. John Lennon en est un pur exemple. Je ne suis jamais arrivé à ce niveau. Je n'ai jamais été la proie des tabloïds.

Quelles sont les règles les plus importantes selon lesquelles vous vivez?

Fondamentalement, la règle d'or. Essayez de vous mettre dans la peau de quelqu'un d'autre et assumez qu'il a une vie aussi profonde, significative et convaincante que la votre, et vous éprouverez de la compassion grâce à cela.

Quel regard portez-vous sur votre brève période sur le label Apple des Beatles?

Être à Londres et enregistrer pour les Beatles en 1968,  m’a donné la sensation de chevaucher une vague. J’ai été invité à la première de Yellow Submarine. On m'a envoyé chez un tailleur mod sur King Road à Londres, qui m'a fabriqué un costume moulant en velours vert et bleu, avec un grand col large. Il avait l'air super. Plus tard, ma petite amie a sauté d’une cage d'escalier pour me donner une étreinte et il m’a fallu l'attraper. Je portai le costume et celui-ci s’est fendu droit à l'arrière de la jambe droite.

Qu’auriez-vous aimé que quelqu'un dise à propos de l'industrie musicale?

J’aurais aimé avoir un avocat les trois ou quatre premières fois où j’ai signé un morceau de papier. En 1966, j'avais 18 ans et j’ai drogué à New York City. Certains gars m’ont dit qu'ils allaient signer mon groupe the Flying Machine, et j’ai accapté un contrat d'édition. J’ai cédé la publication sur mes quatre premiers albums, de l'album Apple jusqu’à One Dog Man, "Fire and Rain" inclus. Cela a représenté une fortune.

Quels conseils donneriez-vous à votre plus jeune moi?

Restez en dehors de la dette. Restez à l'écart d'une accoutumance majeure à la drogue.
From The Archives Edition 1260: 5 mai 2016


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum