CAJT-Collectif des Amis de James Taylor
CAJT-Collectif des Amis de James Taylor

Ce forum s'est donné pour mission de mettre en contact les milliers de fans de cette légende de la musique encore trop peu connue du public francophone. le site officiel du CAJT - http://www.james-taylor.asso.fr


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

James Taylor & His Band of Legends Tour - reviews

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Admin

avatar
Admin
James Taylor & His Band of Legends Tour - Reviews





LES DATES


Mai 2008
22/05 - Virginia Beach, VA - Verizon Wireless Amphitheater
24, 25 et 26/05 - Atlanta, GA - Chastain Park Amphitheatre
28/05 - Raleigh, NC - Walnut Creek Amphitheater
29/05 - Charlotte, NC - Verizon Wireless Amphitheater
31/05 - Baltimore, MD - Pier Six Pavilion

Juin 2008
1/06 - Philadelphia, PA - Mann Center for the Performing Arts
3/06 - Cleveland, OH - Blossom Music Center
4/06 - Rochester, MI - Meadow Brook Music Festival
6 et 7/06 - Chicago, IL - Ravinia Festival
9/06 - Kansas City, MO - Starlight Theatre
11/06 - Cincinnati, OH - Riverbend Music Center
14/06 - Atlantic City, NJ - Borgata Hote Casino
17/06 - Scranton, PA - Toyota Pavilion at Montage Mountain
18/06 - Vienna, VA - Filene Center at Wolf Trap
20/06 - Holmdel, NJ - PNC Bank Arts Center
21/06 - Wantagh, NY - Nikon at Jones Beach Theater

Juillet 2008
3 et 4/07 - Lenox, MA - Tanglewood
6/07 - Montreal, Quebec - Bell Centre
7/07 - Ottawa, Ontario - Cisco Ottawa Blues Festival
8/07 - Toronto, Ontario - Molson Amphitheater
11/07 - Saskatoon, Saskatchewan - Credit Union Centre
12/07 - Edmonton, Alberta - Rexall Place
13/07 - Calgary, Alberta - Pengrowth Saddledome
16/07 - Kelowna, British Columbia - Prospera Place
18/07 - Vancouver, British Columbia - General Motors Place
19/07 - Victoria, British Columbia - Save On Foods Centre
21 et 22/07 - Seattle, WA - Chateau Ste Michelle Winery
24/07 - Portland, OR - The Amphitheater at Clark County
26/07 - Lake Tahoe, NV - Harvey's Outdoor Arena
27/07 - Berkeley, CA - Greek Theatre
29 et 30/07 - Los Angeles, CA - Greek Theatre

Août 2008
1/08 - Santa Barbara, CA - Santa Barbara Bowl
2/08 -Phoenix, AZ - Dodge Theatre
4/08 - Salt Lake City, UT -USANA Amphitheatre
6/08 - Denver, CO - Red Rocks



Dernière édition par Admin le Mer 09 Juil 2008, 10:48 am, édité 3 fois


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
A noter: Lou Marini sera absent des premières dates. en effet son père est décédé le mercredi précédant la première date....



22/05 - Virginia Beach, VA - Verizon Wireless Amphitheater


SETLIST:

It’s Growing

Get A Job
Country Road
Solo violon par Andrea Zonn - Whiskey Before Breakfast
Gotta Stop Thinking 'Bout That
Wichita Lineman
Why Baby Why
(à ce moment un homme a hurlé: "I Love You James!" ce à quoi JT a
répondu "I Love You Too SIR!")

Oh What A Beautiful Morning
Mexico - (avec Kim Taylor dans les backup vocals)
*JT a remonté ses manches.....sigh*
You've Got A Friend
Shed A Little Light

BREAK

Seminole Wind
Hound Dog
Walking Man
Steamroller
Sweet Baby James
Somedays You've Gotta Dance (Kim Taylor dans les Backup vocals)
On Broadway
Road Runner (avec JT à l’harmonica)
Carolina In My Mind
Smiling Face
Shower The People

ENCORES

Only One
Midnight Hour
Knock On Wood

ET UNE DERNIERE !!!!!!

How Sweet It Is




Jeff Babko et Lou Marini étaient portés absents....

Le groupe a été incroyable...Michael Landau s'est montré fantastique à la guitare, de même que Jimmy Johnson à la basse. Luis Conte & Steve Gadd ont mis du punch à l’ensemble!
David, Arnold, Kate & Andrea étaient la perfection comme toujours! Walt Fowler assumait la section cuivre à lui tout seul & était vraiment dans le show & les doigts de Larry Goldings n’ont pas arrêtés de parcourir les notes des claviers et j’aurais pu l’obsever comme ça toute la nuit!

JT portrait ses vêtement habituels: chemise bleue et jeans.

COWGIRL

-------------------


J’ai adoré ce concert!...une soirée parfaite.


Les reprises ne ressemblaient pas à des « reprises ». JT avec la petite touche spéciale de sa voix que l’on connait si bien et que l’on aime tellement....se les appropriait. j’ai toujours aimé « Witchita Lineman ».... la perfection quand James l’interprète. « Get A Job” était Presque méconnaissable à mon oreille. “Seminole Wind” était tellement joli. .. je pourrais continuer encore et encore! Et donc ce n’est pas comme on pourrait le penser, un simple concert de reprises avec quelques tubes personnels ici et là. C’est un agréable mélange. Un agréable changement. Vous serez agréablement surprise par les chansons reprises.

Les draperies en fond de scène donnent à la scène un aspect magnifique et

chaleureux. J’ignore si c’était le décor permanent de l’amphithéâtre ou si vous verrez le même décor dans les autres dates de tournée. C’est la première fois d’aussi loin que je me souvienne qu’il n’y a pas d’images projetées en fond de scène. j’ai adoré l’idée de pouvoir d’identifier les membres du groupe grâce à leurs noms inscris devant eux.


Arnold et David étaient sur un plate-forme en hauteur derrière Andrea et Kate. J’aime cette configuration. David aussi, à ce qu’il semble... il était vraiment dedans et très "animé" tout au long du concert.

Arnold faisait des mouvements hilarants, Walt remuait comme un forcené vers la fin du show.... Les musiciens semblaient tous s’amuser énormément ensemble pendant les denrières chansons...”Knock on Wood”, “Midnight Hour”, “How Sweet It Is”... (j’adore cette version longue avec le côté bluesy à la fin). Je ne crois pas les avoir vu s’amuser autant … le concert semblait spontanée , détendu au fur et à mesure de son déroulement.


J’aurais été décu dans le passé, je pense, si “Fire and Rain” ou d’autres favoris avaient été oublié dans la setlist, mais je n’avais pas cette sensation avec ce concert. Les morceaux personnels que JT a gardé sont tous supers et le reste rend le concert intéressant et nouveau.


Bref, ce fut fantastique et je suis sûr que vous serez de mon avis!

CAROLYNE




FOREVER FAN


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin




d'autres photos ici



24, 25 et 26/05 - Atlanta, GA - Chastain Park Amphitheatre




PREMIER SET:

- Something in the Way She Moves (addition)
- It’s Growing
- Get a Job
- Country Road
- Whiskey Before Breakfast (en annonçant le titre, JT a lancé “Oh… ce n’est
pas à conseiller)
- I’ve Got to (Stop Thinking ‘Bout That)
- Wichita Lineman
- Why Baby Why
- Oh, What a Beautiful Mornin’
- You’ve Got a Friend
- Mexico
- Shed a Little Light

SECOND SET:

- Seminole Wind
- Hound Dog
- Walking Man
- Steamroller
- Sweet Baby James
- Somedays You Gotta Dance
- On Broadway
- Road Runner
- Carolina in My Mind
- Your Smiling Face
- Shower the People (extended Arnold solo)

ENCORES:

- Only One
- In the Midnight Hour
- Knock on Wood

SECOND ENCORE:

- How Sweet It Is (avec la fin disco)



d'autres photos ici







_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

4 temoignage de Carolyn le Jeu 29 Mai 2008, 9:23 pm

Admin

avatar
Admin
COMPTE-RENDU DE CAROLYN


Au risque de gâter la prochaine expérience de tournée de quelques uns, certains fans de JT m’ont demandé de rédiger quelques commentaires supplémentaires sur la musique.
C'est une joie de m’exécuter, plus particulièrement, pour les amis qui ne peuvent pas assister aux concerts. Un Bootleg de qualité de cette tournée serait merveilleux…

Excessif! C'est comme ça que JT a qualifié la nouvelle formule.

Excès de talent. Excès d’énergie.
Excès d’harmonies. Excès d’instrumentation. Excès de mouvements de danse.
Excès d’éclairage. Un fabuleux excès de mix sonore.

Tout bonnement... EXCESSIF!

Après deux années, la plupart du temps dans la configuration sobre et intime du « One Man Band » avec sa propre musique, JT s’est lâché. Mettant l’accent sur d’autres chansons que les siennes, et rassemblant les potes de jam session pour enregistrer et chanter le répertoire d'autres personnes. Des morceaux drôles, inspirés à jouer pour le seul plaisir de se sentir musicien.

C'est le genre d'excès que j’ai ressenti qui émanait de la scène d'Atlanta.


Il semble de rigueur d'avoir une ambiance des plus festives pour une tournée d'été. À l'exception de pour quelques courtes périodes, la plupart des membres de ce groupe n'avaient pas joué ensemble depuis environ trois ans. C'est tellement fantastique de les voir tous réunis de nouveau, autour de blagues, jouant ensemble et nous invitant pour le voyage. Bien que la tournée eusse très bien pu s’intituler "Pas de Fire and Rain", il y a beaucoup de compositions de JT choisis avec soin et amour pour plaire aux fans de JT.Pourtant, il y a aussi un vaste mélange de reprises richement orchestrées qui pourrait éblouir n’importe quel amateur de musiques parfaitement exécutées par des musiciens excessivement bons.

Pour moi, la formule est excessive dès le départ.

Quatre chansons sans pause à l’exécution au top.
“It’s Growin” comprend un piano syncopé en lead joué par Larry et quelques phrases étincelantes aux cuivres. Au final du morceau, Steve frappe l’intro "Get a Job" une de mes chansons préférées de la soirée! La ligne de basse de Jimmy sautille vraiment sur ce morceau, et Arnold a droit à une superbe intervention avec "Et quand je rentre à la maison…" (Je crois que c'est le même vers que Phillip Ballou assurait sur la tournée 1977.) Lou intervient avec un vibrant solo de saxo, et JT commence vraiment à fléchir ses muscles vocaux, avec plusieurs falsettos et une tonne de notes basses. Le final Accapella est génial, parfait.

Après quelques féroce battements de Steve sur "Country Road" (une version qui ressemble fort à celle effectuée par le groupe sur le DVD Musicares) et le doux violon d’Andrea sur "Whiskey Before Breakfast", James lance HE-LOH! et donne une brève explication des reprises du CD, disant (un des moments les moins excessifs de la soirée) "Nous avons fait un enregistrement phonographique, un LP, pour ainsi dire de certains de nos morceaux préférés. Nous les avons graves. Oui. Uh huh. Oui m’dame. C'est ce que nous avons fait." :-)

Un moment de choix du premier set: "Wichita Lineman». Il s'agit d'un arrangement excellent, même si la partie de flûte sonne un peu stridente. La partie chantée exige que James tienne de très longues notes, et il les soutient admirablement. Il sera intéressant de voir si ce moment se révèlera pour lui un défi dans la suite de la tournée. Pour l'instant, sa voix est vraiment au mieux de sa forme.

"Shed a Little Light" mérite également une mention spéciale. Je ne l'avais jamais entendu en concert avant, et en live c’est une de ces chansons qui prend toute sa dimension. Il semble particulièrement judicieuse pour le public d'Atlanta, qui a applaudi chaque soir après les premières paroles: "Tournons nos pensées aujourd'hui vers Martin Luther King". Lorsque James fend l'air avec son bras droit, regarde directement vers nous et chante le vers : "il y a un passage entre l'obscurité et le brouillard" j’y crois vraiment. Dans un monde de médias excessifs et une violence excessive, nous avons besoin d'un peu de pensée excessive de JT.

Les rideaux et l'éclairage sont luxueux. Des drapés de velours rouge profond ourlés d’épais fil d'or accrochés au-dessus de la scène, à gauche et à droite et derrière l'ensemble pour former une richesse de toile de fond. À l'entracte, le tissu du fond se baisse pour révéler un rideau autrichien, avec les plis de tissu verticaux qui étincèlent avec d’intenses éclairages violet, bleu et vert qui changent avec chaque chanson. Ooooooh, c'est vraiment classieux. C’est particulièrement efficace sur des chansons comme "Walking Man", "Sweet Baby James" et "Caroline In my Mind".

L'absence de diapositives et de graphiques permet de maintenir l’attention là où les choses se passent.

Tous les morceaux choisis pour second set étaient puissants, bien que "On Broadway" - qui certes, n’est pas un de mes favoris - s'éternise un peu. Il possède quelques harmonies soyeuses et jazzy de Kate, Andrea, David et Arnold. Le tour de force du trio sur "Hound Dog "," Walking Man "et
"Steamroller " propulse vraiment le spectacle dans une vitesse supérieure.
"Steamroller" trouve vraiment sa niche à côté de toutes ces reprises. Ce fut la chanson la plus demandé tous les soirs et elle a mis la foule en délire.

L'essence extraverti de l’excès. :-) :-)

"Hound Dog" valait à lui seul le prix d'admission. Entre le solo d’orgue fantastique de Larry, les traits puissants de Mike à la guitare électriques, les glissés vocaux et les girations et contorsions faciales de JT, cela a vraiment défini, pour moi, les années 50 rétro. Un arrangement solide et à plusieurs couches qui faisait sonner totalement neuve une musique trop souvent entendue. Et l’harmonica de JT sur "Roadrunner" fut une excellente chose. Il pratique sur ce morceau un scatt étonnant.

Les quatre derniers morceaux représentent peut-être l’ensemble de rappels le plus excessif que j'ai jamais entendu pour un concert de JT. Il joue de la guitare électrique sur "In the Midnight Hour" , "Knock on Wood" et "How Sweet It Is", et CHAQUE humain présent dans la place était sur ses pieds à danser sur les trois morceaux. Peut-être quelques chiens et chats. Voire même quelques gerbilles.

"In the Midnight Hour" et "Knock on Wood» sont bien des tubes instantanés qui possèdent une énergie irrésistible, urgente. À la fin du morceau, les parties de sax de Lou et de trompette de Walt lancent trois salves puissantes avant de se lancer dans l'intro de "Knock on Wood». Arnold est alors descendu dans l’avant-scène pour recevoir son dû. Les échanges hilarants entre lui et JT sur cette chanson ont mis par terre la salle entière tous les soirs. C’est relax et vraiment d’enfer.

Excessif vous dis-je. Tout rajout serait illégal!!



Dernière édition par Admin le Ven 30 Mai 2008, 10:22 am, édité 1 fois


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
premières videos de la tournée

JT and His Band of Legends 2008 tour - Virginia Beach

Carolina In My Mind


JT and His Band of Legends 2008 tour - Atlanta

Somedays You've Gotta Dance

Walking Man

Carolina In My Mind

Sweet Baby James

Carolina In My Mind


JT and His Band of Legends 2008 tour - Charlotte

Sweet Baby James

JT and his Band of Legends Baltimore, MD, May 31

You've Got a Friend


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

6 6/06 - Chicago, IL - Ravinia Festival le Mer 18 Juin 2008, 11:09 am

Admin

avatar
Admin
6 et 7/06 - Chicago, IL - Ravinia Festival

James Taylor à Ravinia


Par Andy Downing | The Tribune

9 juin 2008

Avec la prévision d’un temps orageux, les fans armés de parapluie, le premier soir des deux concerts de Jammes Taylor affichant complets du festival de Ravinia espéraient éviter le tonnerre et la foudre, tout en priant peut-être pour le « Fire and Rain ».

Les nuages noirs restèrent de côté pendant tout le concert de vendredi, bien que Taylor ait choisi de ne pas jouer ce qui est indiscutablement sa chanson plus populaire.

Au lieu de cela, le chanteur de 60 ans, soutenu par sa bande de 11 musiciens de légendes, a exécuté pendant sa performance une série de reprises. Habillé de ses habituels chemise bleue-claire à boutons et de son jean, Taylor a paru totalement à son aise, engageant son audience avec son humour pince-sans-rire. « Heureux de vous avoir ici » a-t-il lancé d’un air impassible au début du concert comme un Steven Wright folk. « Ce ne serait pas pareil sans vous. »

Mais le natif du Massachusetts était complètement sérieux durant les deux-heure et plus, prodiguant des airs inspirés comme « Shower The People » « Only One» et « You’ve Got A Friend» comme nourriture musicale nutritif. Mais à la différence de son show au Théâtre de Chicago en octobre 2006, qui montrait le chanteur la plupart du temps seul en scène, un groupe au complet étoffait ici les arrangements.

"Country Road» a galopé tout du long sur le violon campagnard d'Andrea Zonn ; une section de deux cuivres a trouvé le coeur swing du « Hound Dog » de Big Mama Thornton; Le guitariste Mike Landau a ranimé « Mexico » avec des solos languissants qui ont miroité comme la lumière du soleil sur une piscine ondulant gentiment. Les interprétations artistiques de Taylor, tirées d'un prochain album de reprises, allaient du solide ( le « Someday You Gotta Dance » des Dixie Chicks») au regrettable (une interprétation somnolente du tube « On Broadway » du groupe The Coasters).

En dépit du nombre et des styles formidables de musiciens choisis (Rodgers and Hammerstein, Buddy Holly, Jimmy Webb), les chansons ont tout ressemblé à du JT pur cru. En effet, le chanteur, avec sa voix réconfortante, a à plusieurs reprises s’est révélé moins un caméléon qu'un léopard- plein à l’aise faisant étinceler ses tâches uniques.



Dernière édition par Admin le Mer 18 Juin 2008, 11:19 am, édité 1 fois


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

7 9/06 - Kansas City, MO - Starlight Theatre le Mer 18 Juin 2008, 11:17 am

Admin

avatar
Admin
9/06 - Kansas City, MO - Starlight Theatre


James Taylor au Starlight : Comme c’était doux…


Plusieurs fois, lundi soir, James Taylor a fait mention de son âge. Il a plaisanté que le Starlight Theatre était un projet de WPA et qu'il avait été l’artiste qui avait ouvert l’endroit.

Taylor n’a que 60 ans, mais il est dans le métier depuis 40 ans, produisant des douzaines de tubes et de disques d'or et de platine.

Devant une salle pratiquement pleine, il a exécuté plusieurs de ses chansons avec sa bande des légendes, un orchestre de 11 musiciens vocalistes/instrumentistes qui comprenait des vétérans et de véritables légendes comme Steve Gadd, Luis Conte, Lou Marini, Jr et Michael Landau.

Musicalement et vocalement, le concert fut impeccable. Taylor peut encore sussurer une berceuse comme « You’ve Got a Friend» ou hurler un blues endiablé comme « Steamroller. »

Il ressemble peut-être aujourd’hui à M. Green Jeans, mais si vous fermez vos yeux et écoutez, il parait toujours aussi fort et jeune que dans les années 70.

Et son groupe était sur le coup tout la soirée, même durant le bref instrumental bluegrass « Whiskey Before Breakfast. »

Le concert se déroula en deux sets. Le premier composé de 12 chansons, la deuxième, de 14. Presque la moitié de ceux-ci étaient des reprises - des «chansons d’autres personnes, »comme il le sappelait – ce qui a donné une impulsion légèrement erratique à la soirée.

Il a ouvert avec deux reprises: « It’s Growing » des Temptations et ensuite « Get a job » des Sihouettes.

Après cela, il a visité un mélange de chansons d'autres personnes, des classiques bien connus, comme le « Wichita Lineman » et « On Broadway", aux chansons moins connues, comme « Some Days You Gotta Dance » des Dixie Chicks et même un air de comédie musicale « Oh What a Beautiful Morning » tiré « d’Oklahoma ! »

La foule a répondu favorablement à tous les morceaux mais, naturellement, le propre matériel de Taylor a produit la majorité des acclamations, des applaudissements et des accompagnements chantés par la public.

J'ai apprécié sa reprise du morceau « Everyday » de Buddy Holly et même le « Why Baby Why » de George Jones, mais franchement j'ai entendu plus que mon content de versions de de standards comme « On Broadway » et "In The Midnight Hour. »

La reprise de «Wichita Lineman » était très bien, sûr, mais au lieu de la reprise jazzy de « Hound Dog » pourquoi pas un de ses propres morceaux, comme « Anywhere Like Heaven » ou « You Can Close Your Eyes » ?

Je comprends le raisonnement : Quand vous avez voyagé autant que Taylor, il devient difficile d’éveiller la même dose d'enthousiasme ou d'émotion chaque soir pour votre propre matériel – des chansons que vous avez joué des centaines de fois.

Mais Taylor peut encore faire cela. « Fire and Rain », « Caroline In My Mind» et « Walking Man » étaient magnifiques. Et pendant des morceaux enlevés comme « Mexico » lui et le groupe ont déclenché quelques mouvements de danse dans les travées et dans la section herbeuse de l’endroit.

L’homme a fini avec une autre reprise mais, une de celles qui, il y a bien longtemps, sont devenues associées de manière indélébiles à Taylor : « How Sweet It Is (To Be Loved By You), » qui a installé le même genre d’aura chaleureuse et pleine d’amour que les Flaming lips obtiennent pendant « Do You Realize. »

S'il s'est fatigué de chanter celle-là, Taylor ne l’a pas montré un seul instant.


SET LIST


It’s Growing; Get a Job; Country Road; Whiskey Before Breakfast; (I’ve Got To) Stop Thinkin’ ’Bout That; Wichita Lineman; Why Baby Why; Oh, What a Beautiful Morning; Everyday; You’ve Got a Friend; Mexico; Shed a Little Light.



Intermission


Hound Dog; Fire and Rain; Walking Man; I’m a Roadrunner; Sweet Baby James; Some Days You Gotta Dance; On Broadway; Steamroller Blues; Carolina in My Mind; Your Smiling Face; Shower the People; In the Midnight Hour.


Encore

Knock on Wood; How Sweet It Is (To Be Loved by You).


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
INTERVIEW AVANT LE CONCERT AU PAVILLON TOYOTA

TIMES TRIBUNES - 12/06/08

Beaucoup de musiciens à la carrière aussi longue que celle de James Taylor semblent embrasser le rôle d'ermite, attendant des périodes prolongées avant de sortir de nouveaux morceaux et rarement, voire jamais, ils ne se risquent dans une tournée.

D'un autre côté, M. Taylor, lui, ne s’éloigne pas de sa musique, que ce soit en studio ou en tournée.

« Cela a été non-stop » déclare-t-il, se référant à la série de sorties récentes comprenant l’album « October Road » en 2002, un album de Noël en 2004 de Noël, l’album de concert rétrospectif et intimiste de 2007 « One Man Band » et à plusieurs tournées dans l'intervalle.

M. Taylor and His Band of Legends aménera son mélange classique de folk
acoustique, de soul et de blues au pavillon Toyota mardi, en tant qu'élément d'une tournée de 34 villes des Etats-Unis.

Cette tournée est coincée entre l'enregistrement et la sortie d'un projet qui a récemment été sur son esprit - un album de reprises.

Musique dans une grange

En janvier, M. Taylor a rassemblé les mêmes 12 musiciens avec qui est
actuellement en tournée - la bande de légendes - dans une grange près de sa maison dans le Massachusetts occidental pour commencer le travail sur le projet.

« Elle était quelque chose que j'avais prévu de faire depuis des années » déclare M. Taylor depuis Cincinnati pendant un jour de pause de sa tournée actuelle. «Nous avions de nombreux arrangements effectués en tournée cours des nombreuses années de tournées, et puis il y avait beaucoup de chansons que j'aimais que auxquelles j’ai voulu me mesurer. »

Les choix de chanson pour l'album rempli de parties de cuivres, à la sortie
prévue pour septembre, s’éntend de tubes de Motown et de Stax jusqu’aux classiques rock, tous enregistrés live dans le studio en quelques prises seulement.

« L'énergie est incroyable, » confie M. Taylor avec enthousiasme à propos du projet auquel il réfère simplement en tant qu’album de reprises.

M. Taylor ajoute que beaucoup des 20 chansons de reprises enregistrées pour l'album sont une partie de la setlist de la tournée actuelle, qui comprend également plusieurs des tubes pour lesquels il est connu. Ceux-ci seront accouplés avec certaines chansons, telles que « Walking Man » et « Only One » qui satisferont ceux dans le public à la recherche de certains des morceaux plus obscurs de son catalogue.

Bien qu’il affirme être relativement sûr que lui et son groupe feront quelque
chose pour « alerter les gens » au sujet de la sortie de l'album de reprises en automne, y compris la possibilité de concerts supplémentaires à travers les Etats, il est probable que ce ne soit pas la seule chose dont M. Taylor assurera la promotion dans les mois à venir.

« Je pense sincèrement qu'Obama serait le bon choix, » déclare M.Taylor, qui a fait une campagne vigoureuse en faveur du démocrate John Kerry durant la course présidentielle de 2004. « C’est vraiment une perspective encourageante et passionnante de penser à cette administration. »

Faible influence sur le sélecteurs

M. Taylor a ajouté qu'il a parlé aux gens liés à la campagne d'Obama il y a juste quelques jours au sujet d’un projet potentiel pour l’automne, mais en
plaisantant, il a ajouté qu'il avait avertit ceux qui l'interrogeaient sur une aide éventuelle au sujet de son influence médiocre lors de ses précédents soutiens aux démocrates Jim McGovern, Walter Mondale, et John Kerry dans le passé.

Les ventilateurs circonspects quant au message politique de M. Taylor venant prendre le pas sur sa musique n'ont aucune raison de s’alarmer- il ne fait aucunes « harangues politiques » en tournée, mise à part peut-être une ou deux plaisanteries.

M. Taylor ajoute un autre projet à sa liste de « chose à faire » en automne – revenir à la composition de chansons originales.

« J'entrerai probablement dans une phase d’écriture en septembre, » confie
M. Taylor, qui avait lentement travaillé sur des bouts de nouvelles chansons
depuis la sortie d’October Road en 2002, son dernier album de matériel original. « Je m'assiérai, le travaillerai dessus, et je commencerai à faire quelques démos. »

Pour l’heure, M. Taylor apprécie simplement sa vie, faisant ce qu'il a fait
chaque année.

« Nous passons un beau moment avec ces joueurs » dit-il, se rapportant aux « légendes » qui l'accompagnent sur la route. « On s’éclate vraiment. »


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
18/06 - Vienna, VA - Filene Center at Wolf Trap


COMPTE-RENDU DE PAT


Malgré un temps presque parfait toute la journée, à 18 h, le ciel s’est ouvert et s’est déversé. Il a continué à pleuvoir par intermittence pendant un certain temps, mais un grand bonheur est survenu vers 19 :15 environ quand le soleil a fait sa réapparition. Un présage pour le concert, je pense.

JT et le groupe ont été fantastiques! La setlist était à peu près la même que ce les soirs précédents. Nous avons eu droit à "You've Got a Friend", "Sweet Baby James" et "Carolina in My Mind" mais pas à "Fire and Rain."

Pour dire la vérité, le morceau ne m’a pas manqué. Et, croyez-le ou non, bien que je ne sois pas folle de "Steamroller", je l'ai beaucoup apprécié ce soir!

J’ai adoré "Wichita Lineman" et "It's Growing" - et "On Broadway" m’a beaucoup plus également.

Mieux encore, l'énergie du groupe et le public étaient incroyables!


Le public était un superbe mélange de tous les âges - baby-boomers et plus vieux, et beaucoup de vingt ans et quelques. TOUT LE MONDE dans le car après le spectacle était ravi. Personne nes ‘est plainte et on aurait dit que tout le bus était accroc à JT. C'était très cool!

Je pense que les reprises sur de CD seront bien reçues dans ma région.


JT est apparu sur scène peu après 20 heures, pris ses habituelles 20 minutes de pause, et a joué jusqu'à 22:45.

Il y a eu l’habituel "importun" dans le public qui a tenté de gâcher la soirée, mais JT ne l'a pas laissé faire. Ce « monsieur » (et j’utilise ce terme de façon très vague) s'est levé après (si je me souviens bien) la seconde ou la troisième chanson et a commencé à crier à tue-tête à propos de la basse qui jouerait trop fort, mais d'une manière qui ne peut être décrite que comme impolie.

JT l’a calmé, et on a pratiqué à un quelques ajustements de la basse.

Le "monsieur" était assis dans la seconde rangée, et une femme derrière moi (j'étais dans le "pont supérieur") a déclaré haut et fort qu'elle voulait bien changer de place avec lui.


La foule était assurément du côté de JT, et bien que JT ait semblé quelque peu secoué pendant quelques instants, cela ne l’a pas laissé trop affecté. La lune était pas pratiquement pleine ce soir, de sorte que cela a pu peut-être jouer sur le déplorable comportement de ce type.


Dans l'ensemble, la soirée n'aurait pas pu être plus parfaite!

Si JT passe dans une ville près de chez vous, vous seriez bien avisé d'aller le voir.


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
17/06 - Scranton, PA - Toyota Pavilion at Montage Mountain

REVIEW AND PHOTOS:

JT déverse une pluie de reprises sur le public du Toyota Pavilion

par Lisa SOKOLOWSKI




Il y a probablement de nombreuses personnes qui ont passé le mercredi après-midi à se cramponner à leur café tout en palabrant sur combien James Taylor avait été extrêmement talentueux la nuit dernière.

Il y a en a d'autres qui diront qu'ils sont tombés de sommeil lors de cette désastreuse soirée, qui fut couronnée par une pluie battante qui s'est abattue sur eux pendant l'entracte.

Les deux groupes auront raison de leur point de vue.



Taylor et son groupe de légendes de onze membres s'est produit mardi soir au Toyota Pavilion de Montage Mountain, et a prodigué aux gens de l'assemblée un concert "emmené par" James Taylor le soixantenaire dans son pull à la Mister Rogers, et non "de" James Taylor, le pionnier singer-songwriter.


Le premier set s'est ouvert avec le morceau "It's Growing" des Temptations suivi par le "Get a Job" des Silhouettes. Il fallu attendre la trosième chanson - "Country Road" - pour que Taylor se décide à ajouter quelques unes de ses propres compositions sur la setlist. "Country Road" mis la foule assise sur ses pieds pour la première standing ovation dela soirée. ce aurait dû être parlant pour quiconque avait concocté le set: Bien que le public soit composé principalement de baby boomers, un voyage de retour dans leur passé n'était pas vraiment ce qu'ils attendaient; ils voulaient Taylor.

Ce qu'ils eurent fut l'interprétation par Taylor de la composition de Roger and Hammerstein "Oh What A Beautiful Morning" tiré de la comédie musicale Oklahoma et le morceau "Love Like Yours" de Buddy Holly.

Les gens venus écouter "Fire and Rain" sont restés sur leur faim.

Le second set étaient rempli jusqu'à la gueule de tubes de Taylor hits, mais à ce moment, il était trop tard pour plusieurs membres de l'assemblée qui piquaient du nez (Taylor chante presque toutes ses chansons comme des berceuses, c'est peut-être l'explication). Ce set s'acheva avec "Steamroller" suivi de "Carolina In My Mind", "Shower The People" et "Your Smiling Face." Mais avant le public dû traverser le set - qui débuta avec le morceau de Willie Mae Thorton "Hound Dog" - pour avoir droit aux morceaux signés par Taylor. Loin de moi l'idée de rabaisser la chanson qui rendit Elvis célèbre, mais le "Band of Legends" jouait plus un tribute aux legendes qu'il ne supportait celle qui était sur scène.



Pour les gens qui sont restés jusqu'à la fin, cela a pu apparaitre comme un bon concert. Tout le monde était debout tout au long de la série de tubes de Taylor sus- mentionnés, et pratiquement chaque couple dansait pendant le morceau final: "How Sweet It Is."

Mais, le comble le voici: c'est une chanson de Marvin Gaye.

Peut-être Taylor ne se souvient-il plus de ses propres chansons. Il a fait plusieurs blagues sur son époque d'addiction, faisant allusion aux xhoses qu'il n'arrivait plus à se rappeler. et mardi soir, il lança même une blague son son âge actuel (et sa longévité, peut-être).

"Il est agréable d'être de retour" déclara-t-il avant le morceau de Jimmy Webb "Wichita Lineman". " J'essaie de me rappeler la dernière fois que j'étais ici. Je crois que c'était en 1903."

Ou peut-être est-il fatigué de ses compositions. Il parlait du classique de Carole King's "You've Got a Friend" disant qu'il avait entendu la chanson et avait immédiatement désiré la jouer à la guitare. " Je en savais pas que j'aurais à la jouer chaque jour jusqu'à la fin de ma vie."

Peut-être est-ce la raison pour laquelle il a enregistré un album de reprises. Peut-être est-il temps pour lui de jouer " la musique d'autres personnes." C'est ainsi, de toutes façon, qu'il qualifie les reprises. Il est peut-être fatigué de jouer les chansons de James Taylor, mais le public qui lui a offert une standing ovation seulement pour les chansons signées James Taylor songs voient peut-être les choses un peu différemment.













_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
JT and His Band of Legends 2008 tour -
20 juin
PNC Bank Arts Center - Holmdel (New Jersey)



Steamroller

On Broadway

Only One


Sweet Baby James


Hound Dog


Shed A Little Light


Mexico


Everyday


Country Road


JT and His Band of Legends 2008 tour -
21 juin
Nikon at Jones Beach Theater - Wantagh(New York)



Sweet Baby James

You've Got A Friend

You've Got A Friend



_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

12 TANGLEWOOD - 3 juillet le Ven 04 Juil 2008, 5:25 pm

Admin

avatar
Admin
Les fans de Taylor brave le deluge à Tanglewood


Par Benning W. De La Mater, Berkshire Eagle Staff - Vendredi 4 juillet



LENOX —

On appelle ça tout simplement l’amour de JT, et voici à quoi ça ressemble:

Des milliers de fans vêtus plus comme des pêcheurs de crabes que comme des spectateurs de concert remplissent la pelouse de Tanglewood de la taille d’un stade. Ils s’assoient alors que tombent 150 minutes de pluie qui passe à plaisir d’une bruine à une averse. Les pieds des spectateurs restent plantés dans des flaques de boues froides.

Et ils supportent tout ça pour James Taylor.


Une estimation de 18,000 fans sont venus hier soir pour ce qui constitue un rituel d’été annuel dans le Berkshire. Le concert “Band of Legends 2008” de Taylor fut le premier de deux soirées consecutives prévues à l’intérieur du Koussevitzky Music Shed, quis e trouve juste à quelques kilometres de son foyer.

Les Tickets sont tous vendus depuis mars, ce qui montre jusqu’où va la dévotion de ces fans — la météo n’avait aucune chance de jouer les trouble-fête.

"Rien ne m’aurait empêché de venir voir 'Sweet Baby James,'" déclare une Sue Razkowski trempée de pluie, une fan originaire de Chicopee dont le concert d’hier soir était le 17ème de JT auquel elle assistait. "Il chante sous la pluie."

A peine 20 secondes après que les officiels aient ouvert les portes principales à 16 heures, le ciel s’ouvrit. Les températures ont chuté de 27 à 15 degrés en deux heures de temps, et le ciel ensoleillé qui dominait la journée s’est change en un gris sinistre.

Il pleuvait tellement que la boutique d’accessoires Glass House a vendu tous ses ponchos (662) et ses parapluies (146). Le manager Paul Ginocchio a déclaré qu’ils vendaient habituellement une centaine de ponchos en pleine saisons.

" je n’ai jamais vu ça!" a ajouté Ginocchio. "Si ça avait été un autre concert que celui de James Taylor, ils seraient repartis."

A la tente des T-shirt, les vendeurs se sont servis de quatre ponchos pour garder leurs produits secs, et des clients se sont lancé dans une surenchère pour acquérir le dernier vêtement de pluie qui restait.

La vontaire de Tanglewood Susan Parsley a qualifié la scène de déluge de "délirante" la soirée la plus pluvieuse à laquelle elle ait assisté pour une tête d’affiche en sept saisons. "Mais même avec la pluie, les gens étaient généralement de bonne humeur" a-t-elle déclaré. "C’était super à voir."

Tôt dans la journée le traffic routier a enflé entre Lee et Lenox. Vers 13 heures, des voitures se dirigeant vers le nord depuis la sortie 2 were roulait à un mètre par minute. Des files de voitures à l’entrée se sont formées peu après midi.

Donny Dwyer, 54 ans, de Norwell, était la première personne dans la file.
Il installa son équipement de pique nique à 12:05 . Ce vice-president des ventes pour WB Mason définit Taylor comme "un des meilleurs singer/ songwriters de notre génération. Il représente un morceau de l’histoire
américaine."

La mission de Dwyer était de diriger était d’atteindre le centre de la pelouse "aussi proche du shed que possible. J’ai laissé mon parapluie dans la voiture."

Les fans se serraient sous les parapluies, les tentes pliantes et les morceaux dans l’espoir de rester au sec. Certains renoncèrent et se restèrent sans protection, adoptant l’état d’esprit de Woodstock "Qui ça dérange? Amusons-nous."

Mike Vogel et Sue Zielenski de Bank America se tenaient sous une tente tout en essayant de faire signer aux gens un visa Tanglewood Visa, qui arbore une photo du lion de la porte principale entouré des montagnes de South County.Trois heures après que le spectateurs soient arrives, le duo en était à zéro
signatures.

"C’est pas grave" déclare Vogel, de Belchertown. "Nous avons pu assister à la balance de JT. On devait être seulement une cinquantaine de personnes répartis dans le shed. Il a chanté 'Wichita Lineman,' et c’était génial. C’était comme s'il chantait cette chanson pour moi tout seul."

Trente minutes avant que Taylor ne prenne la scène, le soleil a percé à travers les épais nuages. Phil et Barbara Regan, des fans de longue date de JT venus du Connecticut, ont vu cela comme un signe.


"Il ne pleut jamais pendant un concert de James Taylor show à Tanglewood" affirme Barbara. "Dieu est aussi un fan de James Taylor."


voir des photos de la journée ici



Dernière édition par Admin le Mar 08 Juil 2008, 9:53 am, édité 3 fois


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
PHOTOS TANGLEWOOD DU 3 JUILLLET ;

Merci à Léo Kulinski, Jr


















_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
John Travolta, Paul McCartney et Carole King célèbrent avec retard les soixante ans de JT durant son concert du 4 juillet à Tanglewood





Par Clarence Fanto

4 juillet

LENOX - Supposez qu'ils donnent une soirée pour le soixantième anniversaire de James Taylor et que presque 20.000 personnes s’amènent, y compris une rangée d'invités célèbres.

C'était la surprise qui a provoqué, hier soir, une ovation, une huée de cris, et des danses improvisées dans les travées de Tanglewood pendant la deuxième des deux concerts consécutives à guichets fermés de l’artiste accompagné de son groupe de 11 membres de légendes.

Dans la plus parfaite discrétion, l'équipe de Taylor - mené par son épouse, Kim, actuellement superviseur du Boston Symphony - avait monté un coup d'anniversaire pour la troisième heure du concert. La date de naissance réelle de Taylor est le 12 mars, mais étant donné ses liens étroits avec le Berkshire (il habite à quelques kilomètres de Tanglewood) et la disponibilité des vedettes surprises invitées, la décision fut prise de présenter la célébration publique ici.

L’acteur John Travolta, un ami de la famille, a bondi sur scène au cours de l'exécution sous haute tension par Taylor du tubes des Dixie Chicks «Some Days You Gotta Dance» provoquant une pussée de cris de surprise de la part de l’audience.

Reconnaissant la « soirée d’anniversaires » du 4 juillet, Travolta a raillé : « Nous sommes ici avec 20.000 de vos amis les plus proches ; nous voulons te dire combien nous t’aimons. »

« Les Travoltas étaient nos invités pour la soirée d'ouverture de l'année dernière, et ils sont juste tombés amoureux de Tanglewood » a confié Kim Taylor dans une déclaration préparée.

Aucun doute, l’affection intense était dans le ciel pendant une salutation filmée du musicien Paul McCartney, âgé de 66 ans. « Soixante ans me vont assez bien » a-t-il déclaré durant un hommage vibrant à son vieil ami. « Joyeux anniversaire, James, d'une personne qui a nettoyé son acte pour un autre. Je t'aime bébé ; tu es un homme merveilleux ; J'ai de merveilleux souvenirs. Maintenant que tu as 60 ans – Conduis-toi bien ! » McCartney et ses collègues des Beatles ont donné à Taylor sa première grande chance, en signant son premier album sur leur label discographique Apple en 1968.

Le violoncelliste superstar Yo-Yo Ma, qui a souvent joué avec Taylor, a offert un solo déchirant pendant le morceau iconique de Taylor «Sweet Baby James» avec sa référence à un jour givré de décembre « sur l’autoroute de Stockbridge vers Boston. »

« Yo-Yo et sa femme Jill Horner sont deux de nos plus chers amis, et un concert de Tanglewood sans yo-yo n’est pas concevable. » a dit Kim Taylor.

Et, sur film, le personnage revêche Homer Simpson a taquiné Taylor : « Je t'aime, même quoique je ne t’ai jamais rencontré. » Un extrait a été diffusé de l’apparition de Taylor lors d’un épisode de Simpson de 1994 basé sur l'aventure d’Homer en tant qu’astronaute dans l'espace sidéral et le chaos qui s’ensuit.

Ajoutant encore plus de cachet à la soirée de célébration baignée de nostalgie, Carole King est apparue, saluant la foule avec un « bienvenue aux années 60 ! » Après avoir partagé l’affiche avec Taylor au club de Los Angeles le « Troubadour » il y a presque 40 ans (ils se sont réunis réuni dans le même club en décembre dernier) elle a eu droit à une ovation prolongée tandis qu'elle interprétait « Natural Woman» et «Upon The Roof » ainsi que « You’ve Got a Friend vous avez un ami. » Taylor s'est rappelé avoir écouter son amie de longue date répéter cette chanson à l’entrée de sa loge ; elle lui a offert l’opportunité de l’enregistrer le premier. « J’ignorais alors que j’aurais à la chanter chaque soir pour le reste de ma vie, » a-t-il plaisanté.

Après que les fils jumeaux de James et de Kim Taylor, Rufus et Henry, ait aidé à faire rouler un gâteau d'anniversaire de six étages, le groupe entier d'amis et de membres du groupe se sont joints pour la bénédiction de la soirée «How Sweet It Is .»

Le Taylors ont offert mes bénéfices de la soirée de la nuit dernière au Boston Symphony ; la soirée s’est achevé sous les feux d'artifice du 4 juillet au-dessus du bassin de Stockbridge et d'une soirée privée organisée par la famille au manoir de Highwood.

JT and His Band of Legends 2008 tour - Tanglewood
You've Got A Friend (avec Carole King)
Up On The Roof (avec Carole King)
Sweet Baby James (avec Yo-Yo Ma)
Shed A Little Light


et..:
Homer Simpson wishing JT a nice birthday
Carole King - Natural Woman (JT on guitar)



_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
JT and His Band of Legends 2008 tour - Wantagh

Andrea Zonn - Whiskey Before Breakfast
You've Got A Friend
Sweet Baby James


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum