CAJT-Collectif des Amis de James Taylor
CAJT-Collectif des Amis de James Taylor

Ce forum s'est donné pour mission de mettre en contact les milliers de fans de cette légende de la musique encore trop peu connue du public francophone. le site officiel du CAJT - http://www.james-taylor.asso.fr


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

RICKIE LEE JONES à MANCHESTER - compte rendu du concert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Admin

avatar
Admin
RICKIE LEE JONES AU JAZZ CAFE
de Manchester, vendredi 18 avril




David Sinclair at the Jazz Café, NW1

noté: quatre étoiles sur cinq

Rickie Lee Jones est apparue sous divers accoutrements au cours des années — la hipster acoustique de la gloire de Chuck E’s in Love, la chanteuse de jazz, la chanteuse protestataire - mais quel que soit son courant musical du moment, ses performances en concert ont toujours maintenu un grand pouvoir émotionnel.

Toutefois, la star âgée aujourd'hui de 52 ans a surpassé toutes les incarnations antérieures lundi soir, avec un concert qui a donné vie aux morceaux de son dernier album "The Sermon on Exposition Boulevard".

Les premiers stades de la performance, son premier en Angleterre depuis 2003, furent perturbés par une succession de problèmes d'équipemeny, tout y est passé: depuis le défaut d'effets de pédales pour sa guitare jusqu'à l'attaque d'un "esprit malin" avec la grosse caisse.

Son groupe de trois musiciens ont raté l'entrée dans l'intro d'un de ses premiers succès, Youngblood, et ensuite Jones a commencé à jouer - avec un certain à propos! - le morceau intitulé Cloud of Unknowing dans la mauvaise clé...

Les interruptions ne semblaient pourtant pas la perturber; les joliesses techniques n'étant pas trop dans le goût de Rickie Lee Jones.

Falling Up et Nobody Knows My Name furent les premières des nouvelles chansons, toutes les deux progressant tranquillement grâce à des riffs minimalistes qui devaient pas mal au Velvet Underground, mais toutes les deux chargées de l'intensité grandissante de la voix de Jones qui descendait et s'élevait comme un cerf-volant évoluant parmi des trous d'air particulièrement nombreux.

Sur Tried to Be a Man, le groupe se lança dans un groove funk spectaculaire tandis que Jones braillait des paroles dans un style coincé entre la machisme féminin de Patti Smith et l'introspection névrotique de Cat Power: “You know I’m out of rehab/ You know I’m with the band/ I think it’s time to say/ Exactly what I am”.

A Tree on Allenford fut en revanche une ballade pleine de délicatesse et de rêverie et la dame, tout le long de Ghostyhead, frappa sur un bodhran avec un genre d'abandon joyeux .

Mais l'humeur s'intensifia de façon dramatique tandis que le concert filait vers son climax: une version déchirante de Circle in the Sand, un texte qui a été, dit-elle, directement inspiré par The Last Temptation of Christ.

Comme le reste de l'album, le morcea n'est pas tant une profession de foi religieuse qu'une tentative de donner un expression musicale à quelque vérité éternelle, profonde et personnelle.

Et tandis que Jones tentait cet exploit, sa performance toucha à un sommet cathartique rarement atteint sur une scène de concert.

Enfin, assise derrière un piano à queue, elle donna une version à vous donner des frissons de Coolsville, durant laquelle un silence descendit dans la salle qui en devint presque lugubre.
_________________________________________________________________

Rickie Lee Jones jouera le 9 mai à la Cigale place entre 45 et 82 euros


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum