CAJT-Collectif des Amis de James Taylor
CAJT-Collectif des Amis de James Taylor

Ce forum s'est donné pour mission de mettre en contact les milliers de fans de cette légende de la musique encore trop peu connue du public francophone. le site officiel du CAJT - http://www.james-taylor.asso.fr


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

JT - les Interviews Espagnoles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 JT - les Interviews Espagnoles le Dim 26 Juil 2009, 11:40 pm

Admin

avatar
Admin


interview espagnole de JT
- voir site original ici

James Taylor - Toute Une vie | (24/07/2009


Figure de proue du soft-rock et singer-songwriter, archétype du chanteur nord-américain de style confessionnel, le Bostonien visite l'Espagne au cours d’une tournée qui célèbre plus de quatre décennies dans l'industrie musicale.


Texte: EDUARDO GUILLOT (Traduction Samuel Légitimus)



Il a connu le succès depuis ses débuts, mais la carrière du singer-songwriter américain James Taylor n'a pas été sans heurts. Sa dépendance à l'héroïne, ses nombreux internements en établissement psychiatrique ou son mariage de rêve avec sa collègue Carly Simon jalonnent une trajectoire sur laquelle il a réalisé bon nombre d'excellents disques de soft-rock autobiographique. Ce mois-ci il sera sur le continent à Valence (25), San Sebastian (26) et Madrid (28).

Après Covers (2008), en avril de cette année, vous avez publié Other Covers. Pourquoi un autre disque de reprises?

Pour Covers, nous avons enregistré dix-neuf chansons, mais seulement douze ont été incluses sur le disque. Sept autres reprises ont été laissées de côté. Je me suis rendu compte que les séances d'enregistrement faisaient partie d'un tout. Nous avons passé dix jours à vivre et jouer dans une grange près de ma maison, et il a été très difficile de choisir les douze ans, et Other Covers, en fait, complète le précédent album.

Comment est née l'idée de l'enregistrement Covers?

J'ai toujours fait des reprises: "Handy Man", "Up On The Roof", "You've got a friend" ... J'ai enregistré beaucoup de reprises, au moins un sur chaque album que j'ai sorti. Il y avait beaucoup de chansons que nous avons énormément jouées en tournée et que nous avon toujours voulu enregistrer sur un album. C'est l'une des raisons. L'autre raison est que, au cours de ces années, j'ai travaillé avec un groupe fantastique: Luis Conte (percussion), Steve Gadd (batterie), Jimmy Johnson (basse), Michael Landau (guitare), Larry Goldings (piano), Lou Marini et Walt Fowler (cuivres). Je voulais faire un disque qui représenterait ce groupe. Et le matériel était prêt, de même que les arrangements.

Other Covers comprend deux tubes: "In the Midnight Hour (Wilson Pickett) et" Knock on Wood "(Eddie Floyd). Etait-ce compliqué de donner une nouvelle tournure à des chansons que beaucoup de gens ont déjà reprises?

On a joué ces deux chansons live pendant de nombreuses années. Habituellement encore la performance de chacun. Elles ne sont justement pas incluses dans Covers pour la raison qu’on en a déjà pas mal entendu de versions. Mais elles ont été sauvées lorsque j'ai décidé que tout le matériel enregistré devait voir le jour. Je suis d'accord avec vous: les gens connaissent beaucoup de versions de ces deux chansons.

Votre album précédent était One Man Band (2007), publié sur la label Hear Music de Starbucks, qui ont également signé Paul McCartney ou Sonic Youth. Cela représente-t-il une alternative à la compagnie de disques classiques?

La première moitié de ma carrière, à l'exception de mon premier album, sorti sur Apple Records, a été développé chez Warner Brothers.Un jour, mon manager m'a dit que ce serait une bonne idée de changer de label, de collaborer avec de nouvelles personnes, et j’ai signé avec CBS / Columbia / Sony, avec qui j’ai enregistré plusieurs albums. Lorsque mon contrat avec eux s’est terminé, l'industrie de la musique était dans une situation difficile. D'année en année, il était impossible de savoir quelle compagnie était encore en activité et ce qui allait en découler. Le plan, après vingt-cinq ans de travail avec les multinationales, est de réaliser un nouveau projet et attendre de recevoir la meilleure offre. Il n'a plus aucun sens de signer des contrats de dix ans, quand un label fait faillite six mois après. Le premier projet que j'ai fait dans ce sens a été A Christmas Album (2004), qui a enregistré avec Dave Grusin. Nous avons cherché un distributeur, et l’album s’est vendu près de deux millions d'exemplaires. One Man Band est un album enregistré avec juste le pianiste Larry Goldings et moi, et qui présente des versions intimes de mon répertoire. Lorsque je cherchais un partenaire pour éditer mon CD/DVD Starbucks, qui était distribué par Universal, m’a contacté et j'ai choisi la meilleure option. Il a si bien marché qu'ils nous ont demandé de distribuer Covers, mais cette fois, nous avons opté pour Hear Music. Le prochain album sera composé de nouveaux morceaux et nous espérons commencer l'enregistrement en Septembre, et nous approcherons peut-être des compagnies différentes dans chaque pays. Le monde est très différent aujourd’hui.

Avec plus de quarante ans de carrière derrière vous. Que voyez-vous quand vous regardez en arrière?

Au fil du temps, je me considère de plus en plus chanceux d’avoir pu vivre ce que j'avais vraiment plaisir à faire. Je le dois en partie, aux gens avec lesquels je voyage et je joue tout au long de l'année. C'est un honneur de travailler avec des musiciens tels que ceux qui m'accompagnent aujourd'hui. C’est un groupe de légendes. Je sais que ça sonne un peu larmoyant, mais ils ont chacun des albums solos et une incroyable carrière derrière eux. Steve Gadd a travaillé avec Simon & Garfunkel et Eric Clapton. Luis Conte a tourné à travers le monde et fait des ateliers de percussions. Larry Goldings est un grand musicien de jazz. Lou Marini a fait partie des Blues Brothers ... C'est un honneur d'être avec eux. Ma responsabilité consiste à être capable de trouver un public pour ce groupe, qui lui permette de rester uni. Au lieu de cela, ils interprètent mes chansons, et n’existe pas plus grand plaisir. Je suis très chanceux. Quand je regarde en arrière, je me sens à chaque fois, rempli de gratitude. J'ai pu me plaindre de l'industrie de la musique ou de la vie sur la route, mais tout cela disparaît quand je pense que l'on a encore beaucoup de temps à jouer. Peut-être dix ou vingt ans encore, je ne sais pas. Tony Bennett a 81 ans et il est toujours fantastique. Andres Segovia, je l'ai vu quand elle avait 90 ans. Pau Casals a également joué très tard. A plus de 90 ans, Rubinstein continue de faire le deuil de la population Russe. Si la santé est bonne, la route peut être très longue. Donc, je rends grâce pour chaque nouvelle journée.

Que changeriez-vous dans votre vie si vous le pouviez?

Laisse-moi réfléchir ... Tout vous quelque part, on ne sait jamais. Je pense que j'ai perdu beaucoup de temps au cours de ma toxicomanie, mais il est très difficile de revenir en arrière... Je me suis bien rétabli. Et j'aurais aimé connaitre mon épouse plus tôt, Caroline Smedvig, pour pouvoir passer plus de temps avec elle. Ce qui change? Eh bien, il ya beaucoup de gens qui se sont perdus en chemin, j'ai eu quelques opportunités qui n'ont pas eu la chance d’avoir. Les personnes disparues à jamais, j’aurais aimé passer plus de temps avec elle, comme mon batteur Carlos Vega [qui s’est suicidé à l’arme à feu, en 1998, la veille d’une émission de télévision qu’il devait faire avec Taylor]. Il me manque. Je voudrais l'avoir appelé la semaine qui a précédé sa mort. Je ne l’avais pas vu depuis un mois. Des choses comme ça que j’aimerais changer. Mais il en existe d'autres choses que j'ai faites et des erreurs qui m'ont conduites où je suis.

UNE GENERATION DE CHANTEURS

Avez-vous lu votre biographie sur le site allmusic.com? Il est dit: «Lorsque les gens utilisent le terme singers-songwriters, que ce soit pour louer ou pour critiquer, on pense instantanément à James Taylor." Pensez-vous être l’archétype du singer-songwriter américain?

Je vois ce que vous voulez dire. Je représente une sorte d'auteur-compositeur-interprète qui fait de la musique auto-référentielle. C’est parfois utilisé de manière positive et parfois cela sert aux autres à vous critiquer. Mais ce que vous dites ici est qu'il ya beaucoup de chanteurs qui l'ont fait avant moi. Je pense à Woody Guthrie, Pete Seeger, Bob Dylan ... Je les ai tous écouté. Même les Beatles étaient des singers-songwriters, et écrivaient leurs propres chansons. Paul Simon m'a précédé de plusieurs années. Je suis de la même époque que Jackson Browne, JD Souther, Randy Newman, Joni Mitchell, Judy Collins ...

Vous êtes de la même génération que Carole King, Paul Simon, ou votre ex-femme Carly Simon. Chacun d'entre eux travaillaient dans l'usine de chansons Brill Building chansons. L’avez-vous fait?

C'est drôle ce que vous dites, car un mai et moi avions loué un bureau du Brill Building pour travailler sur une comédie musicale. Il n'était pas très cher, le loyer était raisonnable, et il y avait nos deux noms sur la porte. Malheureusement, mon ami est mort six mois plus tard. Nous avons travaillé seulement sur quelques chansons parce que nous étions ivres à n’importe quelle heure du jour. Carole King y était un grand compositeur maison. Mais Carly, elle, y a juste fait quelques travaux de publicité.

Après quatre décennies à faire de la musique, quels défis se posent lorsque vous vous promenez dans le studio ou que vous attrapez votre guitare pour écrire une chanson?

Au fil du temps, on se bonifie en tant que compositeur. Au début, vous ressentez la pression, une grande urgence à vous exprimer. Ce qui sort de vous est naïf et primitif, mais aussi plein d'énergie. Maintenant, je ne ressens pas la nécessité d'offrir au monde, de dire aux gens ce qui est en moi, d'abord parce que je n'ai pas le même âge, et ensuite j'apprécie la capacité de composer le faire, au lieu de l'urgence d’avant, j'ai une meilleure compréhension de la façon de faire une chanson. En fait, c’est toujours la même chose: on s’assoit et on enregistre les idées musicales qui vous viennent. La seule différence dans la dynamique, c'est que, au fil du temps, on remplacé l'urgence par la connaissance.

Estimez-vous que votre héritage a été repris par les nouvelles générations? Percevez-vous votre influence sur les artistes d'aujourd'hui?

Souvent j'entends ou je lis dans la presse, des gens qui me citent comme influence ou source d’inspiration. Parfois, je suis surpris, parce que cela va de Garth Brooks à Eddie Vedder (Pearl Jam) et Amos Lee. Il y a des gens que je respecte beaucoup qui me cite comme influence. Parfois, il me suffit écouter pour comprendre, mais d'autres fois, c'est un mystère total pour moi, mais en tout cas, je suis flatté, cela va sans dire. Ben Taylor. La seule personne avec qui que je peux vraiment voir la connexion est mon propre fils, Ben Taylor. Vous pouvez entendre ma voix en lui, parce que nous sommes père et fils.

TROIS ALBUMS ESSENTIELS


Quand on propose à James Taylor de choisir trois de ses enregistrements, le chanteur choisi de suivre l'émotion plutôt que les enregistrements évident. Il a ses raisons.


Gorilla (Warner Bros., 1975)

"C'est mon sixième album, et puis j’ai déjà appris à faire des disques. J’ai eu d’énormes succès comme" Fire and Rain "," Mud Slide Slim "ou" You’ve Got a Friend », et j’ai connu le passage du privé au public. À l'époque, je me sentais bien dans ma peau. Parfois, les albums sont des "études". Certains sont bons et d'autres non. Gorilla et mon album suivant, In The Pocket (1976), ont été enregistrés chez Warner Brothers, le studio des ingénieurs du son et producteurs maison, Lenny Waronker et Russ Titelman, qui avait enregistré des albums que j'ai adoré de Randy Newman et Ry Cooder. Chaque jour, on se réunissait dans ma maison à Los Angeles et on suivait un même calendrier de travail. Dans ces deux albums, en particulier dans Gorilla on a droit à une grande partie de la communauté des musiciens de Los Angeles: Lowell George, David Sanborn ... J'adorais l'approche musicale que nous avions. "


That's why I'm here (Columbia/Legacy, 1985)

"Nous avons enregistré cet album à l'époque où les synthétiseurs commençaient à être utilisé partout, et lorsque vous l'écoutez aujourd'hui, je pense qu’il y a en a peut-être un peu trop sur le disque, mais pour moi, il représente une transition dans ma vie, parce que, en 1984, j’avais enfin réussi à me remettre de mon état de dépendance à la drogue, et après une année difficile, j'ai commencé à enregistrer l'album dans les Caraïbes, dans les studios Air (Associated Indépendant Recording) sur l'île de Montserrat, créé par le producteur George Martin, à l'instar de l'Air Studios à Londres, où il a enregistré le groupe Police. Mais j'étais très malade, je souffrais encore des effets de ma dépendance, de sorte que je suis reste là incapable d’enregistrer plus d’une chanson. Il m'a fallu sept mois pour me sentir de nouveau humain. Je suis alors retourné et j’ai achevé l'album. Ce fut le premier album que j’ai réalisé avec mon ami Don Grolnick, une relation très importante dans ma vie, parce que nous avons une excellente relation musicale, et nous étions de bons amis. À mon avis, c’est un génie. Il a produit trois de mes albums et a été le leader de mon groupe de tournée pendant plus de dix ans. Ce fut un album d'une grande importance car, comme beaucoup d'autres artistes, je m’étais mis à croire que, sans drogue, il était impossible d'écrire de la musique. Mais je n’avais plus aucune drogue dans mon système et j’étais sobre et pourtant j’ai été capable de le faire."



One Man Band (Starbucks, 2007)

"Ce choix peut paraitre étrange, mais je l’ai fait parce que c’est un album que j’ai produit moi-même avec mon ingénieur du son. J’avais enregistré un concert dans un théâtre à côté de chez moi, et l'ensemble du processus de travail, l'édition, le mixage et le mastering a été réalisé dans la grange, où fut enregistré plus tard l’album Covers. Ce sera sans doute la méthode que j’utiliserai dans mon prochain album. Ce fut également la première fois que j enregistrais un album où tout était fait en direct. Il n’y a que moi le pianiste, Larry Goldings, tout a été fait de manière très minimal, très intime, parce que les chansons sont réduits à leur essence. J'ai toujours de l’affection pour le dernier album que j'ai enregistré, parce que je me sens encore très proche de lui, et Je l'aime parce que Covers représente mon groupe qui joue en direct, mais je pense que je suis aussi un One Man Band".



Dernière édition par Admin le Jeu 30 Juil 2009, 3:44 pm, édité 5 fois


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

2 Re: JT - les Interviews Espagnoles le Dim 26 Juil 2009, 11:42 pm

Admin

avatar
Admin
(suite et fin)



ACTEUR D'UN SEUL FILM



Comme de nombreux autres musiciens, James Taylor a été tenté par le cinéma, bien que son cas soit assez étrange. Il a participé à une unique film: le road movie culte Two Lane Blacktop, réalisé en 1971 par Monte Hellman.



"Je pense qu'il a vu une photo de moi sur la pochette de mon premier album. Le producteur, Michael Laughlin, a contacté mon manager et lui a demandé si je pouvais faire un test pour le film. Dans le même période, un ami très proche de Carly, Jake Brackman, connaissait l'auteur du script. Il m’a dit qu'il était très bon et que je devrais m’impliquer dans le projet. Hellman a fait plusieurs films avec Jack Nicholson, un réalisateur très intéressant. J'ai passé le casting et il a aimé le résultat. Le film a été très expérimental, car il n'y avait que deux acteurs professionnels: Warren Oates et Harry Dean Stanton. Les trois acteurs principaux sont des non acteurs: Laurie Bird (futur petite amie d’Art Garfunkel), Dennis Wilson (The Beach Boys) et moi. Hellman ne partageaient pas ses idées sur les personnages avec nous, et ne nous disait pas ce que nous devions faire et il filmait ce qu'il voulait. Il nous donnait le script par page par page. Il filmait sans nous arrêter, ou même sans qu’on sache qu’il filmait. C'est la raison pour laquelle tout est si naturel. "

Cependant, bien que l'expérience ait été enrichissante, Taylor n'a pas eu envie de retenter sa chance comme acteur. "Le script, le personnage et le film lui-même m'ont fait penser que je pouvais le faire, mais je n'ai jamais poursuivi une carrière filmographique Ce qui m'intéresse, c'est écrire, enregistrer et jouer de la musique. Si vous voulez une carrière d'acteur, il vous faut entrer dans votre rôle, chercher des productions pour être en contact avec les producteurs ... J'adore mon travail. "


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

3 Re: JT - les Interviews Espagnoles le Jeu 30 Juil 2009, 3:56 pm

Admin

avatar
Admin
INTERVIEW: Le Songwriter et le guitariste James Taylor

"Mes chansons sont nourries par la solitude humaine"





NEIRA FERNANDO - Madrid - 29/07/2009 –traduction Samuel Légitimus

Dans le jeu des associations d'idées, qui stipule qu’au mot " printemps" succède "Vivaldi" est très probable que le mot "chanteur" suggère instantanément pour des milliers de sondés dans le monde le nom de James Taylor ( né à Boston, États-Unis en 1948). Paradigme universel de la chanson lyrique et intime, Taylor additionne près de cinq décennies sur la scène, 16 albums studio et plus de 200 compositions, même si, dit-il, en blaguant à demi, il n’a en fait écrit « qu’une quinzaine de chansons, que je me suis contenté de décliner plusieurs fois ». Son premier volume de « Greatest Hits », sorti en 1976, reste l'un des albums les plus vendus dans l'histoire: près de 15 millions d'exemplaires.
Elancé, réfléchi et très cordial, Taylor a répondu à la cafétéria de son hôtel à Madrid tout en grignotant des morceaux de sucre brun. Ses années d’enfer liées à la dépression et son accoutumance à l’alcool et à l’héroïne sont notoire (entre autres choses, il les a largement commenté dans ses propres compositions), mais, aujourd'hui, il semble accro à la caféine, à en juger par le plaisir qui prend à savourer sa deuxième coupe. Notre homme ne se sépare jamais de plusieurs saisons de morceaux en travail stockés dans un petit enregistreur vocal qui détient les idées des trois ou quatre années passées."mon stock précédent a été volé dans mon hôtel. Dieu sait qui garde l’enregistreur dans sa poche aujourd’hui, m’a donné à mon insu, l’opportunité de nouvelles chansons», révèle-t-il avec plaisir.

Question. Vous écrivez plus lentement, parce qu’il y a beaucoup de choses à dire?

Réponse. Parce que je n'ai pas la même urgence. De 20 à 25 ans, on est rempli de musique et on écrit tout de manière obsessionnelle. Maintenant, je me sens plus stable, j'ai développé plus de compétence. L'inconvénient, c'est l'ensemble de ces circonstances que vous arrête dans votre travail. Si vous êtes en train de composer, être appelé à soutenir Obama lors d'un rassemblement en Caroline du Nord peut bouleverser votre ordre du jour. Il est perturbant de ne pas posséder son temps. Après avoir terminé cette tournée, je vais aller préparer le prochain disque.

Q. Quelles chansons se cachent derrière ce disque?

R. J'en ai 10 et je ne sais pas si vous les aimerez, mais je suis très excité. Le premier flash d'inspiration a été brillant sur le coup. Cela exige d’ordonner correctement les idées. Composer est un peu comme l'ajustement des pièces d'un puzzle.

Q. Quelle est la magie du processus par lequel quelques notes et quelques paroles s’insinuent dans la vie de millions de personnes?

A. C'est un mystère que même aujourd'hui, 41 ans après mon premier enregistrement, je ne suis pas en mesure de résoudre. Il est important de toujours d'écrire des choses qui vous concernent. Si vos paroles sont utiles à d'autres, vous pouvez vous considérer comme un homme fortuné.

Q. L'un de vos plus grands hits, les Fire and Rain, raconte comment votre dépression vous a conduit en hopital psychiatrique. Rainy Day Man dévoile votre dépendance à l'héroïne. Acte créatif ou thérapie?

R. Les titres sont absolument thérapeutique, une véritable obsession pour moi, et, plus curieux, ils me relient au public. Réfléchir sur la solitude de l'existence humaine, a nourri mes meilleures pages. En fait, j'ai écrit 15 chansons seulement, mais je les revisite encore et toujours, et crée des variations de celles-ci. Lorsqu’elles ne sont pas thérapeutiques, elles traitent d’autres secteurs qui m’intéressent: chansons politique, célébration rock, folk à la manière traditionnelle, musique brésiliennes et rythmes afro cubains, différentes formulations de l’amour, et mes racines blues.

Q. Cela dit, on n’arrive pas à 15 ...

R. Il ne faut pas perdre de vue que j'ai écris des thèmes imitant mes grand idoles. Si vous naviguez dans ma discographie, vous trouverez un aperçu de Ry Cooder, Harry Belafonte, Dylan, The Beatles, Joni Mitchell, Carole King, ou Caetano Veloso.

Q. C'est une histoire humaine très riche en événements que le vôtre. Votre succès a été couvert par les médias du monde entier, mais vous avez aussi subi des catastrophes: deux divorces, la perte d'un frère alcoolique ... Lorsque vous faites la balance de votre vie, êtes-vous satisfait?

R. Absolument. Je me sens incroyablement chanceux. Les années passent, je suis toujours dans un état de grâce, et je ne peux que féliciter tous les jours, la bonne étoile qui m'a accompagné. Quand je regarde en arrière, je découvre que presque tous mes meilleurs amis sont morts jeunes. J'ai eu plus de chance, quatre enfants, la possibilité d’être secouru. Il n'y a pas plus grande réussite que faire quelque chose d'utile dans votre vie.

Q. Après une carrière aussi longue, celle-ci impose une bilan?

R. Cela demanderait trop de temps. Je n’aurais pas pu l’imaginer. Les musiciens, les soldats et les marins sont des personnes superstitieuses. Un concert est un moment dans lequel les choses peuvent aller très bien ou très mal. Je me soucie de cette responsabilité de me présenter devant des milliers de personnes qui cherchent à profiter d'une soirée très spéciale. Il s'agit d'un conflit intérieur, parce que pour vous donner un bon spectacle il vous faut aussi vous montrer spontané et détendu.

Q. Est-ce que la confession d'un jeune artiste ...

R. Le fait est que je me sens comme si j'avais 17 ans. J'ai découvert au fil des ans que la majeure partie de la personnalité se forge à l'adolescence. Bien que la biologie m’ait abandonné, mon intellect s’est fixé pour rester autour de la 17ème année.

Q. Vos deux enfants que vous avez eu avec Carly Simon, Ben et Sally, ont se sont embarqué dans le métier de la musique. Un parent se doit-il de recommander un métier à ses rejetons?

R. Pas du tout! Ils le font avec amour et passion, ce qui est important pour tous les défis, mais j'ai insisté pour qu’ils aient un plan B: les études, les langues ... des choses ... qui ont de l'avenir.


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

4 Re: JT - les Interviews Espagnoles le Ven 31 Juil 2009, 9:51 am

Two more interviews, one of them is from a radio show from Colombia:

click here

Voir le profil de l'utilisateur http://www.wadhoo.com/caroleking/

5 Re: JT - les Interviews Espagnoles le Ven 31 Juil 2009, 2:46 pm

Admin

avatar
Admin
mille gracias Jose for the good work you make.

thank to Jesus Trigo Garcia too for all the beautiful links you sent me which permit me to translate them right on time.


hoping to collaborate more with you all spanish JT friends in the future.
you're marvellous.


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum