CAJT-Collectif des Amis de James Taylor
CAJT-Collectif des Amis de James Taylor

Ce forum s'est donné pour mission de mettre en contact les milliers de fans de cette légende de la musique encore trop peu connue du public francophone. le site officiel du CAJT - http://www.james-taylor.asso.fr


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

JT, Joni & Phil Ochs - un CD live inédit de 1970

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]



Amchitka Concert (1970)


Greenpeace Canada sort le 10 novembre prochain le double CD historique de l’enregistrement live "d’Amchitka – le concert de 1970 qui lança l’organisation Greenpeace", et qui comprend les artistes Joni Mitchell, James Taylor et le regretté Phil Ochs.

Ce CD inédit - captation d’un événement monté en vue de collecter des fonds pour protester contre les essais nucléaires américains près d’Amchitka, en Alaska - sera disponible uniquement à travers Greenpeace et tous les bénéfices seront versés à l’organisation.

“Nous sommes heureux d’offrir ce morceau d’histoire musical aux sympathisants de Greenpeace et aux amoureux de musique à travers le monde” a déclaré Bruce Cox, directeur exécutif de Greenpeace Canada. “Ce CD contient des chansons, des duos et des conversations inédits jusque là et qui capturent parfaitement la confiance et l’espoir qui pouvaient exister à l’époque. Il porte le message intemporel que le changement est possible.”

Le concert qui eut lieu au Pacific Coliseum de Vancouver, British Columbia le 16 octobre 1970, fut organisé par l’ancien avocat d’assise et activiste Irving Stowe. En tant que co-directeur du 'Don’t Make A Wave Committee', Stowe récolta, grâce au concert, assez d’argent pour envoyer onze activistes pacifistes sur un bateau baptisé The Greenpeace, sur l’île Aléoutienne d’Amchitka. Les activistes échouèrent à faire cesser les essais nucléaires, mais leur voyage de 1971 marqua la naissance de l’organisation internationale connue aujourd’hui sous le nom de Greenpeace.

“ Le voyage d’Amchitka n’aurait pas pu avoir lieu sans le concert, et donc nous avons une dette de gratitude envers Irving Stowe, ainsi que le talent de Joni Mitchell, James Taylor et Phil Ochs pour avoir su générer l’impulsion qui a servi à créer Greenpeace” poursuit Cox. “Les activistes qui ont navigué pour Amchitka ont été l’exemple qui a depuis guidé et défini Greenpeace: une action directe non-violente servant à protéger notre environnement et motiver un changement sociétal.”

Le CD comprend les performances de concert de l’étoile montante canadienne de l’époque Joni Mitchell et un James Taylor de 22 ans. Le chanteur contestataire, Phil Ochs débute le CD. Plus tôt dans l’année 1970 Mitchell avait été nommé Meilleure Chanteuse de 1970 par le magazine Melody Maker et Taylor venait de sortir l’album qui allait en faire une superstar "Sweet Baby James".

A propos de ce concert historique, le présentateur du concert de l’époque, le célèbre Dj de rock canadien, Terry David Mulligan déclare: “ L’équipe de ‘The Greenpeace’ a pris possession de nos cœurs et nos esprits et nous a pris en charge tout au long du concert. Comme toujours, la musique nous a porté vers la victoire.”

Pour apprendre en profondeur la passionnante histoire de ce concert cliquer ici.


Parmi les temps forts du CD: la version par James Taylor de "With A Little Help From My Friends" des Beatles et un duo Joni Mitchell/James Taylor de "Mr. Tambourine Man", aussi live et spontané qu'on peut l'imaginer.

Voir le profil de l'utilisateur

Admin

avatar
Admin



Merci pour l'info Paripal!

A noter un détail amusant:

Lorsque Irvin Stowe - l'un des deux organisaterus principaux de Greenpeace - suggera un concert de rock afin de récolter des fonds, il téléphona à Joan Baez. Celle-ci lui donna alors les numéros de téléphone de Phil Ochs et de Joni Mitchell.

Mitchell demanda si elle pouvait amener un ami —James Taylor.

Les époux Stowe (des cinquantenaires) étaient plus qu'embarrassés, car il se demandaient si Joni avait voulu parler de... James Brown!

C'est la raison pour laquelle l'invité "mystérieux" de Joni (dont l'album "Sweet Baby James", réalisé huit mois auparavant venait pourtant d'atteindre le sommet des charts américains) ne fut jamais mentionné dans aucune publicité et affiche du concert.




--------------------------------------------------------------------------



SASKATCHEWAN (AFP) – Le concert de Vancouver de 1970 réputé pour avoir lancé l’organisation militante écologiste Greenpeace, sera publié dans un double CD spécial mettant en vedette de Joni Mitchell, James Taylor et le regretté Phil Ochs.

L'enregistrement, intitulé Amchitka, le concert 1970 sera disponible à l'achat le 10 novembre.

Selon l'organisation, le concert organisé à l’époque pour collecter de fonds a fourni les capitaux de démarrage pour acheter un bateau d'activistes quia voyagé à l'Île Aléoutienne d’Amchitka dans le but de perturber les essais nucléaires prévus là-bas.

Bien que cet effort n’ait pas obtenu le succès escompté échoué, le bateau baptisé le Greenpeace a donné son nom à ce qui allait devenir le chef de file dans le mouvement activiste.



Équipage du Greenpeace. Photo: © Greenpeace-Keziere

La chanteuse folk née à Alberta, et élevée à Saskatchewan, a tenu à partager la scène avec James Taylor.

Mitchell âgée de 26 ans à l’époque venait d'être nommé Meilleure Interprète féminine de l’année 1970 par un populaire magazine de musique. Taylor avait 22 ans et avait sorti l’album Sweet Baby James huit mois plus tôt.

L’artiste en première partie est le chanteur de protestation légendaire Phil Ochs, dont l’emblématique « I Ain't Marching Anymore » est à jamais lié au mouvement anti-Vietnam.

Le concert de Greenpeace eut lieu au Pacific Coliseum à Vancouver le 16 octobre 1970.

Bien qu'il ait été enregistré de manière professionnelle, les bandes n'étaient jamais sorties.

Le double CD comprendra l’intégralité du concert, y compris les performances individuelles, les duos, et les discussions entre les artistes.

Plus de détails concernant les selists des chansons devraient être publiés la semaine prochaine ainsi que des extraits audio.



Dernière édition par Admin le Ven 18 Sep 2009, 9:20 pm, édité 1 fois


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr
Merci pour la traduction, m'sieur l'Admin!

Voir le profil de l'utilisateur

Admin

avatar
Admin



La setlist de l'album:

DISC ONE

Phil Ochs
1. Intro Irving Stowe
2. Intro Phil Ochs
3. The Bells (E. A. Poe/P. Ochs)
4. Rhythms of Revolution
5. Chords of Fame
6. I Ain't Marching Anymore
7. Joe Hill
8. Changes
9. I'm Going To Say It Now
10. No More Songs

James Taylor
11. Intro James Taylor
12. Something In The Way She Moves
13. Fire and Rain
14. Carolina In My Mind
15. Blossom
16. Riding On A Railroad
17. Sweet Baby James
18. You Can Close Your Eyes

DISC TWO

Joni Mitchell
1. Intro Joni Mitchell
2. Big Yellow Taxi/Bony Maroni (Larry Williams)
3. Cactus Tree
4. The Gallery
5. Hunter
6. My Old Man
7. For Free
8. Woodstock
9. Carey/Mr. Tambourine Man (Bob Dylan)
10. A Case Of You
11. The Circle Game


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Admin

avatar
Admin
Greenpeace

Dans le même bateau

ARTICLE - 12 novembre 2009

François Desmeules



Le 16 octobre 1970, 14 mois après Woodstock, à l'initiative d'Irving Stowe (le père de Greenpeace), un concert réunit Chilliwack, Phil Ochs, James Taylor et Joni Mitchell


Quarante ans plus tard, un enregistrement historique célèbre l'événement qui a donné naissance à Greenpeace, la plus grande organisation écologique de la planète, à la désobéissance civile et au concept du spectacle-bénéfice.


Amchitka. En novembre 1970, le nom semble mieux convenir à un ashram du Cachemire qu'à un coin perdu du nord-ouest de l'Alaska.

À cette époque de paradoxes générationnels, les enfants chantent l'amour, leurs parents préparent la guerre. Hormis quelques dizaines de milliers de hippies, la remise en question des bienfaits de la société de consommation qui va mener aux idéaux écologiques modernes n'est pas encore à l'ordre du jour des nations.

Aux États-Unis, trois gouvernements successifs pratiquent des essais nucléaires depuis la fin de la guerre, ce qui semble maintenant inimaginable. Entre 1953 et 1992, plus de 600 essais nucléaires se dérouleront sur le territoire américain, dont 135 à l'air libre. Au Canada, peu s'en préoccupent avant que ces "tests" ne se déplacent du Nevada vers l'Alaska, sur une île de 63 km: Amchitka, où l'on planifie pour l'été 1971 une délirante explosion: l'équivalent de 400 Hiroshima.

Dans la région de Vancouver et même jusqu'à Montréal, quelques militants, majoritairement issus de médias alternatifs et de groupes pacifistes religieux quakers, s'en alarment, décident d'affréter un bateau et d'aller se placer près de l'épicentre afin d'empêcher l'explosion. Ils vont réunir l'argent nécessaire en inventant un nouvel outil: le concert-bénéfice.

Le 16 octobre 1970, 14 mois après Woodstock, à l'initiative d'Irving Stowe (le père de Greenpeace), le concert réunit au Vancouver Pacific Coliseum: Chilliwack, Phil Ochs, James Taylor et Joni Mitchell. Le maître de cérémonie se nomme Terry David Mulligan. Il a, à l'époque, 28 ans: "J'étais revenu de San Francisco avec l'ambition de démarrer une petite radio alternative, qui marchait bien. J'ai offert mes services. Impossible de refuser, l'enjeu était bien trop extraordinaire. Ces imbéciles voulaient faire péter une réserve faunique. Les retombées allaient venir jusqu'ici", dit Mulligan, retrouvé dans les montagnes du nord de la Californie.

"L'ambiance était chaude, police et politiciens attendaient que ca dérape. Mais la musique a permis de vivre tout ça dans la fraternité et le calme. Quand ces types sont partis sur leur bateau rouillé, on se sentait tous avec eux, très fiers. Il fallait avoir des couilles. Qui sait, ils pouvaient ne jamais en revenir!"

Fusion littéraire accidentelle du concept du peace and love et du vert de la nature, le bateau fut baptisé Greenpeace. Son voyage improbable marque la naissance des premiers actes de désobéissance civile planétairement médiatisés et l'intrusion de l'écologie dans la politique moderne.

"Cette journée-là, du haut de mes 13 ans, je protestais contre le test devant l'ambassade des États-Unis à Toronto, dit Bruce Cox, directeur exécutif actuel de Greenpeace Canada. Cette aventure, ce désir de témoigner et d'agir, a galvanisé l'imagination. Elle a présidé à la fondation et à l'idéologie de Greenpeace. Ce fut un succès. Joan Baez a envoyé 1000 $ et nous avons recueilli au total 18 000 $."

L'expérience ne sera pourtant jamais répétée. Dès ses débuts, Greenpeace ne comptera plus, ou presque, que sur son effectif pour financer ses actions spectaculaires: "Rien n'est jamais totalement gratuit dans l'organisation de concerts-bénéfice. L'époque a vite changé. Les gros artistes n'ont plus le même intérêt pour la politique et les stades sont maintenant à moitié vides. Et puis, il ne faut pas oublier la formidable puissance de l'effectif en tant que levier politique. Quatre-vingt-cinq pour cent de notre financement provient de petits dons mensuels de 15 $."

Le réchauffement planétaire auquel peu de gens croyaient il y a 20 ans, la génétique agricole, et toujours la traque aux grands pollueurs, parmi lesquels les exploitants des sables bitumineux de l'Alberta font figure de champions toutes catégories, sont la pointe des enjeux actuels: "Plusieurs d'entre nous ont été arrêtés en tentant de perturber les opérations de Suncor Petrol. Les pétrolières et le gouvernement albertain affichent la très ferme volonté de nous empêcher d'agir. Les enjeux sont gigantesques. Ils engrangent des milliards. La désobéissance civile a beau faire théoriquement partie du dialogue démocratique, désormais, on peut nous emprisonner en évoquant les lois antiterroristes!" s'étonne encore Cox.

Le CD double tiré du concert d'Amchitka dépasse les espérances: il capte James Taylor à 22 ans, au sortir de l'oeuf; le très militant Phil Ochs, au sommet, avant son suicide précoce; et Joni Mitchell s'y console, en 12 superbes chansons dépouillées, d'avoir raté Woodstock.

L'histoire retiendra néanmoins que l'ancêtre du Rainbow Warrior et du Sea Shepherd, le navire baptisé Greenpeace pris sous de mauvais vents, n'atteignit jamais l'Alaska. Que malgré les réticences de 19 nations, le 6 novembre 1971, une déflagration de 5,2 mégatonnes provoqua un tremblement de terre de 7,2 à l'échelle de Richter dans la région et créa un lac artificiel radioactif de 2 milles de diamètre. Selon Greenpeace, on y retrouve encore aujourd'hui des traces de plutonium.

Au moins y avait-il là le début d'une prise de conscience planétaire.

Amchitka
The 1970 Concert That Launched Greenpeace
(Greenpeace Records)

Greenpeace a produit un documentaire percutant sur les sables bitumineux: www.petropolis-film.com.


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum