CAJT-Collectif des Amis de James Taylor
CAJT-Collectif des Amis de James Taylor

Ce forum s'est donné pour mission de mettre en contact les milliers de fans de cette légende de la musique encore trop peu connue du public francophone. le site officiel du CAJT - http://www.james-taylor.asso.fr


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Jimmy Johnson en concert canadien avec Allan Holdsworth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Admin

avatar
Admin
Allan Holdsworth… & compagnie

Par Laurent Leblond -Samedi 26 septmbre 2009


Le trio d’Allan Holdsworth a brillamment répondu à l’appel, ce vendredi, à Desjardins-TELUS, une salle de 919 places à Rimouski dans le Bas Saint-Laurent, assez bien remplie, à l’occasion de la fête des bénévoles du Festi Jazz.



Un trio en parfaite symbiose, éclatant.

Il n’était pas seul et, si plusieurs pensent que le batteur Gary Husband « a volé le show », il est manifeste que les trois lascars ont été complices, en parfaite symbiose, attentifs aux réactions de la salle qui ne s’est pas gênée pour manifester son approbation et sa satisfaction.

La batterie est un instrument qui « fait du bruit », c’est connu. Plusieurs affirment que ce ne sont qu’un ramassis de casseroles. Quelle erreur! Surtout après ce spectacle de vendredi, où Husband a démontré que la batterie est non seulement l'instrument du « down beat », mais aussi une partie tonale d’un show de jazz. Donc, le batteur a souvent pris le haut du pavé, au cours des 90 minutes d’un show non-stop. Bruit, j’ai dit? Archi-faux. De l’improvisation pure et saine, aux couleurs impressionnantes, structurées, foncièrement honnêtes, admirablement supportées par les deux guitaristes, autant au solo qu’à la basse (pas aussi sèche que d’autres guitares basses électriques, en raison de la subtilité du bassiste Jimmy Jonhson).




Le batteur Husband en a étonné plusieurs, moi le premier.

Parlons donc du batteur, au centre de la scène, entouré de tout son attirail, qu’il utilise à merveille, non seulement pour appuyer ses deux compères, mais aussi pour se permettre des « allusions » remarquables. Un moment, il tranche son hui-hat en une improvisation qui ne manque jamais le tempo, même si le jeune homme (il n’a que 39 ans) cuisine une série de superbes tonalités sur sa caisse claire, ses toms toms, ses cymbales et sa grosse caisse. Chaque composante a sa place dans le pattern de l’impro, qui peut apparaître éclectique, mais qui est plutôt déterminante et logique. En fonction du thème de la pièce, que le musicien ne manque jamais de supporter avec une chaleur et un respect non équivoques. Ailleurs, ce sont les quatre premières notes de la Cinquième de Beethoven qu’on retrouve, lors d’un solo électrique, si je puis dire, soulevant, long, mais court à l’écoute, et, surtout, en toute cohésion de l’ensemble. Les deux autres se retirent pour lui laisser toute la place. Il l’occupe, pour ensuite donner le soutien qu’il faut aux autres musiciens du trio.

Husband a pris trop de place? Non. Il a pris la place qui lui revient et que lui ont consentie ses complices, heureux de jouer avec lui et ensemble. C’était évident sur scène. Pas de vedettes dans ce trio. Plutôt des musiciens chevronnés, assurés, en pleine possession de leurs moyens.




Husband et Johnson n'ont pas manqué d'impressionner, s'échangeant les solos et les « cues » avec une précision non équivoque.

Sur un site musical américain, Husband raconte ses influences et ses coups de cœur, autant pour « The Baron », John Van Ohlen, batteur de Stan Kenton, que pour Ronnie Zito, « drummer » trop discret et pas assez reconnu du band de Woody Herman, autant que Mel Lewis (souvent magnifique avec son band, codirigé par Thad Jones), John Hellencack, pour le trompettiste Brockmeyer, Tony Williams (incontournable avec Davis), Johm DeJohnette. Moi, j'y ai retrouvé Gene Krupa et Buddy Rich, en même temps...




Allan Holdsworth, un guitariste marquant de sa génération, avec un trio solide et inventif.

Allan Holdsworth a fait honneur à sa réputation de soliste inventif, créatif et non abuseur de sa technique, qu’il maîtrise avec une souplesse désarmante. À lui seul, le solo du style « orgue et saxo » (il adore le saxophone), avec des effluves de tuyaux « organiques » et mélancoliques, assorties d’effets pressant aux synthés, était tout à fait remarquable. Ce guitariste a toutes les allures d’un gars qui fait corps avec son instrument, qui le lui rend bien. En toute connaissance de cause. Sur des thèmes solides et variés, sinon variables, ainsi offerts aux spectateurs totalement subjugués. Plusieurs solos du guitariste, pour originaux qu’ils soient, ne manquent pas de référencer à un Metheny ou à un Scott Henderson, tout en rappelant l’inventivité d’un Herb Ellis des beaux jours.

Et Jimmy Johnson? Ce sideman de longue date de James Taylor, le seul Américain du trio (Husband est né à Leeds en Angleterre), maîtrise sa basse avec la même fougue et l'égale ferveur des deux autres du combo, à leurs instruments respectifs.

Il s’est permis, vendredi, des impros parfaitement complétées, apportant une solide contribution au tempo et aux rythmes proposés, dans une soirée manifestement en pleine gestion des talents des trois musiciens. Johnson n’est pas en reste, loin de là. C’est plutôt le contraire. Lui comme Husband et Holdsworth ont pris leur place au bon moment et dans une construction permettant une liberté dont chacun a profité avec la verve qui le caractérise. Étant un maniaque des références (on me le reproche souvent), j’ai retrouvé la verve et la musicalité indiscutables de Ron Carter , par Johnson, dans ces impros aux notes bien senties et à la gestuelle convaincante.

Du jazz neuf, bien rock, joliment « sonore », inventif et respectueux, pour chacun des membres et des spectateurs. Qui en ont redemandé.


_________________
Some things never change and some things we don't ever want to change. Thankfully, James Taylor hasn't.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.james-taylor.asso.fr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum